Decision Maker Response

Daniel Adam’s response

Mar 10, 2017 — L’Homme a des droits inaliénables parce qu’il est humain. Mais, comme il pense, cet humain ne se contente pas d’habiter son milieu, il en est individuellement et collectivement responsable : de la nature comme des animaux (transcendance kantienne).

La remise en cause, même partielle, de la loi littoral participe d'un dilemme politique et écologique. : l’extinction finale vers laquelle nous entraîne la perpétuation de la société industrielle est devenue en très peu d’années notre avenir officiel.

Parce qu'elle est une loi, les injonctions qu'elle contient s’adressent en fait aux dirigeants d'un Etat "marchand", combien même l'exigence économique a des raisons que la morale déplore !

Pour un libertaire, l'écologie est l'affirmation de l'intérêt local qui reprendra ses droits du fait de la dilution du national par la globalisation. Aussi, pour celle loi littoral, je ne réagis qu'en termes d'écosystèmes locaux, pour en demander la constitutionnalisant, afin d'obtenir un point juridique de non- retour.