Remove white supremacist John A Macdonald's Monument in Montréal

0 have signed. Let’s get to 50,000!


We are calling to Montréal Mayor, Valérie Plante, as well as the city council to remove the monument of "Canada's" first prime minister, John A. Macdonald. There is absolutely no reason or room for a racist, colonial, white nationalist to be celebrated on unceded Indigenous land. The very fact that this monument exists is an example of the white washing of cultural history, and true "reconciliation" does not include the glorification of those that actively pursued Indigenous genocide. 

Some of Macdonald's lifelong projects include:

-Establishing the first residential school and creating the system in which over 130 more could be made.

-Openly promoting the preservation of a so-called “Aryan” Canada.

-1885 Electoral Franchise Act.

-Gradual Civilization of Indians Act.

-Chinese Exclusion Act and the Chinese Head Tax. 

-Worked to ban the teaching of French in schools across numerous provinces.

- The death sentence of Metis leader, Louis Riel. ''Riel shall hang though every dog in Quebec bark in his favour.''

In the words of Art Historian and McGill professor Charmaine Nelson: "these monuments are not meaningless, insignificant, inanimate objects. Rather, they are being strategically used by white supremacists as talismen in their tactics of racial hatred.

We must ask also if it is right that Black Americans be forced to live with public sculptures and Confederate flags as constant reminders of the supposedly noble white men and women who sought to hold their ancestors in bondage".

We have seen confederate monuments being taken down in different cities in the United States in light of recent Black Lives Matter protests. It is time for Canadians too to revise the meanings of our own public monuments, and their effect on the legacy we wish to correct.

Montréal public spaces should celebrate collective efforts for justice and liberation, not genocide and white supremacy. This is not a stand-alone issue. There are many monuments of racist white nationalists in Montréal- and one by one they will ALL see their fate.

____________________________________________________________________

Nous demandons à la mairesse de Montréal, Valérie Plante ainsi qu'au conseil municipal de retirer le monument au premier premier ministre du «Canada». Il n'y a absolument aucune raison ni lieu de glorifier un nationaliste blanc, raciste et colonialiste sur un territoire autochtone non cédé. La simple existence de ce monument est un exemple du blanchiment de l'histoire culturelle; or, la vraie «réconciliation» n'inclut pas la glorification de ceux qui ont participé activement au génocide Autochtone.

Voici quelques exemples de projets réalisés par Macdonald durant sa vie : 

- La création du programme des pensionnats autochtones qui aboutira à l'établissement de 130 de ces derniers.

- La promotion ouverte de la préservation d'un soi-disant Canada «Aryen».

- L’Acte du cens électoral de 1885.

- L'Acte pour encourager la civilisation graduelle.

- La Loi d'exclusion des Chinois et la Taxe d'entrée chinoise.

- La participation complice dans l'interdiction de l'enseignement en français dans de nombreuses provinces.

- La condamnation à mort du chef des Métis, Louis Riel. «Il sera pendu même si tous les chiens du Québec aboient en sa faveur.»


Citons la professeure d'histoire de l'art à McGill, Charmaine Nelson : «...ces monuments ne sont pas des objets dénués de sens, insignifiants ou inanimés. En vérité, ils sont utilisés stratégiquement par les suprémacistes blancs en tant que talismans dans leur tactique de haine raciale.

Nous devons également nous demander s'il est approprié que les Afro-Américains soient obligés de vivre avec des sculptures publiques et des drapeaux confédérés comme rappels constants des hommes blancs et des femmes blanches supposément nobles qui cherchaient à tenir leurs ancêtres en esclavage.» [traduction libre]

Nous avons vu des monuments confédérés être déboulonnés dans différentes villes des États-Unis à la lumière des récentes manifestations Black Lives Matter. En tant que Canadien(ne)s, il est temps aussi pour nous de revoir le sens de nos propres monuments publics et de leur effet sur l'héritage que nous souhaitons corriger.

Les espaces publics montréalais devraient célébrer les efforts collectifs pour la justice et l'émancipation, pas le génocide et la suprématie blanche. Il ne s'agit pas ici d'un cas d'exception. Il y a plusieurs monuments de nationalistes blancs racistes à Montréal et un après l'autre, ils feront face à leur destin.