Pour la titularisation des Assistants d'éducation (AED)

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Madame, Monsieur,

Nous vous contactons aujourd'hui afin d'attirer votre attention sur les conditions professionnelles des assistants d'éducation.

Nous rencontrons quelques imperfections dans l'application du code du travail au sein de l'éducation nationale.

Comme vous le savez, nous exerçons des emplois précaires, contractuels, pour un an renouvelable jusqu'à 6 fois consécutives, toujours pour la même rémunération, sans possibilité d'évolution de carrière à moins de passer un concours.

Les recrutements peuvent se faire par l'établissement ou par le biais du pôle emploi sous forme de contrats d'insertion, bien souvent à mi-temps et sans formation autre que symbolique.

Cette réalité dénonce les anomalies auxquelles nous nous heurtons dans l'éducation nationale sur l'interprétation du code du travail.

Ce non-droit à la titularisation, même si nos compétences sont reconnues par nos supérieurs hiérarchiques, nous confronte à une insécurité, une instabilité récurrente, il nous est, par exemple, impossible de demander un crédit afin d'obtenir un logement...

Le recrutement des AED ne s' effectue pas seulement au sein du milieu étudiant, on retrouve de nombreux jeunes à la recherche d’une voie professionnelle, et de moins jeunes qui sont des mères de famille, d’anciens chômeurs…

La fonction d’Assistant d’éducation n’est pas, pour certains, un job d’étudiants dans l’attente d’une insertion professionnelle mais est devenu leur métier.

On nous oppose souvent que cette fonction nous confère de nombreux privilèges, notamment en ce qui concerne les vacances scolaires, mais cela reste un emploi précaire et la plupart d'entre nous sommes obligés d'exercer d'autres activités en parallèle notamment durant les vacances scolaires pour mener une vie à peu près décente.

Nous constatons également un certain flou autour de la fonction réelle d'un assistant d'éducation, probablement du à l'ancienne appellation de "surveillant", ce métier exige des compétences variées qui ne se limitent pas à la surveillance d'élèves telles que :

- Assurer des tâches administratives (ENT, Pronote, siecle etc...)
- Assurer la sécurité des élèves.
- Apprentissage de la citoyenneté.
- Aide aux devoirs.
- Etre à l'écoute des élèves en difficulté familiale.
- Médiation de conflits.
- Etre une personne relaie entre élèves, parents, professeurs et administration.
- Être garant des repères sociaux.

Nous sommes confrontés à différents risques, notamment dans les zones d'éducation prioritaire, car certains profils peuvent être plus compliqués et dangereux à gérer que d'autres, notre responsabilité est systématiquement engagée, nous prenons beaucoup de risques pour rester dans une situation de précarité constante.

Au regard de tous ces éléments, les compétences qu'il nous faut apprendre à développer car nous vous rappelons qu'il s'agit de travailler avec des êtres humain et non de la matière, ce qui demande un investissement sur le plan moral, psychologique et affectif, nous souhaiterions donc une titularisation de notre métier afin de ne plus être confrontés à une insécurité permanente.

Il nous apparaît donc que la fonction d'AED est un métier à part entière et de ce fait, nous réclamons soit la titularisation des personnes souhaitant poursuivre leur carrière soit la levée de la limite des 6 années consécutives d'exercice.

En espérant attirer votre attention sur cette situation au minimum inconfortable afin de créer le débat, nous sommes ouverts à toute discussion sur ce sujet.

Nous vous prions d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de nos considérations.



Jeremy compte sur vous aujourd'hui

Jeremy Amnouche a besoin de votre aide pour sa pétition “Monsieur : Pour la titularisation des Assistants d'éducation (AED)”. Rejoignez Jeremy et 196 signataires.