Petition Closed

NON A LA PRESSION POUR REDUIRE ENCORE LES POPULATIONS DE CERFS EN FORET DE COMPIEGNE

NON , LES CERFS NE PULLULENT PAS EN FORET DE COMPIEGNE*  comme le laissent sous entendre les responsables de l’O.N.F.. Qu’ils pratiquent à courre ou à tir, les chasseurs estiment à l’unanimité que le cheptel de cervidés est en constante diminution. Le plan de chasse de la saison dernière a été réalisé à seulement 70 % malgré une pression sans précédent de l’O.N.F. sur les chasseurs. A fin Décembre 2014, le pourcentage de réalisation du plan de chasse actuel était de 26 % sur les biches, de 40 % sur les faons. Curieusement, l’O.N.F. ne communique aucune donnée sur les attributions et sur les réalisations de cerfs … Pourquoi ? La forêt d’Ourscamps est vide de cervidés et la situation n’est pas meilleure en forêt de Laigue …

NON, LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION AU COURS DES CHASSES DE L’O.N.F. NE SONT PAS LIES A LA DENSITE DU CHEPTEL* comme le laissent sous entendre les responsables de l’O.N.F.. Les accidents se produisent sur les routes départementales et nationales les plus fréquentées du massif et à cause d’une information aux automobilistes totalement inadaptée et insuffisante. L’absence d’élagage des branches basses (demandé sans résultats depuis plusieurs années par notre association OISE NATURE, le Conseil Général de l’Oise et le Préfet) masque la visibilité des automobilistes qui ne peuvent pas voir arriver les animaux.

NON, LA POSE D’ENGRILLAGEMENTS POUR PROTEGER LES REGENERATIONS N’EST PAS UNE FATALITE comme le laissent sous entendre les responsables de l’ONF. La densité d’animaux actuellement constatée ne peut servir à justifier la pose d’engrillagement. La fatalité, c’est l’envahissement du massif de Compiègne par une essence envahissante (prunus sérotina) qui est présente sur plus de 90 % du massif forestier. Cette essence envahissante empêche la régénération du chêne (qui est justement l’essence « objectif » de l’O.N.F.). Les propositions des scientifiques** n’ont jamais été mises en application … Aujourd’hui l’O.N.F. accuse les cervidés, c’est tellement plus simple.  La réalité, c’est une sylviculture inadaptée, destructice de la biodiversité et une gestion purement économique de la forêt de Compiègne.

OUI, LA POSE D’ENGRILLAGEMENTS EST UN VERITABLE PIEGE POUR LES ANIMAUX DE NOS FORETS. La preuve avec l'image ci-dessus qui dérangera les responsables de l’O.N.F. mais qui illustre la triste réalité. En forêt de Compiègne, trois biches foncent dans le grillage équipé d’avertisseurs visuels (installés par notre association OISE NATURE malgré l’opposition de l’O.N.F.) : Résultat : deux biches tuées

NON LA DISPARATION PROGRESSIVE DES CERFS, BICHES DE LA FORET DE COMPIEGNE 

* Article de presse : Le Parisien du janvier 2015,

** Etude scientifique – Programme de recherche « Invasion biologique » - Dynamique invasive du cerisier tardif, Prunus Serotina Ehrh, en système forestier tempéré : Déterminants, mécanismes, impacts écologiques, économiques et socio-anthropologiques – Responsable scientifique : Guillaume DECOCQ – Université de Picardie Jules Vernes – Département de Botanique – Amiens – Convention de recherche n° 09/D/2003

This petition was delivered to:
  • Monsieur Pierre Jean MOREL - Directeur Agence Picardie - OFFICE NATIONAL DES FORETS


    Didier CARON started this petition with a single signature, and now has 2,035 supporters. Start a petition today to change something you care about.