Monsieur Legault, protégeons nos milieux naturels!

Pétition fermée

Monsieur Legault, protégeons nos milieux naturels!

Cette pétition avait 661 signataires

Capitale Nature a lancé cette pétition adressée à François Legault (Premier ministre du Québec)

Monsieur le Premier Ministre,

La pandémie et les conditions sanitaires actuelles mettent en évidence l’interconnexion essentielle entre les milieux naturels et l’humain. Les Québécoises et les Québécois éprouvent un grand besoin de se retrouver en nature. Ils affluent en masse vers les milieux naturels et les aires protégées pour s’y détendre ou pour y pratiquer des activités de plein air. De nombreuses familles ont d’ailleurs choisi de déménager en périphérie des centres urbains pour se rapprocher des milieux naturels. 

Nous ne pouvons plus compter les études qui présentent les multiples bienfaits de la nature sur la santé physique et mentale. Certaines études ont démontré que le taux de cortisol (hormone du stress) diminue de manière importante lorsque nous sommes en relation avec la nature. De plus, le contact avec le milieu naturel a un impact direct sur les performances académiques des jeunes et leur développement personnel. Et que dire du mouvement « L’école en nature » qui a connu un essor ces dernières années. Pas étonnant que les milieux naturels soient fréquentés plus que jamais.

D’ailleurs, les milieux naturels sont victimes de leurs bienfaits, ce qui menace leur intégrité écologique. En ce sens, le fort achalandage dépassant régulièrement la capacité d’accueil de ces milieux génère des comportements et des activités non souhaitables comme la présence marquée de déchets, l’élargissement des sentiers pédestres par le piétinement des randonneurs, la mise à l’eau non permise d’embarcation et la présence de feux à ciel ouvert à l’intérieur des bandes riveraines et sur les plages.

Pour limiter ces activités et leurs conséquences sur les espaces verts, de nombreux gestionnaires de milieux naturels, dont la Sépaq, n’ont d’autres choix que de restreindre la capacité d’accueil de ces sites. Cela crée de nouvelles problématiques, notamment la création d’accès illicites à ces milieux et l’incapacité de profiter des bienfaits offerts par la nature pour de nombreux citoyens. 

Soulignons que ces problématiques de gestion des accès étaient déjà bien connues depuis de nombreuses années. La crise n’a fait que les exacerber.

Nous avons tous besoin des milieux naturels et il faut en offrir un accès universel, et ce, sans égard au statut socio-économique des citoyens.

En regard des éléments soulevés, Capitale Nature est d’avis que les réflexions relatives à une relance économique doivent rapidement tenir compte des recommandations suivantes :

  1. Considérer la création de nouvelles aires protégées près des centres urbains là où la pression des promoteurs immobiliers est très forte et où la surenchère s’opère. 
  2. Mettre sur pied des programmes financiers substantiels et les rendre accessibles aux municipalités ainsi qu'aux organismes de conservation du sud du Québec pour accélérer le pourcentage d’aires protégées, comme proposé par monsieur Jérôme Dupras, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie écologique, dans sa lettre ouverte du 22 mars dernier.  
  3. Développer et transmettre des outils réglementaires efficaces aux municipalités afin de faciliter l’achat des terrains à une juste valeur marchande.

La relance doit miser sur le capital naturel, au même titre que le capital économique, et ce, afin d’assurer le bien-être des citoyens et celui des générations futures. La valorisation des forêts, des milieux humides, des lacs et des rivières représente également une source de développement économique. La restauration des milieux naturels, la protection de ces territoires et la mise en valeur par l’écotourisme apportent une expertise et une fierté locale distinctive. 

En fournissant des aliments nutritifs et de l’eau propre, en régulant les maladies et le climat, en contribuant à la pollinisation des cultures et à la formation des sols et en fournissant des avantages récréatifs et culturels, les services écosystémiques rendent la vie humaine possible. Face aux changements globaux qui s’opèrent à l’échelle planétaire (espèces exotiques envahissantes, changements climatiques, pandémies, etc.) ces infrastructures vertes seront d’une aide précieuse si elles sont considérées rapidement.

Sincèrement,

Signataires 

David Viens, président, Capitale Nature et coordonnateur de projets milieux naturels, Conseil régional de l'environnement - région de la Capitale-Nationale
Nancy Dionne, vice-présidente, Capitale-Nature et directrice générale, Organisme des bassins versants de la Capitale
Kim Dubois, secrétaire, Capitale Nature
Mélanie Deslongchamps, trésorière, Capitale Nature et directrice générale, Agiro
Véronique Brochu, administratrice, Capitale Nature
Mathieu Denis, administrateur, Capitale Nature et directeur, Conseil de bassin de la rivière Beauport
Denis Blouin, administrateur, Capitale Nature et stagiaire au post-doctorat en géographie
Nathalie Piedboeuf, administratrice Capitale Nature et directrice générale, Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau
Jonathan Ricard, administrateur, Capitale Nature

Pétition fermée

Cette pétition avait 661 signataires