Violences faites aux femmes et aux enfants : tapages et violences à domicile : STOP !

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Femme seule avec mon fils, j'ai donc du me re-loger en HLM, les HLM n'ayant pas pour vocation l'épanouissement de la délinquance, mais le logement des familles à revenus modestes.

On nous a donc proposé un appartement dans une petite ville a priori tranquille, dans un quartier résidentiel en lisère de forêt (avec en plus des terrains de sport : foot, basket, skate park, en libre accès à 10 mn à pieds), dans une résidence a priori calme, avec aire de jeux, ... l'endroit semblait correct à tous niveaux. De plus,  la loge du gardien étant en rdc de notre bâtiment, j'ai pris cela pour un gage supplémentaire de tranquillité et de sécurité. J'ai donc accepté ce logement.

Or, dans ce logement nous sommes pourtant, malgré toutes ces infrastructures, victimes, pratiquement depuis le début, de tapages nuit et jour, et de violences liées, dès que l'on demande la cessation des bruits en tous genres. Nous avons découvert par la suite que l'endroit était calme à chaque fois qu'il y avait des gens de l'extérieur qui venaient visiter ..... le gardien étant le "chef d'orchestre" de tout cela, avec sa famille et ses amis, tous logés sur place, faisant régner la loi du "Fais ce que je dis, mais pas ce que je fais", et faisant ainsi tous les tapages possibles et imaginables, avec représailles violentes si on manifeste notre mécontentement, et ce en toute impunité, ces personnes "ayant leurs entrées" chez notre bailleur mais aussi à la mairie, et sont ainsi protégés. Interrogés, de nombreux autres locataires, dont des retraités, n'ayant pas les moyens d'aller se reloger ailleurs, se taisent et font le gros dos pour éviter toute cette violence .... tous les autres finissent par fuirent l'endroit. C'est ainsi que se crée une "cité".


Alors, certes, il faut que les enfants et adolescents jouent, s'amusent, se défoulent, c'est normal, c'est humain. C'est même indispensable à leur développement. Mais, ce qui est tout aussi indispensable à tout être humain, c'est l'apprentissage du respect de soi et de l'autre.
Il y a donc un temps et un lieu pour tout dans la vie.


Voilà ce que nous subissons:
Exemples de tapages cumulés :
* squat bruyant et consommations de drogue et alcool dans entrée bâtiment, aire de jeux des enfants et ailleurs, jour comme nuit,
* attroupements très bruyants (jusqu'à 25 personnes) sous nos fenêtres en rez-de-façade, dans les communs sous notre logement, dans l'entrée du bâtiment, dans la cage d'escalier, ... (dont enfants et ados de 18 mois à 13-14 ans, qui y jouent seuls sans surveillance en hurlant, y compris en chaussettes ou avec des rollers aux pieds dès l'âge de 5 ans, sans aucune protection, y compris dans les marches ... au risque de se tuer bien sûr, cf mon diplôme de 1ers secours),
* meubles tirés et portes claquées nuit et jour, foot, "pétanque", vélo, bagarres, dans logement au-dessus,
jeux, cris, courses dans cage d’escalier, 
* et comme si cela ne suffisait pas, une dizaine de portes d'entrée de logement, blindées donc bien lourdes, dans le bâtiment, qui claquent à chaque entrée et sortie des petits comme des grands, nuit et jour
* enfin, représailles sonores (perceuse sur murs mitoyens même la nuit, ...)

AINSI plus de 80% des tapages que nous subissons sont le fruit de négligence et  maltraitance graves d'enfants et adolescents.

Exemples de violences :
* agressions physiques,
* menaces de coups et blessures, menaces de viol, menaces de mort, 
* insultes, humiliations, provocations, harcèlement (ex : réponse très fréquente et très méprisante et en me tutoyant : "Ferme ta gueule, ferme ta fenêtre et rentre chez toi !!"; et je me fais traitée de "folle" à tue tête à chaque fois que je rentre ou sors de chez moi)
* et représailles sonores (...)


Ainsi, déjà malade du coeur, j'ai en plus, à cause du STRESS généré par ces conditions de vie déplorables, des arythmies cardiaques très nombreuses et très graves, mais aussi de l'hypertension et je suis donc complètement épuisée. Nos voisins me mettent ainsi en souffrance cardiaque et cardio-vasculaire très grave.
Je leur ai donc dit et écrit. Cela les fait ouvertement rire, adultes comme enfants. Et ils s'acharnent, surenchérissent. Cela les amuse beaucoup !


Et, quand j' "ose" demander aux parents d'expliquer à leurs enfants et adolescents qu'il ne faut pas faire de tapage parce que cela nuit gravement aux autres, ils me répondent violemment : "C'est des enfants, les enfants ont le droit de faire tout ce qu'ils veulent !!". Et bien, non, justement .... De plus, ils se mettent alors à m'insulter en me traitant de "folle", entre autre, et nous menacent ensuite. Alors qu'en même temps, par exemple, non seulement ils se débarrassent de leurs enfants en les laissant, selon les cas, des heures durant ("enfermés" dehors pendant que leurs "mères" font la sieste ou désaoulent), pendant des après-midi durant, des journées durant, des soirées durant ("enfermés" dehors pendant que leurs parents sont au restaurant avec des amis), seuls dehors, et/ou dans la cage d'escalier, ou chez eux, faire tout ce qui leur passe par la tête, y compris se mettre en danger, mais en plus, très souvent, ils "leurs tombent dessus" de façon très arbitraire, pour des choses sans importance, et de façon très violente verbalement, et/ou physiquement.

Les parents de ces enfants et adolescents non seulement ne leur offrent donc pas les limites indispensables à tout être humain pour se construire en tant qu'être humain (limites qui les sécurisent en même temps), mais en plus ils les soumettent à l'arbitraire de leur violence en tous genres au quotidien. Ceci est donc un système de fonctionnement non seulement très violent, mais également très pervers, qui est donc profondément déstructurant et destructeur.

 

Ainsi, il y a plusieurs petits enfants laissés seuls dans les marches dès l'âge de 18 mois. Il y a aussi les cas, par exemple, de l'un d'entre eux, qui, à 2 ans, grandit sous le joug de son "grand-père" qui le garde en journée, "grand-père" qui s'applique à le bombarder quotidiennement de "t'es nul !", et "il est con ... !" et dont les parents disent ensuite, en parlant de leur fils qui passe son temps à hurler, je cite "c'est pas de sa faute, il est hyper-actif !", et d'un autre petit, de 2 ans lui aussi, qui doit monter et descendre seul, sans aide, 3 étages, pour rentrer et sortir de chez lui, ses parents disant qu'il est, je cite, "autonome" (à 2 ans !?!) et, parce q'il hurle tout le temps : "c'est pas de sa faute, il est hyper-actif !", alors qu'ils lui hurlent dessus quotidiennement, entre autres choses, .... etc, etc .... 

Et, ce ne sont là malheureusement que quelques exemples parmi d'autres ...

Il y a pourtant une obligation légale pour les parents d'éduquer et de protéger les enfants, dans ce pays. Pourquoi ? Parce que sinon, en ne les éduquant pas, et en ne les humanisant pas, tout en leur faisant subir des violences, sans les secourir en plus, on en fait des êtres en telle souffrance qu'ils deviennent des "têtes brûlées", des barbares à leur tour. Et, les services sociaux sont là normalement pour protéger les enfants justement, et prendre le relais des parents défaillants. Car, non, la délinquance n'arrive pas par hasard. Car non, les délinquants ne sont pas des "générations spontanées", les jeunes ne faisant que ressortir la violence qu'ils ont reçu. Cette délinquance se transmet donc par l'exemple donné par les plus âgés, et elle fait très vite "boule de neige", on en fait le très triste constat tous les jours, sous notre nez. Donc, tant que les autorités sur le terrain ne régleront pas les problèmes à la racine, ça nous explosera à la tête à TOUS.

Ainsi, ces jeunes déjà harceleurs, commencent leurs "carrières" très tôt dès l'école .... en y massacrant (à leur tour) vos enfants, puis plus tard, vos adolescents au collège (vécu aussi par mon fils) et au lycée.
N'oublions pas non plus, que tous ces enfants sont aussi la société de demain.

De plus, "Cerise sur le gâteau", parmi nos agresseurs, il y a une jeune femme, fille de notre voisine de dessus, chez laquelle elle continue de faire du tapage avec son fils de 3 ans maintenant (meubles tirés et portes claquées nuit et jour, foot, "pétanque", vélo, bagarres, ...). Cette jeune femme fait parie du personnel de mairie, en étant animatrice en centre de loisirs, alors qu'elle m'a de très nombreuses fois menacée de mort, parce que je leur demandais d'arrêter leurs tapages diurnes et nocturnes, cette personne étant également très violente verbalement, psychologiquement et physiquement avec son propre fils, qui monte lui aussi les escaliers seul sans aide et en se faisant hurler dessus .... Et elle n'est pas la seule, d'autres individus parmi nos agresseurs travaillent aussi avec des enfants et des adolescents ! Comment pourrait-on croire alors que ces personnes se comportent correctement, à huis clos, avec les mineurs qui leur sont confiés ?

Donc, non seulement cette problématique pose aussi la question de la sélection qui est faite des locataires pour les attributions des logements HLM dans ce pays, pour de trop nombreux bailleurs sociaux (alors que nous voyons toujours régulièrement arriver de nouveaux délinquants), mais également, cela pose également le problème de la qualité du recrutement du personnel encadrant nos enfants en péri-scolaire. Car non, contrairement à ce que l'on croit dans ce pays, tout le monde n'est pas capable, et n'aime pas, s'occuper (correctement) des enfants .... 


De plus, toutes ces négligences et maltraitances graves de ces petits enfants, enfants et adolescents, constituent aussi une violence à vivre pour nous au quotidien.


Alors, certes, on a bien remarqué que la bêtise et la méchanceté sont à la mode en ce moment, mais, on n'est pas obligé de suivre la mode !

Nous vivons dans une ZONE de NON-DROIT pour nous et de tous les droits pour nos bourreaux, dans une DICTATURE du BRUIT et de la VIOLENCE, basée sur le TERRORISME RELATIONNEL érigé ouvertement en modèle éducatif !!

Mais, moi, on m'a appris très tôt, que le SADISME est INTERDIT (en plus d'être une très grave déviance), parce que sinon, ce n'est pas en DEMOCRATIE que nous vivons, mais en BARBARIE ! 


Et qu'à "A EXCUSER LE MAL, ON LE MULTIPLIE".


J'ai donc rapidement signalé les faits et demandé de l'aide au bailleur et au maire. En effet, le bailleur et le maire ont la responsabilité légale de régler les problèmes de tapages, et de sécurité.
J'ai signalé les faits aux services sociaux également.
Or, tout le monde nous ignore, et ignore ces mineurs.
Comme si c'était une fatalité tout ce bruit, toutes ces violences, toutes ces maltraitances de mineurs, alors que c'est précisément à ces autorités-là d'agir pour régler ces problèmes, problèmes qui, s'ils perdurent, sont le fruit de leur irresponsabilités, et non de la fatalité.
Or, nous ne "demandons pas la lune", nous demandons seulement la base du "vivre ensemble" : pouvoir vivre en PAIX et en SECURITE chez nous, ensemble. Mais, pour cela, il faut respecter et faire appliquer les lois déjà existantes !


Et donc, cela veut dire aussi, autre "cerise sur le gâteau", qu'en contre-partie de notre loyer, de notre Taxe d'Habitation, de nos impôts nous sommes très gravement maltraités et totalement méprisés. Or, on nous "jette à la poubelle". En refusant de nous reloger, on nous sacrifie à l'épanouissement de la délinquance locale.
Nous allons donc faire une demande d'Avoir au maire pour annuler notre Taxe d'Habitation, pour services facturés (tranquillité et sécurité) non rendus, ce qui s'apparente à de la fausse facturation. 
Et nous allons demander à verser notre loyer à la Caisse des Dépôts et Consignation, pour services facturés (tranquillité et sécurité) non rendus également, ce qui s'apparente aussi à de la fausse facturation. 

Car, nous ne pouvons pas vivre à l'hôtel, ou chez les autres, en attendant un re-logement qui n'arrive pas. Ainsi, j'en suis au 3ème médicament, toujours plus fort, et qui ne me protège cependant pas à 100% , et à la 2ème demande de re-logement en URGENCE, sans aucune proposition.

Et, pourtant la Loi est très claire à ce sujet, que ce soit en HLM ou dans le privé d'ailleurs :
Confer Code de Santé Publique à propos du bruit et de son impact sur la santé - articles R1334-31 et R1337-7 du Code de Santé Publique en matière de bruit :
* Aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l'homme, dans un lieu public ou privé, qu'une personne en soit elle-même à l'origine ou que ce soit par l'intermédiaire d'une personne, d'une chose dont elle a la garde ou d'un animal placé sous sa responsabilité.
* Est puni de la peine d'amende prévue pour les contraventions de la troisième classe le fait d'être à l'origine d'un bruit particulier, autre que ceux relevant de l'article R. 1337-6, de nature à porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l'homme dans les conditions prévues à l'article R. 1334-31.
* et confer le Guide du Maire : Le bruit porte atteinte à la santé de chacun et est un élément perturbateur de la vie publique :
Et « Occupation paisible des immeubles » article L 126-3 du Code de la Construction,
« Agressions sonores » article 222-16 du Code Pénal, …
… et, c'est sans parler des violences psychologiques et physiques (plaintes déposées pour le tout).
Et tous ces comportements inacceptables sont normalement sévèrement sanctionnés, si l'on en croit le règlement intérieur de notre bailleur.

Enfin, parce que nous continuons d'oser dire « NON », nous subissons des pressions, de la part de notre bailleur et de notre maire. Ce qui s'appelle faire pression sur des victimes et des témoins.

Mais, nous ne nous tairons pas :
* Parce qu'avec la crise du logement, c'est double peine pour les victimes
* Parce qu'en échange de notre loyer, le bailleur nous doit tranquillité et sécurité sur notre lieu d'habitation, même chose pour le maire en échange de notre Taxe d'Habitation 
* Parce que ce n'est pas à nous de nous adapter aux délinquants, mais aux autorités de les recadrer et de les encadrer
* Parce que sinon, c'est l'anarchie


Alors, nous continuons donc de dire « NON » pour protéger notre sécurité, et notre tranquillité dont celles de nos enfants, notre santé aussi, et notre qualité de vie.
Merci de signer notre pétition s’il vous plaît, parce que les citoyens ont aussi des droits, parce qu'on ne peut pas accepter que l'on traite ainsi impunément des femmes (en plus seules avec enfant(s)!), ni les enfants eux-mêmes, et parce que les Lois doivent être appliquées. 
Et, enfin, parce que nous ne sommes pas un cas unique : ce genre de cas « explose » en ce moment : des familles, et même des retraités ayant travaillé toute une vie, se voient assiégés comme nous, y compris dans le secteur privé.

Valérie, femme, mère, et citoyenne, et son fils, Yvelines 78, France.



Valérie compte sur vous aujourd'hui

Valérie D a besoin de votre aide pour sa pétition “Monsieur Le Procureur de La République : violences faites aux femmes et aux enfants : tapages et violences à domicile : STOP !”. Rejoignez Valérie et 69 signataires.