Baisse des PRIX! Arrêt du MATRAQUAGE FISCAL! SAUVER LE SERVICE DE SANTE!!

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Depuis de nombreuses années nous Martiniquais vivons avec des écarts de prix considérables avec la Métropole. Écarts de prix qui ne trouvent aucune justification comme l'ont démontré plusieurs reportages sur le sujet.Si aujourd'hui j'avais un boulot et que je peux t'aider financièrement pour tout. Cela changerait-il quelque chose? Je sais que je n'ai pas pu et que j'aurai du faire plus, pour que tu n'ais pas à de tout gérer.
Force est de constater que les pouvoirs publics en place n'ont pas su répondre à la question, ni permis de trouver une solution pouvant permettre de retrouver une stabilité sur le panier moyen de la ménagère. Aujourd'hui selon les chiffres de l'INSEE, les prix ne cessent d'augmenter, cette année encore le montant global augmente de 1.5%. Depuis la mise en place de la CTM, la fiscalité sur le territoire a suivi le même chemin. En 2017 la CTM a augmenté sa taxe sur le carburant de 2 cts sur l'essence et 10 cts sur le gazole, le préfet a, à cette même periode, revalorisé à 9 cts les deux carburants selon les cours constatés. Sauf que le cours du baril de pétrole n'a jamais produit une augmentation similaire sur les deux carburants jusqu'à maintenant. En plus de cette taxe, l'octroi de mer sur le gazole a été revalorisé de 0 à 5% et de 1.5 à 2.5% pour l'octroi de mer régional. Tout cela en plus de la dotation de 1.33 Milliards qu'a la CTM pour le fonctionnement du département et les investissements. Nous nous retrouvons dans une situation quasi insupportable, asphyxiés de tous les côtés, avec des salaires toujours plus bas. De plus le système de santé public est défaillant, la grêve des urgentistes montre la limite de ce qui peut être supporté. 

Par conséquent nous demandons:

1) Le retrait de la taxe de 2017 que la CTM a mis en place soit 2 cts sur l'essence et 10 cts sur le gazole. 

2) Un audit indépendant des comptes de la CTM, pour établir le montant réel de la dite dette ainsi qu'un rapport sur l'utilisation des fonds publics et des investissements réels et d’utilité publique. 

3) La désindexation de l'octroi de mer sur les produits dits de première nécessité ainsi qu'une baisse significative des prix des produits de la part des grandes enseignes.

4) la mise en place d'un observatoire des prix indépendant qui aura la charge de vérifier que les pratiques de concurrences soient respectées, ainsi que la vérification de la construction des prix des produits. De même que sur le prix de l'eau et de l'électricité, les prix des abonnements téléphoniques, internet... 

5) La réouverture des urgences de l’hôpital de Mangot Vulcin, pour désengorger les urgences du centre universitaire. L'embauche de personnels afin de maintenir un niveau de soin de qualité.  Puis la réflexion sur la construction d'un centre de soin d'urgence. 

6) La mise en place d'un organisme d'observation et d'investigations suite aux différents problèmes de prise illégale d’intérêts, de détournements de fonds publics de certains élus locaux ainsi qu'un audit des comptes des collectivités locales(mairies, cacem...). Afin de vérifier l'utilisation des fonds publics dont disposent ces administrations, de leur endettement réel, des dépenses d’utilité publique.