Maintien des pratiques de bien-être dans la métropole de LILLE

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !


   Suite aux décisions du ministre de la santé, Monsieur Olivier Véran, de fermer les structures sportives, nous, intervenants et gérants d’espaces de pratiques de bien-être de la métropole Lilloise, sollicitons votre soutien pour le maintien des pratiques de bien-être (yoga, qi gong, tai chi, danse, pilates, stretching postural, théâtre, clown, relaxation, méditation...) dans la métropole lilloise.

   Nous tenons d'abord à porter à votre attention tous les témoignages du bonheur qu'a été la reprise de nos activités ce mois-ci et de l'espace de sociabilisation que nous représentons pour nos pratiquants dans un contexte particulièrement stressant et anxiogène pour nombre d'entre eux.
   Malgré des conditions d'accès et de pratique complexes avec le port du masque, le respect des distances,... nous tenons à vous témoigner le grand respect des consignes sanitaires de notre public, particulièrement sensible aux problématiques de santé et de bien être, dans nos structures et cours.
   A ce jour, nous n'avons pas connaissance qu'un de nos cours ait créé un cluster de la COVID -19.
 
   Pour cette rentrée, afin d’assurer un accueil de qualité des pratiquants et la reprise des activités qui leur sont bénéfiques, nous avons tous mis en œuvre des mesures sanitaires et de distanciation, demandé à nos pratiquants de porter un masque, de se laver les mains, de s’inscrire sur des listes de présence, fermé nos vestiaires, mis en place des jauges basses, etc.
   Cela nous pose déjà un certain nombre de problèmes avec les pratiquants : certains ne veulent pas venir car ils pensent que les mesures sont insuffisantes, ou trop contraignantes, d'autres ont peur. Nous subissons donc déjà une grosse baisse d’activité en ce début d’année.

    Alors que les pratiquants viennent seulement de nous rejoindre, il nous faudrait maintenant cesser nos activités pour une durée indéterminée et vraisemblablement rembourser les pratiquants qui le demandent.
    Cependant, nous sortons tous d’une période difficile économiquement avec de nombreuses pertes en tant qu’espaces de pratique (loyers à payer, locations de salles perdues, prêts qui continuent de courir, charges et impôts qui n’ont pas cessé, etc.), en tant qu’intervenants (loyers des salles, salaire ou chiffre d’affaires perdus, etc.) ou en tant qu’associations (remboursement des cotisations, soutien des structures, des salles qui les accueillent en continuant de payer des loyers, etc.).
    Certaines de nos structures sont ainsi sur le point de déposer le bilan.

    Nous pensons offrir des garanties sanitaires pour nos pratiquants au moins égales à celles des autres espaces de sociabilisation, de cours ou de formation qui bénéficient d’autorisations d’ouverture.

    Depuis les annonces de Monsieur le ministre de la santé, nous sommes chaleureusement contactés par nos pratiquants qui désirent poursuivre leurs activités dans le respect des règles que nous mettrions en œuvre pour répondre aux exigences sanitaires.

    C’est pourquoi nous sollicitons de la part de Monsieur le préfet une attention particulière à notre situation. Dans un esprit de concertation, nous lui demandons de clarifier la mise en œuvre des décisions ministérielles pour la métropole Lilloise et de nous proposer des mesures sanitaires claires, en terme de distanciation, de port du masque, de jauge de participants, etc. afin que nous puissions accueillir les pratiquants et poursuivre nos activités, comme le reste des secteurs économiques.

 Collectif d'intervenants, d'associations, et d’espaces de pratiques de bien-être de la métropole lilloise.