Friche Legré-Mante M. le Préfet des BdR évaluez les risques sanitaires et environnementaux

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


Après Romainville, Vallée de l’Orbiel, Notre Dame de Paris (pour le Plomb), Rouen… Les riverains de LEGRE-MANTE (Littoral Sud de Marseille) ne seront pas les prochaines victimes !

Monsieur le préfet des Bouches du Rhône

Évaluez les risques sanitaires et environnementaux pesant sur nos quartiers !
Veuillez exercer votre pouvoir de contrôle de légalité et
vos obligations de moyens et de résultats !

La friche industrielle Legré-Mante, installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE), est située à l’entrée du Parc national des Calanques, à flanc de colline et face à la mer, au cœur d’une zone déjà trop urbanisée, enclavée et balayée par les vents.

Cette friche de 8,5 hectares est très convoitée, étant donnée sa proximité avec la mer et le Parc national des Calanques, par les promoteurs alléchés par la spéculation au mépris de la santé publique, du cadre de vie des habitants et des règles d’urbanisme. L'actuel propriétaire, se disant dépollueur, n’échappe pas à ces dérives en se lançant dans une vaste opération immobilière. La spéculation immobilière ne doit pas prévaloir sur l'obligation légale de dépollution et de protection de la santé publique.

Le risque sanitaire déjà existant sera amplifié pendant la période de dépollution par le « relargage » et la dissémination des poussières polluantes contenues dans les sols.

Ces polluants sont bien connus pour leur toxicité à effets irréversibles et différés dans le temps :

Métaux lourds : Plomb, arsenic, cadmium, mercure, etc.

Composés volatils : HAP, solvant, etc.

Toitures amiantées dont la dégradation très avancée favorise déjà l'envol de poussières d'amiante.

Pour l’Association Santé Littoral Sud (ASLS), seule l’absence d’exposition des habitants, notamment pendant la dépollution, permettrait d’éviter une catastrophe sanitaire par une évaluation et un contrôle rigoureux des risques par les autorités publiques et non par le seul promoteur immobilier.
Ces mesures de prévention, conformément à l'article 6 de la Convention d'Aarhus, doivent être concertées avec la population, dans une totale transparence, avant toute décision, ce qui aujourd’hui n'est pas le cas. En effet, la mise en place de cette concertation est de la responsabilité du Préfet.

Des études ont été engagées, depuis 2017, par le propriétaire. Mais les plus importantes qui permettraient d’établir avec certitude une absence totale de risque, sont toujours en cours, voire inexistantes.

Cette situation existe en de nombreux autres lieux du fait de la mise à jour d’anciens sites pollués. Aussi nous vous remercions de votre soutien en signant cette pétition.

Monsieur le Préfet, pour la friche industrielle Legré-Mante, nous demandons :

–  L’application des lois et règlements relatifs aux Installations classées et aux sols pollués.

–  Que soient rendues publiques toutes les études, y compris la tierce-expertise prescrite en 2017 par la préfecture.

–  Des garanties effectives, par l’évaluation préalable des impacts sur la santé publique et l'environnement, avant d’accorder toute autorisation engageant la santé des habitants.



laurent compte sur vous aujourd'hui

laurent CARTIER a besoin de votre aide pour sa pétition “Monsieur le préfet des Bouches du Rhône: Friche Legré-Mante M. le Préfet des BdR évaluer les risques sanitaires et environnementaux”. Rejoignez laurent et 836 signataires.