Pétition fermée

Le VALROMEY Territoire en voie de disparition !

Cette pétition avait 893 signataires


Le VALROMEY

! Territoire en voie de disparition !

 

Non à la scission de Valromey

Oui à la fusion

 

Habitantes, Habitants, Ami(e)s du Valromey

 

Suite à un premier arrêté préfectoral du 23 mars 2016 portant sur le schéma départemental de coopération intercommunal,  notre territoire est aujourd'hui menacé d'être rayé de la carte de France.

Par un revirement de dernière minute, à l’instigation de quelques élus des territoires voisins,  il a ainsi été décidé en mars de couper en deux  la communauté de communes du Valromey (CCV) et d'intégrer chaque partie dans une communauté de communes différentes (respectivement Bugey sud et Plateau d’Hauteville). Le processus d’adoption définitif du périmètre des futures communautés de communes comprend encore quelques étapes, sur les 4 mois à venir, pour une mise en application au 1er janvier 2017. Les principaux décisionnaires en seront le Préfet de l’Ain, et quelques élus influents à commencer par le député Damien ABAD. Nous devons agir auprès d’eux, par tout moyen , pour éviter une véritable catastrophe pour notre territoire.

 Car outre la fin de toute politique commune sur le Valromey, cette découpe entrainerait une intégration des parties et non une fusion de l’ensemble. Ce point technique constitue une inégalité flagrante pour notre territoire, qui sera privé de toute possibilité de discussion sur les compétences, les priorités, la gouvernance, de toute possibilité de défendre les intérêts et les acquis de la CCV. Ce cas, unique dans l’Ain et sans doute en France, de déni des droits d’un territoire et d’une collectivité aboutira à ce que tous les emprunts et les charges contractées par la CCV retombent directement sur les communes, qui devront donc les assumer et augmenter les impôts pour cela. Parallèlement, les taxes et contributions prélevées à partir du 1er janvier 2017 par les communautés de communes respectives de rattachement  serviront des projets censés servir en priorité les intérêts des territoires auxquels nous aurons été rattachés, et sur lesquels nous aurons très peu de prise étant donné le très faible nombre de nos représentants dans ces territoires.

Ce non accès à une fusion promis à la CCV est inacceptable. Déjà, les élus de vos communes ont largement signé une lettre ouverte au Préfet pour refuser cette situation qui nous est imposée, relayés par un autre courrier des associations du Valromey, dont les actions seraient gravement compromises à l’avenir, et par une démarche similaire de l’office du Tourisme Valromey-Retord-Grand Colombier qui, en cas de scission effective, disparaitra définitivement au 31 décembre 2016. Habitantes, habitants et amis du Valromey, demandez plus d’explication à vos élus, sur la situation et leurs actions, renseignez-vous et mobilisez-vous car le rôle de la communauté de communes est fondamental pour les politiques publiques de proximité et impactera votre vie de tous les jours : écoles, solidarité, économie et tourisme, routes, eau et environnement…

 

 « Scinder le Valromey en deux, c'est signer sa condamnation à mort en tant que territoire de projet.  C'est faire définitivement de chacune des parties les confins appauvris et dépendants de territoires plus importants, des parties rendues inaudibles par cette méthode inacceptable. C'est aussi refuser de voir l’extrême richesse de son activité associative, ses atouts touristiques et naturels, c'est nier ses capacités de développement endogène tout en s'appuyant sur des apports extérieurs. » 

Ensemble refusons cette situation inacceptable ! Oui au  maintien intégral du territoire du Valromey et Oui à la fusion ! Le Valromey doit continuer d’exister et d’être reconnu, même au sein d’ensembles plus grands !

 

Merci à toutes et tous pour votre soutien

 

 

 



Marie Agnès compte sur vous aujourd'hui

Marie Agnès MOINEAU a besoin de votre aide pour sa pétition “Monsieur le Préfet de l'Ain: Le VALROMEY Territoire en voie de disparition !”. Rejoignez Marie Agnès et 892 signataires.