NON À LA BÉTONISATION DE L'ESTEREL

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Monsieur le préfet,
Monsieur le maire de Saint-Raphaël,

Par la présente pétition nous sollicitons l’annulation du permis de construire n° PC8311819C0032 accordé le 28 octobre 2019 par la mairie de Saint Raphaël.

Accepter un projet immobilier jouxtant le site protégé NATURA 2000 de l’Estérel, dans un quartier qui vient de subir deux inondations successives est une aberration. Outre l’impact paysager irréversible de telles constructions et face à un avenir écologiquement menacé, il est impensable de produire des projets urbains de façon aussi autoritaire : Péri-urbanisation et développement durable sont totalement antagoniques.

Ces constructions imperméabiliseront encore un peu plus les sols, ce qui entrainera un ruissellement plus important et donc une augmentation du débit et de la fréquence des crues...

- Saint Raphaël est une ville avec un centre-ville, des quartiers et... des villages : Le Dramont, Agay, Anthéor, Le Trayas ; lesquels ont et tiennent à leur identité propre. Aussi Construire autoritairement 250 logements à Agay c’est augmenter de plus de 50% la population du village. Un tel projet, à l’échelle de Saint-Raphaël, reviendrait à augmenter d’un seul coup sa population de plus de 20 000 habitants... Un tel bouleversement aurait nécessité une enquête publique !

- 250 logements c’est aussi quotidiennement 500 voitures supplémentaires avec la pollution qui va avec (hydrocarbures, particules fines, pollution sonore et visuelle) sur des routes déjà saturées... Car ce projet constructif, situé à 1,5 km du centre village sera fermé sur lui-même, sans lien avec l’existant. Les habitants seront parqués. Rien ne peut se faire à pied. Or le coût des transports est défavorable à ceux qui vivent le plus loin des emplois, des commerces et des loisirs. Accéder à un logement à coût modéré est bien si le bénéfice généré ne va pas dans la pompe à essence.

- A l’instar du département des Alpes-Maritimes le Var se trouve aujourd’hui au centre d’un questionnement portant sur les effets non maîtrisés de l’« urbanisation galopante » aboutissant in fine à un recul sans précédent de la part du territoire naturel. Or un territoire naturel c’est justement la plus value qu’apporte encore le Var au le tourisme. L’Alpes-maritimisation du Var n’aura pour effet inévitable que la chute du tourisme... Qui veut passer ses vacances dans des zones périurbaines?

Nous souhaitons un autre projet pour Agay, une évolution urbaine réfléchie moins spectaculaire, moins invasive pour l’environnement et plus efficace.

Un projet pour Agay qui soit avant tout un projet de vie porté par des habitants en partenariat avec les élus et non un projet proposé par des investisseurs et porté par les politiques contre les habitants.