Pétition fermée

Sauvons l'assistanat de langue vivante en Italie !

Cette pétition avait 281 signataires


[Per la versione italiana cf. infra]

            Monsieur l’ambassadeur,

            Nous, enseignants du supérieur et du secondaire français, avons récemment appris avec stupeur et indignation les difficultés rencontrées par les assistants de langue en Italie lors de l’année scolaire 2015-2016.

            Le programme européen de l’assistanat de langue étrangère a deux objectifs principaux. Le premier est de permettre aux élèves du secondaire de chaque pays européen d’entrer en contact avec une langue vive, telle qu’elle est parlée par des locuteurs d’un âge proche du leur. Le second est d’offrir aux étudiants qui se destinent à l’enseignement une première expérience didactique – et souvent un premier contact avec le monde du travail – assortie d’un séjour d’approfondissement linguistique. Le statut prévoit une charge horaire de 12h et une modique indemnité de 850 € nets. Nombreux sont ceux qui parmi nous, enseignants, se souviennent de leur assistanat en Italie comme du moment privilégié qui a vu naître une vocation ou, tout du moins, conforté un choix de carrière.

            Notre désarroi a donc été fort lorsque nous avons constaté un désengagement financier patent de la part de l’État italien dans ce programme bilatéral. Un grand nombre d’assistants n’a en effet pas été rétribué à partir du mois de janvier, ce qui les a contraints à trouver un second travail ou, pire, à interrompre leur séjour et regagner la France.

            Cette incurie menace maintenant les assistants de l’année scolaire 2016-2017 : le programme d’envoi d’assistants en Italie pourrait être purement et simplement annulé avant la fin du mois de juin si l’État italien ne montre pas un signe d’engagement clair.

            Ces difficultés surgissent au moment même où s’amplifie l’arrivée en France de jeunes Italiens qui se présentent de plus en plus nombreux aux concours de recrutement du CAPES et de l’Agrégation. Nous sommes ravis d’accueillir chaque année ces nouveaux collègues dont le niveau de formation fait largement honneur à la réputation culturelle et scientifique de l’Italie. Mais nous devons exprimer notre inquiétude de voir ces bouleversements s’accentuer alors même que le gouvernement italien affirme avoir placé l’enseignement au centre de ses priorités avec la loi dite de la « Buona Scuola ».

            Nous vous adressons donc cette lettre ouverte pour qu’en qualité de représentant de l’Italie en France et d’interlocuteur entre nos deux pays, si proches culturellement et géographiquement, vous mettiez tout en œuvre pour assurer les bonnes conditions d’échanges d’assistants pour l’année 2016-2017, et accélérer la résolution des problèmes financiers rencontrés par les assistants de l’année précédente.

 

Premiers signataires :

Cécile Berger, Maître de Conférence – Université Toulouse – Jean Jaurès

Antonella Capra, Maître de Conférence – Université Toulouse – Jean Jaurès

Fabien Coletti, agrégé d’Italien – Université Toulouse – Jean Jaurès

Jean-Luc Nardone, Professeur des Universités – Université Toulouse – Jean Jaurès

Margherita Orsino, Professeur des Universités – Université Toulouse – Jean Jaurès

Carlo Andrea Tassinari, Lecteur d’Italien – Université Toulouse – Jean Jaurès

 

VERSIONE ITALIANA

 

            Egregio ambasciatore,

 

            Noi, insegnanti della scuola superiore e dell’università francese, abbiamo appena appreso con stupore e indignazione delle difficoltà riscontrate dagli assistenti di lingua in Italia durante l’anno scolastico 2015-2016.

            Il programma di assistentato di lingua straniera ha due scopi principali. Il primo è permettere agli studenti delle superiori di ogni paese europeo di entrare in contatto con un insegnante madrelingua loro quasi coetaneo. Il secondo è offrire una prima esperienza di lavoro agli studenti che aspirano a inserirsi nel settore dell’insegnamento, nonché un’opportunità di approfondimento linguistico. Lo statuto degli assistenti prevede un carico orario di 12 ore settimanali per un modico compenso di 850€ mensili. Per molti dei nostri colleghi quest’esperienza è stata determinante per la loro scelta di carriera.

            Siamo quindi costernati dall’effettivo disimpegno finanziario da parte dello stato italiano in questo programma bilaterale. Un gran numero di assistenti non ha percepito il proprio compenso dal mese di gennaio, il che in alcuni casi li ha costretti a cercare un secondo lavoro o, peggio, a rinunciare al loro impegno e a tornare in Francia.

            Questa incuria sta adesso minacciando gli assistenti dell’anno scolastico 2016-2017 : l’invio di assistenti potrebbe essere addirittura cancellato entro la fine del mese di giugno se lo stato italiano non lanciasse un segnale chiaro.

            Queste difficoltà sorgono proprio nel momento in cui la Francia registra un aumento esponenziale dei giovani italiani che si presentano ai concorsi de CAPES e dell’Agrégation. Siamo lieti di accogliere ogni anno nuovi colleghi il cui livello di competenza rende ampiamente onore alla reputazione culturale e scientifica dell’Italia. Tutavia, non possiamo esimerci dall’esprimere la nostra inquietudine nel vedere l’intensificarsi di queste dinamiche proprio nel momento in cui il governo italiano afferma la centralità dell’insegnamento attraverso la legge detta della « Buona Scuola ».

            Le chiediamo quindi, egregio imbasciatore, di fare tutto il possibile per assicurare il regolare svolgimento del programma di scambio per l’anno 2016-2017, e accellerare la risoluzione dei problemi finanziari riscontrati dagli assistenti dell’anno precedente.

 

Primi firmatari :

Cécile Berger, Maître de Conférence – Université Toulouse – Jean Jaurès

Antonella Capra, Maître de Conférence – Université Toulouse – Jean Jaurès

Fabien Coletti, agrégé d’Italien – Université Toulouse – Jean Jaurès

Jean-Luc Nardone, Professeur des Universités – Université Toulouse – Jean Jaurès

Margherita Orsino, Professeur des Universités – Université Toulouse – Jean Jaurès

Carlo Andrea Tassinari, Lecteur d’Italien – Université Toulouse – Jean Jaurès

 



Fabien compte sur vous aujourd'hui

Fabien COLETTI a besoin de votre aide pour sa pétition “Monsieur l'ambassadeur d'Italie en France : Sauvons l'assistanat de langue vivante en Italie !”. Rejoignez Fabien et 280 signataires.