Non à l'Expulsion, Oui à la Scolarisation des enfants réfugiés d'Athis-Mons!

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


150 personnes, dont près de 70 enfants, occupent par nécessité des pavillons vacants de la Cité de l'air à Athis Mons, à proximité de l'aéroport d'Orly.  Ces maisons, vides depuis plus de 6 ans, et appartenant à l'aviation civile (DGAC-service de l'Etat) ont en effet été progressivement investies depuis mars 2015 par des sans-logis, en majorité des familles avec enfants, réfugiés Syriens mais aussi d'Europe ou du Maghreb.

Une partie des habitants est menacée d'expulsion sans relogement stable à la suite d'un jugement de novembre 2015. Organisés en collectif, les habitants ont fait appel au DAL pour se défendre. Ils ont pris soin d'entretenir ce petit village cosmopolite, faisant face à la posture stigmatisante prise par la Mairie à leur égard qui, à l'instar d'autres mairies étiquetées à l'extrême-droite, refuse de scolariser des enfants réfugiés de sa ville malgré l’obligation légale. Les enfants ont déjà manqué toute une année d'école! Ils sont plus nombreux encore que l'an passé et ont déjà manqué la rentrée scolaire! 

Durant l'été 2017, la menace d'expulsion se faisant pressante, le collectif se mobilise et mène des actions collectives pour interpeler la préfecture de l'Essonne et le Ministère du Logement sur la situation. Comme le rappelle la Sous-préfète de Palaiseau, Mme Castelnot, dans un courrier du premier août adressé à Mme Rodier, rien ne peut être opposé à l'inscription à l'école. Interpelée par les syndicats enseignants, la Direction des Services de l’Education Nationale (DSEN) a soutenu le droit à la scolarisation des enfants convenant de la nécessité de créer des postes supplémentaires. Reste à la mairie d’Athis-Mons à se soumettre à l’injonction de la préfecture.

Le 7 septembre 2017 un comité de soutien est créé regroupant des associations et syndicats enseignants dans le but de soutenir les habitants et d'agir pour le respect de leurs droits en demandant:

-        l'arrêt de l'expulsion et le maintien dans les lieux en attendant un relogement pérenne

-        la scolarisation immédiate et à proximité pour tous les enfants en âge de l'être

-        la réquisition par l'Etat des pavillons vacants pour héberger les sans-logis, avec ou sans papiers

Nous voulons que tous les enfants de la Cité de l'air quelques soient leur origine, leur couleur et leur condition sociale, soient intégrés immédiatement dans les écoles afin que les effectifs puissent être adaptés pour l'enseignement.

Mme Rodier n'est pas au-dessus de la loi, elle ne peut s'y soustraire en toute impunité.

Il s'agit ici du viol de la déclaration universelle des droits de l'Homme, et en particulier l'article 26: " Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire."

Il s'agit également du non-respect de la Convention de Genève qui garantit les droits des civils, en particulier le protocole additionnel portant sur le statut des réfugiés et des apatrides.

Mais quand bien même le droit international serait inconnu de Mme Rodier, la Constitution française de notre Etat Républicain garantit le droit de ces enfants à accéder à une école gratuite, laïque et obligatoire comme le rappelle le préambule de la Constitution de 1958 : « La nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État ».

Ce sont des principes intangibles, des droits inaliénables, des conquêtes de l'humanité sur lesquels nous ne devons jamais céder, en aucune façon, nulle part.

Madame Rodier, qui se prétend républicaine, remet en cause un de nos principes républicains fondateurs, le droit pour toutes et tous à l’instruction, donc à l’émancipation, quelle que soit sa couleur, sa religion ou sa nationalité.

Non à l’expulsion ! Oui à la scolarisation immédiate de TOUS les enfants de la cité de l'Air !    #EcolePourTous

Premiers signataires : AJAR, CGT Educ'action, DAL HLM Vigneux, DAL Paris et Environs, FCPE Athis, FSU, RESF, SGEN-CFDT, FO Education, APEI St Exupéry-Michelet, ASET 93, ...



Collectif pour l'Accueil des Réfugiés et demandeurs d'Asile compte sur vous aujourd'hui

Collectif pour l'Accueil des Réfugiés et demandeurs d'Asile a besoin de votre aide pour sa pétition “Mme Rodier: Pas d'expulsion! Scolarisation des enfants réfugiés d'Athis-Mons !”. Rejoignez Collectif pour l'Accueil des Réfugiés et demandeurs d'Asile et 267 signataires.