Petitioning Maire de Paris Mme Hidalgo and 2 others

Liu Xiaobo est mort, n'abandonnez pas Liu Xia !

0

0 have signed. Let’s get to 1,000.

[28 octobre, dernière mise-à-jour : Le Prix Nobel de la paix Liu Xiaobo, pour lequel j'avais lancé cette pétition en juillet (voir ci-dessous), est mort derrière les barreaux, abandonné de nos démocraties. Son corps a été incinéré le lendemain même, au mépris des coutumes funéraires chinoises. Ses cendres ont ensuite été dispersées en mer pour le priver, à jamais, de sépulture. La veuve de Liu Xiaobo, Liu Xia, reste l'otage de l'Etat chinois, qui fera tout pour la réduire au silence. Paris, capitale mondiale des Droits de l'homme, doit faire entendre sa voix pour qu'elle échappe enfin au cauchemar kafkaïen qu'elle vit depuis 2010.

Littéralement séquestrée dans son appartement depuis 2010, longtemps privée même du droit de lire les lettres que Liu Xiaobo lui écrivait, Liu Xia, qui a perdu son père en 2016 et sa mère tout récemment, sans internet et sans téléphone, n’avait d’autre joie que de voir son mari une fois par mois à travers un guichet de verre après un interminable voyage jusqu’à la prison. Encore ne pouvait-elle lui parler de la vie de recluse qu’elle menait ou des persécutions qu’endurait son frère, condamné à une lourde peine de prison après un procès truqué… Elle ne les lui a révélées que peu de temps avant sa mort, bravant l’interdit des autorités au risque d’encourir de nouvelles brimades de leur part.  

Enlevée par le pouvoir immédiatement après les funérailles de Liu Xiaobo, Liu Xia a été portée disparue pendant les 49 jours du deuil rituel, exhibée dans deux vidéos de propagande, puis ramenée à Pékin où elle suppliait qu’on la laisse demeurer chez elle mais les autorités l’ont à nouveau contrainte à des « vacances forcées » à la veille du Congrès du PCC… On ne sait ni où elle est ni quel est son état de santé, sinon qu'elle reste depuis des années sous antidépresseurs et qu'elle a des problèmes cardiaques exigeant une surveillance médicale régulière.

La détention de Liu Xia par le régime communiste ne repose sur aucun fondement juridique, pas même dans la loi chinoise. Comme l’affirme Jared Genser, l’avocat américain qui a entrepris de plaider sa cause à l’ONU, Liu Xia « a désespérément besoin de l’aide du monde entier pour recouvrer la liberté. » Mais la Chine, qui s’affirme désormais comme une puissance économique mondiale, a réussi à museler les défenseurs des droits de l’homme un peu partout dans le monde et les leaders mondiaux du G20 ont préféré saluer "le grand leader" qu'est Xi Jinping plutôt que d'exiger, d'une seule voix, la libération de Liu Xia. Il serait dramatique que Paris, après avoir abandonné Liu Xiaobo, garde le silence sur le sort qui est aujourd’hui réservé à sa veuve. 

En exhibant les portraits géants de Liu Xiaobo et de Liu Xia sur la façade de la Mairie de Paris, Mme Hidalgo apporterait à cette femme courageuse un soutien inestimable et démontrerait, une fois encore, l'attachement de la Ville de Paris à la liberté et aux idéaux auxquels Liu Xiaobo a sacrifié son bonheur, sa liberté et sa vie. « Il y a des formes et des gestes très symboliques qui montrent l'engagement d'une ville », disait Mme Hidalgo en pavoisant l’Hôtel-de-Ville aux couleurs de l’arc-en-ciel pour défendre le droit d’aimer au-delà des frontières du genre. Nous  lui demandons, aujourd'hui, de ne pas l'oublier en agissant concrètement pour la libération de Liu Xia. 

Liu Xiaobo is dead but his death must not prevent you from signing this petition. Liu Xiaobo's wife, Liu Xia, is still a prisoner of the chinese state. China will do whatever it can to silence her. Paris, the world capital of human rights, must speak out so that Liu Xia eventually escape the Kafkaesque nightmare she has been living since 2010.] 

You'll find an English translation below

A Madame Hidalgo, Maire de Paris

                Paris est, pour le monde entier, la ville de la liberté et le symbole de la lutte pour les Droits de l’homme. Vous l’avez montré, tout récemment encore, en pavoisant l’Hôtel-de-Ville aux couleurs de l’arc-en-ciel pour défendre le droit d’aimer au-delà des frontières du genre : « Il y a des formes et des gestes très symboliques qui montrent l'engagement d'une ville », expliquiez-vous alors. Nous vous demandons aujourd’hui un geste tout aussi symbolique pour la défense de Liu Xiaobo, le Prix Nobel de la Paix, qui se meurt en Chine, et dont la dernière volonté est de mourir « à l’Ouest »…

Si mes souvenirs sont bons, la Mairie de Paris avait clairement affiché son soutien à Liu Xiaobo lors de la cérémonie au cours de laquelle le Prix Nobel de la Paix lui a été décerné devant une chaise vide. C’était en 2010. Les années ont passé et la Chine, qui s’affirme désormais comme une puissance économique mondiale, a réussi à museler les défenseurs des droits de l’homme un peu partout dans le monde. Il serait dramatique que Paris garde le silence sur le sort qui lui est aujourd’hui réservé.

Liu Xiaobo, qui purgeait une peine de onze ans de prison pour avoir exercé son droit constitutionnel à la liberté d’expression en participant à la rédaction de la Charte 08, a été admis à l’hôpital de Shenyang, dans le Liaoning, pour traiter un cancer du foie en phase terminale. Mais, loin d’être « libre », comme on a pu le lire ici ou là, il reste sous surveillance étroite des autorités dans cette lointaine province, proche de la Corée du Nord.

Sa femme, la poétesse Liu Xia, dont le seul crime est d’être l’épouse d’un dissident et qui vit depuis 2010 en résidence surveillée (un régime proche, en Chine, de la séquestration pure et simple), a pu se rendre à son chevet. Elle affirme que les autorités ont refusé à maintes reprises de lui transmettre le dossier médical de son mari. Bien que les autorités chinoises affirment que celui-ci a bénéficié une fois par an d’un examen médical approfondi et d’une visite médicale tous les quinze jours depuis son incarcération, Liu Xia se demande pourquoi le cancer n’a été diagnostiqué, officiellement, que le 7 juin, et pourquoi son hospitalisation a été aussi tardive. Alors que ce cancer, conséquence probable d’une hépatite B contractée en détention, ne peut être ni opéré, ni traité par les rayons ou la chimiothérapie, mériterait d’être pris en charge par les meilleurs spécialistes, Liu Xiaobo s’est vu refuser le droit d’être soigné à Pékin et les demandes des pays étrangers qui se disent prêts à l’accueillir, comme la France, sont restées lettres mortes.

Le Prix Nobel de la Paix, dont toute la pensée politique est inspirée de la philosophie des Lumières, veut quitter la Chine pour mourir en homme libre. Mais il veut aussi libérer sa femme, Liu Xia, et le frère de celle-ci, lui aussi victime d’une féroce répression du seul fait de ses liens de parenté avec elle, du cauchemar qu’ils endurent.

En militant pour les droits de l’homme dans son pays, Liu Xiaobo défendait les valeurs universelles qui sont les nôtres. Les prisonniers politiques chinois sont aussi prisonniers de notre lâcheté et de notre silence. Il serait inacceptable que Paris ne fasse pas entendre sa voix et ne fasse pas un geste pour Liu Xiaobo. Paris occupe une place toute particulière dans le cœur des Chinois. Ils sont nombreux à visiter la capitale mais bien peu savent le martyre du Prix Nobel de la Paix. Paris ne peut accepter cette conjuration du silence ! En affichant les portraits géants de Liu Xiaobo et de Liu Xia sur la façade de la Mairie, vous leur apporteriez un soutien inestimable dans la nouvelle épreuve qu’ils traversent et vous démontreriez, une fois encore, l’attachement de la Ville de Paris à la liberté et aux idéaux auxquels cet homme courageux a sacrifié son bonheur et, peut-être, sa vie. 

En espérant que vous serez nombreux à signer cet appel et qu'il ne restera pas vain, 

Béatrice Desgranges

ENGLISH TRANSLATION

To Mrs Anne Hidalgo, Mayor of Paris

Paris is the symbol of freedom and human rights all over the world. You lately gave evidence of that in displaying the rainbow flag on the Town Hall façade to support the right for all to love beyond gender boundaries: “there are symbolical forms and gestures that show the commitment of a city”, you said. Today we ask you to do a symbolical gesture to support the Nobel Peace Prize Laureate, Liu Xiaobo, who is dying in China and whose last will is to die in the West.

From my recollection, The City Hall of Paris openly declared its support for Liu Xiaobo when the Nobel Peace Prize was awarded to him in front of an empty chair. It was in 2010. Years have passed and China has become the world's second-largest economic power and managed to silence human rights defenders in many places around the world. If Paris kept silent about Liu Xiaobo’s fate, it would be tragic. 

Liu Xiaobo has used his constitutional freedom of speech when he participated in the drafting of the “Charter 08”, that is why he was condemned to serve an eleven-year prison sentence; diagnosed with terminal liver cancer, he has been granted medical parole to receive medical treatment. But far from being “free” as too many are writing, he is kept prisoner under close watch in a hospital affiliated with The China Medical University in Shenyang, far away from Beijing, in Liaoning, near North Korea.

His wife, the poet Liu Xia, whose only crime is to be a dissident’s wife and who has been living under strict house arrest since 2010 (actually a form of mere sequestration in China), has been allowed to visit him and look after him. She stated that the officials refused to transfer her his medical record. Although Jinzhou prison authorities pretend they had given Liu annual health checks since he started his prison term in 2010, and that he was given medical consultations every two weeks, Liu Xia wonders why he was officially diagnosed with terminal cancer on the 7th of June, and he has been admitted so late to hospital. This liver cancer is likely a consequence of the hepatitis B he has contracted during his detention (either in camp or in prison); Liu Xia is stating this late phase cancer may not be cured either with surgery, chemotherapy or radiation therapy and deserves to be handled by the best experts but Chinese officials denied Liu Xiaobo the right to go to a hospital in Beijing; as for foreign requests of the countries who say they are ready to host Liu Xiaobo and Liu Xia, they went unheeded.

The Nobel Peace Prize Laureate, whose whole political thought has been drawn from the Enlightenment Philosophy, wants to leave China and die as a free man. But he also wants to free his wife, Liu Xia, and her brother (who has been severely harassed by the power only because of his ties of kinship with Liu Xia) from the nightmare they are both living.

Defending human rights in his country, Liu Xiaobo was defending the universal values which are ours. The Chinese political prisoners are also prisoners of our silence and cowardice. If Paris does not speak out for Liu Xiaobo, if Paris does not make a significant gesture for him, it will be tragic. Paris is dear to the heart of the Chinese people. They are many to visit the capital city but very few of them have ever heard of Liu Xiaobo’s martyrdom. Paris cannot bear the conspiracy of silence. In displaying giant portraits of Liu Xiaobo and Liu Xia on the Town Hall façade, you would provide them a tremendous support in the plight they are going through and you would demonstrate, once again, the commitment of Paris for freedom and ideals to which this courageous man sacrificed his happiness, and, maybe, his life.

Hoping many of you will sign this petition and it won’t be in vain,

Beatrice Desgranges

This petition will be delivered to:


    Béatrice DESGRANGES started this petition with a single signature, and now has 620 supporters. Start a petition today to change something you care about.




    Today: Béatrice is counting on you

    Béatrice DESGRANGES needs your help with “Mme Hidalgo : Après la mort de Liu Xiaobo, Paris doit afficher son soutien à Liu Xia !”. Join Béatrice and 619 supporters today.