Aider moi à rentrer chez moi

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Aidez-moi, s'il vous plaît.

Je suis en famille d'accueil depuis le 15 décembre 2017 suite à ma décision, j'avais besoin de prendre du recul; je voulais juste 15 jours de placement histoire de régler quelques petits trucs. Je pensais que mes parents ne me comprenaient pas, on ne se parlait plus trop et j'en étais malade.

Douze jours plus tard, le 27 décembre 2017, il y a eu une audience au tribunal de Coutances avec Mme Aricat (la juge), mes parents sont venus avec ma plus grande sœur, ils étaient tous anéantis. Ils ont pris un avocat, ce qui coûte énormément d'argent, ils avaient emmenés pleins de papiers, des lettres que j'ai pu leur faire, la juge nous alors dit qu'elle nous donnerait sa décision.

Le vendredi 29 décembre,  2 jours après l'audience Mme Aricat a décidé d'un placement provisoire de 4 mois, soi-disant parce que je suis dans un mal-être et qu'il faut m'éloigner de ma famille. J'avais demandé à rentrer chez moi avec un suivi psychologique et un éducateur, ceci m'a été refusé.
Je n'ai pas eu le droit de passer Noël ni le jour de l'an avec ma famille, juste dans une famille d'accueil, une famille qui n'est pas la mienne. J'avais pourtant fais la demande et maintenant on me soutient le contraire.

Le CDE ( centre départemental de l'enfance ) de Saint Lo et la juge ont alors dit que mon père est inexistant dans ma vie juste parce que je parle plus avec ma mère qu'avec lui. Les 15 premiers jours de mon placement, je ne voulais pas vraiment avoir de contact avec ma famille pour que les gens ne disent pas que mes parents me mettent la pression, je leur ai juste envoyé un message à Noël. Mes parents ne me mettent pas du tout la pression, comme le disent la juge et le CDE.

J'ai décidé d'arrêter mes études,  alors que j'étais en 2nde bac pro en mfr ( Maison familiale rurale ), plus rien ne m'intéresse, je veux juste rentrer chez moi.

Je veux juste rentrer chez moi, avec ma famille, mes neveux et nièces qui ne comprennent pas mon absence lors des repas de famille, aux fêtes et auprès de ma grand-mère de 86 ans qui est tellement mal depuis que je ne suis plus là.

Si je reste en famille d'accueil, j'ai peur d'en avoir marre, et de partir; déjà que je n'ai plus trop faim.
Le 02 juillet 2017, quelques mois après avoir subi du harcèlement scolaire, j'ai fait une tentative de suicide médicamenteuse assez grave et non à cause de ma famille.

Mes parents m'ont toujours soutenu dans ces moments difficiles, ils ont même déménagé pour me protéger. Madame la juge, revoyez au plus vite votre jugement, je vous ai dit à l'audience que je voulais rentrer chez moi, je l'ai dit à l’éducateur, au CPE, à la famille d'accueil, à la psychologue, mais vous ne m’écoutez pas. Je me suis renseignée sur internet et c'est un placement abusif, mes parents et ma famille me manquent. Je ferais tout pour rentrer chez moi.

Entendez moi, j'accepte un suivi ainsi que mes parents, qui vous l'on dit à l'audience, mais un suivi à domicile. Mes jours ne sont pas en danger, je ne suis pas maltraitée, et je suis plutôt une adolescente gâtée.

S'il vous plaît, signez, partagez la pétition. Merci.
Goubert Léa.

 



Lhea compte sur vous aujourd'hui

Lhea GOUBERT a besoin de votre aide pour sa pétition “Mme Aricat - juge coutances: Aider moi à rentrer chez moi”. Rejoignez Lhea et 43 signataires.