Non à la réforme du 3ème cycle des internes en médecine

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Jusqu’à très récemment, l’essentiel de la formation des internes s’effectuait dans les services hospitaliers sous la forme d’un compagnonnage assuré par les seniors des hôpitaux.  En échange de cet apport d’expérience et d’enseignement clinique, les internes formaient la cheville ouvrière des services hospitaliers, au prix d’une activité parfois intense, mais qui leur permettait d’acquérir l’expérience nécessaire à leur exercice futur. A ce titre, ils fournissaient un travail médical de première importance pour les patients hospitalisés. Ce système gagnant-gagnant pour les deux parties, en cours dans la plupart des pays, a permis à la France de développer un des meilleurs système de santé au monde.

Depuis la réforme du 3éme cycle des études médicales, les internes, surtout en médecine générale, n’ont plus la possibilité d’effectuer des stages en service de médecine ou de chirurgie adulte. Cette réforme aura des conséquences néfastes majeures pour les internes et les hôpitaux.

Pour les internes, rien ne prouve à l’heure actuelle que la formation extrahospitalière sera de meilleur niveau. Aucune étude, aucune publication ne permet de l’établir et d’ailleurs aucune évaluation de la qualité de l’enseignement ne semble prévue. Au contraire, le simple fait de réduire le nombre de gardes va diminuer l’expérience de la gestion des cas difficiles ou critiques. Par ailleurs, la charge de travail à assurer pas les quelques internes qui restent encore dans les hôpitaux va devenir insupportable tant au quotidien qu’en terme de gardes et astreintes. Enfin, cette réforme entraîne des coûts supplémentaires puisque, contrairement aux hôpitaux, les praticiens libéraux sont rémunérés pour accueillir des internes.

Pour les hôpitaux publics, déjà exposés à une pénurie de médecins seniors et soumis à des contraintes administratives de plus en plus lourdes, les conséquences sont catastrophiques. Il est insensé d’imaginer qu’on puisse amputer l’hôpital d’une partie importante de ces forces vives sans analyser, anticiper et compenser des répercussions dramatiques. L’activité, dans un cadre budgétaire tendu, va diminuer. Des lits seront fermés surtout en période de congés avec un retentissement majeur sur les capacités d’accueil et le travail des SAU. Pour la première fois on s’achemine vers une catastrophe sanitaire non pas prévisible mais prévue ! Les médecins seniors vont compenser le travail des internes au détriment de leurs activités de consultations ou d’acte techniques, là où leur plus-value est la plus importante. Plus à long terme, le risque d’une fuite des praticiens du public ou de l’absence d’engagement des plus jeunes dans une carrière hospitalière est évident. Ainsi des services entiers, voire des hôpitaux parmi les plus fragiles devront fermer.

Compte-tenu de la gravité de la situation, nous demandons, en signant cette pétition que les maquettes des internes soient réévaluées.



yves compte sur vous aujourd'hui

yves DIMITROV a besoin de votre aide pour sa pétition “Mme Agnes Buzyn: Non à la réforme du 3ème cycle des internes en médecine”. Rejoignez yves et 401 signataires.