Art-thérapeutes Debout !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Je demande solennellement aux art-thérapeutes de France de cesser leurs querelles et de se regrouper toutes tendances confondues pour construire tous ensemble, et de faire enfin reconnaître le métier d'art-thérapeute en France !

Aujourd'hui, il existe plus de 100 formations d'art-thérapeutes qui génèrent plus de 100 diplômes et certifications qui ne sont reconnus que par l'organisme de formation qui les délivrent !
On nous a fait croire que la certification professionnelle (RNCP) est un diplôme d'état.

Ce que je vous propose, c'est un véritable Diplôme d'Etat d'Art-Thérapeute, le DEA-T.

Un DEA-T sur trois ans, bac+3 niveau licence avec la possibilité d'intégrer le système L-M-D (Licence-Master-Doctorat) pour celles et ceux qui souhaitent approfondir leurs recherches comme cela se pratique dans d'autres professions.

Depuis des années, j'entends parler de la reconnaissance du métier d'art-thérapeute, c'est un peu comme l'Arlésienne on en parle mais on ne la voit jamais!
Ce métier, cette profession en devenir est une illusion, puisque le plus souvent les formations proposées le sont pour des professionnels de la santé et de l'éducation, c'est une spécialisation mais pas encore un métier !
Comment fédérer une spécialisation qui n'est pas un métier et encore moins une profession ?
La conséquence de cette situation douloureuse pour beaucoup d'entre vous, m'amène à constater une réalité de terrain, les art-thérapeutes sont auto-entrepreneurs ou associatifs car les portes de l'Hôpital leurs sont fermées.
Le métier d'art-thérapeute n'est pas référencé au "Répertoire des métiers de la Fonction Publique Hospitalière".
Il n'est pas reconnu non plus en tant que profession libérale dite réglementée mais seulement reconnu comme profession libérale non réglementée au même titre que voyante, cartomancienne, astrologue ou détective ?

Le leitmotiv que je martèle depuis des années est le suivant :
"Un diplôme, un métier, une profession !"

Mais lorsque, je prononce ce slogan sacrilège, c'est une levée de boucliers unanime de la part des pontes, des ténors, des gourous de l'art-thérapie française qui tiennent le haut du pavé !
Je ne peux m’empêcher d'avoir une pensée pour les slogans en vogue en mai 68:
" Sous les pavés, la plage !"
Et bien, il est grand temps de jeter un pavé dans la mare de l'art-thérapie française parce que j'en ai marre que l'on nous raconte des histoires à dormir debout !

Il y a trop d'argent qui est en jeu dans le domaine de la formation pour que les organismes de formation qui ont pignons sur rue en France lâchent prise.
La vie est un combat, est si nous ne nous battons pas pour faire advenir le métier d'art-thérapeute, personne ne le fera à notre place !

Je propose aux art-thérapeutes de toutes obédiences de se réunir, de se fédérer véritablement pour enfin sortir de la précarité dans laquelle cette situation nous maintient.
Je sais que les art-thérapeutes ne peuvent pas vivre de cette activité uniquement, elle génère difficilement 1000€ par mois.
Je vous propose de vivre décemment de votre métier et de gagner votre vie et non de la perdre à la gagner ! De sortir de la précarité ou le système de l'art-thérapie française vous maintient, n'oublions pas que nous sommes dans un pays pratiquant l'économie néo-libérale qui a pour unique objectif : le profit !

Un Diplôme d'Etat d'Art-Thérapeute sur 3 ans ?

Préambule :
Le concept générique d'art-thérapie regroupe les disciplines des art-plastiques, de la musique, de la danse, du théâtre, des arts de la scène, des médiations thérapeutiques, artistiques et culturelles.
Nous pourrions imaginer pour l'étudiant en art-thérapie un tronc commun pour la première année. Ensuite, il choisira son orientation à partir de la deuxième année.

1) La Théorie :
Des apports théoriques sans aucunes exclusions, Il s'agit au contraire d'inclure tous les domaines susceptibles de toucher et d'intéresser l'Art-thérapie.
La psychanalyse qu'elle soit freudienne, lacanienne, jungienne, intégrative et j'en passe des meilleures...
La psychologie, la psychopathologie...
La psychiatrie, la cancérologie, la pédiatrie, la gériatrie...
La psychopathologie de l'Expression.
L’anthropologie, l'ethnopsychiatrie, la philosophie, la phénoménologie...
Le développement personnel, la relation d'aide centrée sur la personne, la spiritualité, les TCC, la méditation, etc...la liste n'est pas exhaustive, vous avez surement des disciplines à rajouter ?

2) La pratique :
L'étude de l'Histoire de l'Art est associée à des ateliers expérientiels sur les arts et les médiations thérapeutiques, artistiques et culturelles.
Les arts plastiques, la danse, la musique, le théâtre, le conte, les masques, les marionnettes, l'orthi-thérapie, l'équi-thérapie, la zoothérapie, etc... et bien d'autres choses comme la cuisine, la pétanque, la randonnée...
L'étudiant en art-thérapie devra se confronter avec l'éprouvé du processus de Création.
A l'exposition de ses œuvres pour ressentir esthétiquement les effets cathartiques de son art. Il se confrontera aux regards et à la critique de l'Autre avec son désir de reconnaissance et la reconnaissance de son désir !

3) Les stages en entreprises :
En alternance avec les apports théoriques et les ateliers de mise en pratique, l'étudiant ira s'immerger dans le monde du travail.
Dans le domaine hospitalier, en psychiatrie, pédo-psychiatrie, pédiatrie, cancérologie, soins palliatifs, gériatrie, etc...
Dans le domaine du privé, en clinique, centre de rééducation, institutions diverses, IME, Ateliers occupationnels, FAM, ESAT, etc...
Dans le domaine du libéral, en accompagnant des art-thérapeutes en cabinet.

4) L'analyse et la supervision :
L'étudiant entamera une psychothérapie pour en ressentir les effets.
Il sera supervisé pendant sa scolarité et ses stages en entreprises.

5) La scolarité :
L'étudiant en art-thérapie valide chaque année son passage dans l'année suivante par un examen tant théorique que pratique.
Les stages de terrain sont notés.
En fin de troisième année, l'étudiant remet un mémoire et doit passer l'examen final tant théorique que pratique pour l'obtention du Diplôme d'Etat d'Art-Thérapeute !

Nous méritons un vrai métier, et de pouvoir être reconnu, de ne pas avoir honte de notre profession qui ce trouve dévoyée en participant aux Maisons du Bien-Etre et assimilée à une pratique ésotérique !
Une profession qui défende le métier, et qui puisse se réunir et se retrouver avec le syndicat de votre choix. Et puis, pourquoi pas un ordre des art-thérapeutes comme dans les professions qui sont déjà reconnues. Mettre un terme aux systèmes défensifs et moyenâgeux que sont La Guilde, La Ligue, L'Annuaire, supprimer cette sélection qui n'est reconnue que par l'organisme de formation qui les a créés.

Camarades art-thérapeutes votre avenir est entre vos mains, ne laissons pas à d'autres le soin dans décider à notre place !

Un seul mot d'ordre :
"Un diplôme, un métier, une profession !"

Jean-Louis Aguilar / Art-thérapeute
Contact :asso.arat@gmail.com



Jean-Louis Aguilar compte sur vous aujourd'hui

Jean-Louis Aguilar ARAT a besoin de votre aide pour sa pétition “Ministre de la Santé : Art-thérapeutes Debout !”. Rejoignez Jean-Louis Aguilar et 622 signataires.