Annulation de la suppression de 598 postes et 174 lits au CHRUN

0 a signé. Prochain objectif : 75 000 !


Alors que nous sommes en pleine crise sanitaire, l’ex-directeur de l’ARS Grand Est, Christian Lannelongue,  a affirmé (Est Républicain, Samedi le 04 Avril 2020) qu’il poursuivra la mise en œuvre du plan du Copermo* du 16 juillet 2019, en parfaite continuité de la politique des gouvernements successifs : « Nous aurons quelques semaines de retard mais la trajectoire restera la même … c’est une vision très exigeante », reconnaît Christophe Lannelongue. Le Copermo prévoit la suppression de 598 postes dans les cinq ans et la fermeture de 174 lits. ».

En réponse au tollé des déclarations du directeur de l’ARS, le Ministre de la Santé a démissionné le directeur de l’ARS et s'est prononcé pour la "suspension" de "tous les plans de réorganisation" en attendant "la grande consultation qui suivra".

« Suspension », « plans de réorganisation », « grande consultation » ne veulent pas dire abandon et annulation des suppressions de lits et de postes.

Alors que les personnels hospitaliers ont depuis plus d’un an alerté direction ARS, bien avant l’éclatement de la pandémie, alors que les hôpitaux manquent de tout, personnel, lits, matériel, le gouvernement ose maintenant déclarer qu’il n’abandonnerait pas ce plan ?

Qui peut comprendre dans la situation de pandémie que nous vivons et contre laquelle contaminés et personnels soignants luttent ? Où nous mènerait une telle orientation, sinon à toujours plus de drames, à la négation du droit à pouvoir être soigné correctement par des personnels non épuisés par leur charge de travail ?

Nous ne pouvons pas accepter ! C’est une question de vie, une question de civilisation et aussi de respect pour tous ceux qui ont déjà tiré les sonnettes d’alarmes depuis des années de contre-réformes par les gouvernements successifs.

De nombreuses voix se sont fait entendre contre cette destruction programmée du CHRUN. Le moment est venu de s’unir sur une base claire pour imposer :

  1. ·         L’annulation tout de suite du plan COPERMO, c’est-à-dire le maintien les 598 postes et 174 lits au CHRU de Nancy
  2. ·         La création dès maintenant de lits et services nécessaires avec le matériel correspondant, le recrutement des personnels soignants en nombre, pour répondre aux besoins actuels liés à la pandémie tout en permettant de poursuivre tous les soins programmés avant la pandémie, et pour répondre aux pandémies éventuelles futures,
  3. ·         L’annulation de la dette de l’hôpital créée par les réformes passées

Il faut stopper cette politique de destruction de la santé publique.

Dans cette situation difficile, l’isolement dans lequel nous sommes suite au confinement ne doit pas être un obstacle à l’unité pour obtenir ces demandes de bons sens, de civilisation, car le jour d’après c’est dès maintenant.

Travailleurs, personnels soignants, mères de famille, jeunes, retraités, chômeurs, précaires, citoyens confrontés à l’épidémie, nous affirmons : ces mesures sont l’urgence. Signez, faites signer cette pétition.

Prenez soin de vous et organisons-nous !

* Copermo : Comité interministériel de performance et de la modernisation de l'offre de soins.



Jean compte sur vous aujourd'hui

Jean DUBESSY a besoin de votre aide pour sa pétition “Ministre de la Santé: Annulation de la suppression de 598 postes et 174 lits au CHRUN”. Rejoignez Jean et 58 313 signataires.