Pour sauver la presse libre et indépendante

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


           A la Libération, le CNR posa les bases de ce que devrait être le paysage médiatique : un espace de « liberté de conscience, de pensée et d’expression, indépendant des puissances d’argent ». Ses membres portèrent de nombreuses autres réformes de progrès social comme la création de la Sécurité Sociale, la défense du droit au travail et la sécurité de l’emploi.

          Comme de nombreux acquis sociaux hérités du CNR, la liberté et l’indépendance des médias sont aujourd’hui mis à mal. En effet, sept milliardaires français possèdent 95% de la presse et la quasi-totalité des grands médias. Par exemple, Vincent Bolloré détient de nombreuses chaines de télévision : Canal+, C8, Cnews… Le journal Libération, le magazine L’Express et la chaine d’information en continu BFM TV appartiennent au patron de SFR, Patrick Drahi. La famille Dassault possède Le Figaro tandis que Bernard Arnault est propriétaire du journal Les Échos. La radio n’est également pas épargnée : Bernard Arnault, à travers ses groupes LVMH et Les Echos possède Radio Classique ; Europe 1, RFM, Virgin Radio sont entre les mains du groupe Lagardère (Hachette Livre, Relay, Larousse). Cette concentration des moyens d’information dans les mains de groupes industriels et financiers nuit considérablement à la pluralité des points de vue nécessaire au débat démocratique.

 

          Il est donc urgent d’assurer l’indépendance de la presse et de soutenir les médias non inféodés aux puissances d’argent comme le journal historique L’Humanité ou encore Fakir, Politis, Médiapart, Alternatives Économiques, La Croix, le Monde Diplomatique mais également basta !, Charlie Hebdo, Causette et La Décroissance. Ces médias qui, par leurs prises de position diverses contribuent à la réflexion et à la pluralité de l’information, sont menacés à plus ou moins long terme par l’accroissement du poids de la finance dans le champ médiatique et le désengagement de l’Etat.

 

C’est pourquoi nous demandons dès aujourd’hui :

  1. la présence régulière sur les plateaux de télévision de journalistes des médias indépendants ;
  2. une refonte des aides de l’État pour une plus juste répartition ;
  3. l’ouverture d’un véritable débat débouchant sur l’adoption de mesures visant à limiter le pouvoir de la finance dans le champ médiatique.


Les Amis de l'Huma 63 compte sur vous aujourd'hui

Les Amis de l'Huma 63 a besoin de votre aide pour sa pétition “Ministre de la Culture : Pour sauver la presse libre et indépendante”. Rejoignez Les Amis de l'Huma 63 et 31 signataires.