Victoire

Pour l'inclusion des élèves en situation de handicap.

Cette pétition a abouti avec 498 signatures !


Pour que les familles des enfants en situation de handicap ne vivent plus ces souffrances infligées gratuitement et inutilement par l'école.

Le vendredi 8 janvier au matin, Julie notre petite fille de 5 ans porteuse d'un handicap caractérisé par un retard psychomoteur et un décalage dans les acquisitions, a fabriqué à l'école une galette des rois avec ses camarades.

Exceptionnellement, la veille, il a été demandé à la maman de ne pas venir avec Julie le vendredi après midi car "le programme a été modifié". Nous nous sommes aperçus que ce vendredi après midi là, les élèves de la classe de Julie ont fêté la galette des rois !

Notre petite fille handicapée de 5 ans a donc été "cordialement évitée" !

Julie a bien compris qu'il y avait galette des rois l'après midi et a pleuré pendant plus d'une demie heure par ce qu'elle ne comprenait pas pourquoi elle ne pouvait pas aller à l'école ce jour là et partager ce moment de convivialité avec les copains.

Malheureusement, ce n'est pas un incident isolé.

Pour exemple, la directrice de l'école n'a pas hésité en début d'année, dans un emploi du temps bâti sans concertation avec les parents, à nous demander de venir chercher Julie 15 minutes avant la sortie des autres élèves.

De même, lors d’un échange de mails, la directrice de l’école a suggéré à la famille de décaler le suivi médical « si les rendez-vous coïncident avec les moments de présence à l’école ».

Il n'est pas surprenant qu'une inspectrice académique intervienne et recadre la situation. Il est bien dommage que cette directrice ait été absente ce jour là, absence excusée par un arrêt de travail. Cela aurait peut être évité 4 emploi du temps différents entre septembre et janvier.

Julie est une petite fille dont on me dit souvent être attachante. Sa gentillesse et sa docilité en fait une enfant calme décrit par l'école comme réservée, passive voire dans l'attente. Elle ne peut en aucun cas perturber le déroulement de la classe par une quelconque agitation. Elle ne mérite pas le traitement qu'elle subit. Aucun enfant ne le mérite d'ailleurs, fut il exempt de handicap.

Si l'article 1er de la déclaration universelle des droits de l'homme est "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité". Il semblerait que pour l'équipe pédagogique de la maternelle de Cauffry dans l'Oise, notre fille Julie ne soit pas née tout à fait égale.

« Je défends le thème de l’école inclusive. Ce n’est pas à l’élève de s’adapter au système mais au système de s’adapter aux spécificités des élèves. »

Najat Vallaud-Belkacem  - Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Bulletin officiel spécial n° 7 du 11 décembre 2014 :

Le directeur veille à ce que des actions particulières soient prévues pour les élèves allophones inscrits à l’école ainsi qu’à la mise en œuvre du projet personnel de scolarisation des élèves en situation de handicap et des plans d’accompagnement personnalisés pour les élèves concernés.

Il veille à l’inclusion des élèves en situation de handicap et à la mise en œuvre du projet personnalisé.

 



Jean-Karim compte sur vous aujourd'hui

Jean-Karim PETIT ALOUGHI a besoin de votre aide pour sa pétition “ministre de l'education, Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche: Pour l'inclusion des élèves en situation de handicap.”. Rejoignez Jean-Karim et 497 signataires.