Adressée à Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation et 4 autres

Pour un retour des aides à l'agriculture BIO ! Pour soutenir les projets BIO et locaux!

0

0 signature. Allez jusqu'à 100.

Bonjour à tous et toutes,

Je créé ma première pétition ici car je suis inquiète, inquiète, incrédule et indignée.

Alors que se déroule en ce moment les Etats généraux de l’alimentation, pilotés par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, alors que le gouvernement avait promis haut et fort des mesures destinées à pérenniser et développer l’agriculture bio, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Stéphane Travert, a annoncé à l'occasion du salon Tech et Bio (Bourg-lès-Valence - Drôme) que l’Etat supprimait les subventions versées aux agriculteurs qui sont destinées à les accompagner pendant les 3 premières années de leur nouvelle activité.

Ce sera donc aux régions de prendre en charge – s’ils le souhaitent, ou plutôt s’ils en ont les moyens, (et, de par mon expérience professionnelle personnelle, je vous assure qu'elles ne les ont pas) – ces aides précieuses pour les agriculteurs.

Alors bien sûr le gouvernement justifie ce désengagement par une forme de réalisme politique, promettant à nouveau qu’il augmentera les aides destinées aux reconversions (distinctes des aides au maintien) et accompagnera le développement – disons structurel – de la filière bio en facilitant les mécanismes de transformation et de distribution. En attendant, les coupes des aides sont déjà bien réelles tandis que les promesses d’accompagnement semblent sonner particulièrement faux après ce nouvel impromptu.

Malgré les critiques qu’ont soulevé cette mesure, l’Etat s’est pourtant trouvé en accord avec le syndicat agricole FNSEA qui considère que « la priorité, c’est la conversion. Pour l’aide au maintien, nous pensons que c’est au marché de prendre le relais. » A l’inverse, le syndicat Confédération paysanne estime que le gouvernement manque à ses obligations et qu’il faut « rééquilibrer le rapport de force entre les paysans et l’aval, et que l’Etat réendosse la responsabilité qui est la sienne, à savoir engager et accompagner la nécessaire transition agricole. »

Il n’est en effet pas absurde, au vu de la hausse « historique » que connaît la filière bio depuis plusieurs années (le marché est évalué à près de 7 milliards avec une hausse de 20% entre 2015 et 2016), de considérer que le marché peut désormais assurer aux acteurs des rentrées financières suffisamment importantes pour pouvoir passer le cap de l’étape transitoire. Pourtant, même si les chiffres de la filière bio sont bons, n’oublions pas que c’est tout le monde agricole qui connaît une crise importante. Ainsi en laissant le destin de cette filière encore jeune dans les mains invisibles du marché, on la condamne soit à une baisse de qualité (baisse des inspections), soit à une paupérisation de ses acteurs (prix compétitifs pour les agriculteurs ayant plus de trois ans de culture bio et difficultés pour les autres, -voire même impossibilité de mener à bien leur projet de création ou de reconversion d'une exploitation bio!).

En outre, ce qu’on peut craindre – à juste titre – c’est que cette mesure freine le développement de la filière et aggrave la situation des agriculteurs, déjà largement précaires. La mesure sera effective à partir de janvier 2018.

Il est donc urgent d'agir et de faire entendre notre voix ; celles de citoyens désireux d'avoir toujours plus le choix de produits sains et locaux.

Pourquoi? Parce que l'agriculture bio génère des emplois non délocalisables, permet la production d'aliments plus sains (pour vous faire une idée scientifiquement observée, lisez cet article qui étudie les effets sur une famille de 5 personnes qui passent d'une alimentation "classique" à une alimentation bio) et plus respectueux des sols et et notre environnement déjà sous pression.

Comment soutenir la reconversion et la création de nouvelles exploitations bio sans les accompagner les premières années de leur activité? Pour connaître un exploitant concerné, cela fait 3 ans qu'il travaille dur pour réaliser son rêve d'une ferme paysanne, bio et pédagogique ; il ne sera en capacité de se dégager un salaire que l'année prochaine ! Développer son entreprise prend du temps, surtout en agriculture bio. On ne peut pas "booster" sa production à grand coup de produits artificiels ou chimiques. La nature prend du temps.

Il faut soutenir ces beaux projets, il faut maintenir les aides au bio !

Le gouvernement veut-il vraiment d'une France exemplaire, innovante et à l'économie présentielle (locale)? Surtout dans un secteur historique et traditionnel comme l'agriculture? S'il ne le veut pas, nous, nous le souhaitons!

M. Macron nous dit que la démocratie ne se fait pas dans la rue mais dans les urnes? Pardon! La démocratie s'accomplit dans les urnes certes, mais elle se fait avant tout et surtout dans la rue : tous les jours, au travers de nos associations, de nos entreprises, de la solidarité de personnes qui pallient aux manquements de l'Etat, qui luttent contre les injustices, les inégalités, ... C'est cela aussi la démocratie, les projets de citoyens ancrés dans leur territoire, oeuvrant pour un bien communs. Nous ne voulons pas d'un manquement supplémentaire de l'Etat! Nous voulons que les projets bio puissent encore se développer et vivre face à l'industrie agricole ! Nous voulons que des citoyens concernés puissent monter leur projet et en vivre!

Si vous vous sentez concernés, si vous connaissez des porteurs de projet mis en difficulté par cette décision aberrante de l'Etat, si vous souhaitez soutenir le bio, les agriculteurs bio et potentiels futurs agriculteurs bioSIGNEZ ICI.

Demandez le retour des aides au maintien de l'agriculture bio...

...Avant que celles-ci ne s'étendent aux aides à la reconversion!

Soutenons les porteurs de projet bio ! Soutenons une alimentation saine et locale pour nous et nos enfants ! Soutenons des productions respectueuses de l'environnement !

Pour vous expliquer tout cela, je dois rendre justice à plusieurs sites qui expliquent bien la situation (en italique dans le texte). Mes sources : "La Relève et la Peste" et "Agir pour l'environnement"

N'hésitez pas à vous renseigner ailleurs !

J'espère que cette pétition trouvera un écho : partagez là! Soutenez les projets bio!



Laura compte sur vous aujourd'hui

Laura PREVOST a besoin de votre aide pour sa pétition “ministre de l’Agriculture : Pour un retour des aides à l'agriculture BIO ! Pour soutenir les projets BIO et locaux!”. Rejoignez Laura et 88 signataires.