Pour sauver la banane, mangez-là bio !

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


La banane-dollar !

Voici donc la banane devenue aussi un placement financier !

Ce petit geste en mangeant ce fruit qui est le plus vendu au monde n'est pas anodin, finalement !

Traitée à outrance, elle est peu contaminée, car elle a une peau très épaisse. 

Mais  les cueilleurs  sont des esclaves dans les plantations. Par exemple, au Costa-Rica, (voir le documentaire sur FRANCE 5 , intitulé  " Hold-up sur la banane") lors des épandages chimiques aériens, les cueilleurs ne sont pas toujours prévenus à temps pour s'éloigner de la zone. Ils transportent les régimes de bananes d'environ 30 kgs sur l'épaule, en slalomant entre les bananiers, sur un sol plus ou moins accidenté par les feuilles tombées au sol.Ensuite ils accrochent ces régimes (enveloppés dans une sorte de poche plastique traitée aussi aux puissants intrants), sur une espèce de tyrolienne agricole, qui sera ensuite tirée par l'un d'entre eux.Ils sont payé à la pièce et ramassent environ 250/280 "grappes" par jour.

Ils n'ont que leurs tee-shirts pour se pseudo protéger de dangers respiratoires. Le matin, '' à la fraîche'', l'odeur est encore supportable. Mais dès que la chaleur tape, c'est irrespirable et inadmissible que les compagnies leurs disent qu'ils n'y peuvent rien.Ils se moquent en beauté de leurs semblables.

Pollution des sols, des ruisseaux, déforestation à outrance, etc...C'est une catastrophe sociale, économique et écologique, alors que le Costa-Rica nous vante ses belles plages pour les vacances...!

L'Amérique est la cause de ces dérives. C'est de là que vient l'expression de République bananière. Le Costa-Rica est gouverné par ces multinationales. Il y a même des députés, producteurs de bananes qui siègent au gouvernement et ces derniers trouvent cela normal. Pour eux, pas de conflits d'intérêts..

Les trois grandes marques principales  qui mènent la danse ( env. 67% du marché mondial) sont:

CHIQUITA ( produit par United Brands Company),

DEL MONTE( produit par  par Fresh Del monte Products Inc),

DOLE (produit par Castel & Cooke).

Appelées ainsi  "les 3 soeurs" dans le jargon du business de la banane.

Les salariés (peut-on encore les qualifier ainsi ?) ont la peau des bras comme brûlée, et parfois ça les démange partout.Ils travaillent sous une chaleur humide, et sont à la merci de leurs patrons qui peuvent les faire travailler jusqu'à 12 h par jour pour 250 $...! De plus ils sont logés sur place. Et lorsqu'ils protestent et se mettent en grève- on le serait à moins, non ?- , ils ne sont pas expulsés simplement. Non. Leurs maisons sont détruites par des hommes de mains de la compagnie. Il se retrouvent à la rue, si l'on peut dire.

Une honte !

Les barons de la bananes aujourd'hui sont Jose Luis CUTRALE associé à la FAMILLE SAFRA. Cette dernière est une riche famille banquière qui est très mystérieuse sur son business. Certains la soupçonnent d'être mafieuse! Ils ont acheté CHIQUITA et si Jose Luis CUTRALE applique les méthodes qu'il a utilisé pour ses jus d'oranges, alors on a du souci à se faire pour la banane: Employés nourris seulement avec des biscuits, et logés dans des conditions lamentables,qui nous font penser au bagne de Cayenne ! 

ILS TRAVAILLENT LA FAIM AU VENTRE !

Alors arrêtons de soutenir ces VOYOUS DE LA FINANCE ALIMENTAIRE en mangeant ces bananes-dollar (à prix cassé dans les grandes surfaces). 

En Equateur , ce n'est pas mieux. Après l'or noir, l'or jaune. Au péril de ses cueilleurs aussi. Ependages massifs, déforestation, érosions, inondations...

Mais en République Dominicaine, on fait de la banane bio. La conversion dure 3 ans avant d'être validée par MAX HAVELAR EQUITABLE, mais après les producteurs la revendent 25% plus cher.Et la coopérative finance aussi des écoles ,ou d'autres structures pour améliorer la vie des gens. Les abeilles sont même  revenues dans les plantations: un succès !

Et n'oubliez pas non plus d'acheter la banane de MARTINIQUE et de GUADELOUPE, car vous achetez français.

Eh oui, c'est aussi aider nos compatriotes, car il n'y a pas que le tourisme avec les belles plages pour être solidaire de leur économie .

Sauvons la banane et ses producteurs.

Mangeons la banane seulement si elle est BIO et équitable.

Elle peut bien sûr être en rupture, car peu de producteurs ont réussi à ce jour à se convertir au 100% bio. Mais ils vont y parvenir avec le temps.

Il faut bien comprendre que la saisonnalité n'existe pas pour la banane. Et qu'il n'y a donc pas de banane primeur, de printemps, de Noël, etc...

C'est pourquoi il faut savoir s'en passer de temps en temps comme on devrait le faire dans toute notre alimentation en consommant selon les saisons.

 L'avenir de la planète se joue aussi là-bas..! Eh oui.

Pour eux, pour vous, pour moi, pour tout le monde!

On pourrait sourire, car ce fruit prête souvent à rire dans le langage populaire (allusion au pénis, à la grande forme), mais pour une fois c'est sérieux.

C'est important pour tous. L'argent ne peut pas tout contrôler et tout sectariser sur le plan alimentaire sans que l'humain se réveille, voire se révolte de toutes ces dérives inadmissibles par ces barons masqués de la finance internationale et du profit !

Merci à tous de contribuer ensemble à l'amélioration de l'existence de ces pauvres ''salariés''.

Passez une belle journée.

 



Denis compte sur vous aujourd'hui

Denis LEROY a besoin de votre aide pour sa pétition “Ministre de l'agriculture: Pour sauver la banane, mangez-là bio !”. Rejoignez Denis et 25 signataires.