Non à la fermeture du Ranch Adada!

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Chers amis, chers clients,

Aujourd’hui j’ai besoin de votre aide.

Comme vous le savez, le ranch a déménagé. Depuis je fais face à de nouvelles difficultés.

Vous n’êtes pas sans savoir, que depuis l’ouverture en 2013, nous avons souvent dû faire face à la jalousie des concurrents et avons eu de nombreux problèmes.

Aujourd’hui c’est encore pire, car désormais ayant la nationalité tunisienne, je suis seule propriétaire de la société, cette nationalité que j’étais contente d’obtenir car elle aurait dû me faciliter la vie, ne m’aide en fait pas du tout. A leurs yeux je reste toujours une étrangère et encore pire je suis une femme, double peine donc on me met plus que jamais des bâtons dans les roues.

Je vais essayer de faire bref en septembre j’ai changé d’emplacement. J’avais l’année dernière l’autorisation de la mairie pour l’ancienne adresse qui reste valable jusqu’en mai 2020, je ne me suis pas posée de questions, étant parfaitement en ordre et le nouveau ranch étant encore plus beau et plus aux normes du cahier de charge que l’ancien, j’ai continué normalement à travailler, me disant que je déposerais le dossier en même temps que tout le monde pour le renouvellement. C’était sans compter sur les chers voisins qui considèrent que si ils ne bossent pas c’est de ma faute et qui pensent que je leur vole le pain hors de la bouche qui ont fait une pétition contre moi pour m’arrêter auprès du maire. Vous savez tous que je ne vais pas sur les plages démarcher les clients (je n’en ai pas besoin hamdullah comme on dit ici), je travaille avec des prix équivalents aux leurs (voire plus élevés que certains) et pour venir chez moi les gens sont obligés de prendre un taxi mais ils sont sûrs d’y trouver des animaux en bonne santé, du matériel propre et de qualité et un encadrement par du personnel qualifié. On m’a donc envoyé la mairie qui m’a sommé d’arrêter de travailler jusqu’à ce que j’aille déposer mon dossier pour l’autorisation. Ce fût chose faite le lendemain, à savoir que ce dossier est parfaitement complet : assurance, certificat de bonne santé pour les chevaux, topographie du terrain, vaccination, registre de commerce, société en règle et taxes payées, brevet de secourisme, autorisation des pompiers et j’en passe... Depuis je suis à l’arrêt, je ne gagne plus ma vie, j’envoie mes clients ailleurs chez des gens qualifiés, des clients qui viennent pour moi, qui viennent à Djerba parce que je suis là. Aujourd’hui je me suis entendue dire par le maire « t’es qui pour prendre des clients? », non « c’est interdit tu n’as pas le droit même de parler à des clients c’est de la concurrence déloyale » m’a t il répondu. MAIS CE SONT MES CLIENTS, CERTAINS NE METTRAIENT PAS LEURS PIEDS SUR L’ÎLE SI CE N’ÉTAIT PAS POUR VENIR AU RANCH, c’est donc de mon devoir de les diriger ailleurs vers des gens compétents pour ne pas perdre leur confiance et bien non il n’en démords pas, d’après lui je ne peux pas approcher un touriste, c’est le comble !

Bref, le ranch est fermé par décision du maire.

Et ce malgré un dossier déposé en bonne et dûe forme et un rendez vous avec lui ce matin, qui ne veut visiblement pas trouver de solution. On a essayé de discuter de lui expliquer que j’ai respecté toutes les conditions imposées mais qu’il fallait accélérer la procédure car j’ai une famille à nourrir et la responsabilité de 15 chevaux.

Ça fait 2 semaines qu’on m’interdit de sortir mes chevaux des boxes, on parle de MALTRAITANCE ANIMALE! C’est leur santé physique et mentale qui est mise en péril par cette décision. Le maire ne veut rien savoir, ne veut rien faire pour accélérer les choses.

Les vacances arrivent, nous sommes plein de réservations, certaines personnes qui viennent exclusivement à Djerba pour faire les activités chez moi. Donc je suis censée mourir de faim, laisser mes chevaux mourir de faim et attendre une autorisation qu’il n’est pas décidé à me donner alors que je suis plus qualifiée que n’importe quel ranch environnant. Et en même temps laisser des clients déçus qui ont réservé pour Djerba parce que je les y ai poussés.

Je ne demande pas grand chose, juste à pouvoir travailler tranquillement, ça fait 9 ans que je suis sur cette île, j’y ai investi toutes mes économies, 6 ans que j’ai créé cette société, j’ai galéré mais j’y ai mis ma sueur, mon coeur, mes tripes. Je suis restée, je me suis battue, la révolution, la crise touristique post attentat, je n’ai jamais baissé les bras, j’ai cru en ce pays que j’aime, j’ai obtenu la nationalité car je me considère tunisienne et à ce titre je suis supposée avoir les mêmes droits que les autres.

Ce n’est un secret pour personne que des centaines de cavaliers travaillent sur les plages sans le moindre papier (ni société, ni assurance, ni taxe, ni registre de commerce,...) et que des dizaines de ranchs travaillent sans la moindre autorisation sans être inquiétés de la moindre des façons. Ce n’est pas mon cas, je travaille depuis 6 ans dans les règles de l’art et je ne demande pas mieux que ça continue de la sorte. Je ne me crois en aucun cas au dessus des lois. Mais comment faire pour me mettre en ordre quand on m’en empêche ? 

Nous allons faire monter cela plus haut mais en attendant ce que je vous demande c’est de signer et partager ceci au maximum. J’aimerais que ça arrive jusqu’à Monsieur René Trabelsi notre ministre du tourisme et n’importe quel personne qui pourrait être utile.

Si une solution ne se profile pas rapidement je prendrai une décision qui me rendra infiniment triste mais je quitterai la Tunisie.

Je vous remercie d’avance pour vos signatures, vos partages et toute aide qui pourrait être utile ♥️!