L’adoption de mesures pour la limitation de vitesse sur les routes en Haïti.

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Mesdames, Messieurs,

Citoyen(ne)s et élu(e)s,

Environ 1,25 million de personnes meurent chaque année sur les routes dans le monde. Selon les études, en général 40 à 50 % des conducteurs dépassent la vitesse limite autorisée. Les conducteurs de sexe masculin, jeunes et qui ont consommé de l’alcool ont une plus grande probabilité d’être impliqués dans des accidents liés à la vitesse.

Les accidents de la route demeurent la première cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 29 ans. On estime qu’ils coûtent aux pays de 3 à 5 % de leur PIB (Produit Intérieur Brut) et acculent de nombreuses familles à la pauvreté. Pourtant, seulement 47 pays (dont 5 au niveau de L’Amérique Latine et  de la Caraïbe) dans le monde suivent les bonnes pratiques dont la gestion de la vitesse, à savoir de limiter la vitesse autorisée en zone urbaine à 50 km/h ou moins, et de laisser les autorités locales abaisser encore cette limite sur les routes autour des écoles, des résidences et des commerces. (OMS Mai 2017)

 

L’accroissement de la population, l’extension des villes, les zones scolaires sur les grands axes, la qualité des routes, le croisement des véhicules sur la voie publique sont d’autant de facteurs qui devraient interpeller les décideurs publics dans l’adoption de mesures sur la limitation de vitesse en milieu urbain et sur les grands axes.

En Haïti, en ce qui a trait à la conduite sous l’influence de l’alcool, dans le décret sur l’immatriculation et la circulation des véhicules, l’Article 44 punit l’état d’ébriété, mais ne précise pas quel est le taux d’alcool dans le sang acceptable. Pour la vitesse excessive, l’Article 82 dit que la vitesse est limitée à 50 km/h en milieu urbain, mais en milieu rural ce n’est pas limité, à moins qu’il y ait un panneau indiquant une limitation. (Haïti Libre Novembre 2014)

L’expérience montre que l’intégration de dispositifs de sécurité routière lors de l’aménagement du territoire et de la planification des villes et des transports diminue le nombre d’accidents de la route et la mortalité sur les routes.  La construction de routes plus sûres et l’obligation de réaliser des audits indépendants de sécurité routière pour les nouveaux chantiers, l’état des véhicules, le contrôle efficace de la vitesse par la police, la construction de « Polis kouche » (dos d’âne) … pourraient donner énormément de résultats. Les campagnes de sensibilisation du grand public sont également cruciales pour soutenir l’application de la législation, car elles permettent de mieux faire connaître les risques et les sanctions en cas d’infraction. (Le Nouvelliste, Juin 2017)

L’excès de vitesse ou le respect de la limitation peut faire la différence entre la vie et la mort. Un piéton qui est heurté par un véhicule circulant à 80 km/h a un risque 3 fois plus élevé de vivre avec des traumatismes handicapants ou dans le pire des cas mourir que si le choc se produit à environ 50 km/h.

A l’occasion de la Journée Mondiale des victimes de la route ce dimanche 19 novembre 2017, nous souhaitons interpeller les autorités nationales, plus particulièrement le MTPTC et la DCPR sur la situation de dangerosité de certaines zones et les risques encourus par la population

Merci de signer la pétition qui sera ouverte jusqu’à mars 2018

Pour réclamer :

L’adoption de mesures pour la limitation de vitesse.

Notamment  dans la mise en place.

-       De marquages au sol pour la sécurité des piétons surtout les enfants

-       De panneaux d’indications des zones  scolaires.

-       De panneaux de limitation de vitesse en milieu urbain et sur les grands axes

-       L’installation de poste de contrôle de police routière.

-       Test de consommation d’alcool pour les conducteurs (éthylotest)

Cette pétition a été mise en ligne par Handicap International Haïti en collaboration avec Stop Accidents, JCI Haïti, Rotaract Club de Port-au-Prince, Groupement des Secouristes d’Haïti (GSH), Groupe Plan B, Association de Propriétaires et Chauffeurs Haïtiens (APCH) et est adressée au Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) et à la Direction de la Circulation et de la Police Routière (DCPR/MJSP)



Handicap International compte sur vous aujourd'hui

Handicap International a besoin de votre aide pour sa pétition “Ministère des Travaux : L’adoption de mesures pour la limitation de vitesse sur les routes en Haïti.”. Rejoignez Handicap International et 189 signataires.