Non au racket de l’Etat sur le droit aux vacances des retraités

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Non au racket de l’Etat sur le droit aux vacances des retraités et pour le maintien du billet SNCF à 30 euros

Depuis sa création, LSR est partenaire de l'ANCV pour permettre aux retraités qui ont des petites pensions de partir en vacances grâce aux séjours Bourse Solidarité Vacances (BSV organisés par la Fédération) et Seniors En Vacances (SEV organisés par nos Associations locales).
Or, nous apprenons que l’État a demandé à l’Agence Nationale des Chèques Vacances (ANCV) de ponctionner 30 millions d’euros sur ses réserves pour abonder le fond de solidarité mis en place pour les entreprises. Son Conseil d’Administration a majoritairement répondu favorablement à cette demande.
Il s’agit d’un détournement intolérable de l’épargne des salariés et des agents de la Fonction Publique (État-Territoriale-Hospitalière) aux revenus les moins élevés. La demande de l’État crée un précédent dangereux de financement par l’ANCV de politiques publiques ne relevant pas de son objet social.
Enfin, ce prélèvement sur les réserves financières de l’ANCV aura des conséquences préjudiciables sur les moyens financiers dédiés aux politiques sociales en direction des personnes les plus démunies et les plus pauvres. Au moment où nous subissons cette pandémie qui affecte en priorité les retraités, il est intolérable de remettre en cause leur droit aux vacances.
D’autres moyens peuvent être mobilisés pour financer le fonds dédié aux entreprises impactées par la crise sanitaire, sociale et économique comme par exemple, taxer les dividendes que certaines entreprises se refusent d’annuler cette année, rétablir l’ISF, prendre des mesures coercitives contre l’évasion fiscale.
De plus, la Fédération LSR et ses Associations continuent d’exiger le maintien du billet SNCF à 30 euros pour les séjours BSV dont nous n’avons aucune garantie pour 2021.