Quels devenirs, quels rôles des ITPE au sein du service public ?

Quels devenirs, quels rôles des ITPE au sein du service public ?

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Judith SZABATURA a lancé cette pétition adressée à Ministère de la Transitition Ecologique et Solidaire et à

Nous, étudiant.es fonctionnaires de l’ENTPE nous apprêtant à intégrer la fonction publique à l’issue de notre diplomation, souhaitons partager avec vous nos préoccupations quant à notre évolution au sein du service public en tant qu’Ingénieur.es des Travaux Publics de l’Etat (ITPE), ceci avec l’intention d’engager  un dialogue avec l’ensemble des acteurs concernés. 

Nous rédigeons ce manifeste avec l’intention d’apporter des éléments de réflexion sur les thèmes de l’engagement, de l’intérêt général et du rôle des ingénieur.e.s TPE dans le domaine de l’aménagement durable des territoires avec une focale particulière sur le processus de primo-affectation et la nature des premiers postes offerts aux ITPE. Nous souhaitons ici faire émerger des questionnements collectifs et des débats sur ce qui nous semble actuellement trop peu interrogé. L’objectif du présent manifeste ne consiste donc pas à proposer de but-en-blanc des solutions, mais bien à présenter des éléments que nous considérons problématiques et que nous souhaiterions voir évoluer. 

S’il s’adresse en premier lieu au Secrétariat Général du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES) et du Ministère de la Cohésion des Territoires (MCT), ministères de tutelle de notre école et de gestion du corps des ITPE, et à la Direction des Ressources Humaines (DRH) du MTES, nous écrivons à l’attention  de l’ensemble des services publics employant des ITPE, de la Direction de la Formation Initiale (DFI) de l’ENTPE ainsi que son Administration, de l’ensemble de son corps enseignant, et évidemment des élèves, fonctionnaires et civil.e.s, ainsi qu’aux ITPE, et aux acteurs associatifs tels que le Bureau des Elèves (BDE) et l’Association des ITPE (AITPE). Nous espérons en effet que l’ensemble de ces acteurs s’emparent de ces sujets et se sentent collectivement investis.

 

Vers le fonctionnariat

Alors que notre formation à l’ENTPE nous prépare à notre entrée dans la fonction publique, nous constatons que le sens de l’engagement au service de l’intérêt général n’est que peu voire pas présenté au cours de nos années d’étude.

Cette problématique trouve son origine dès le recrutement des élèves ingénieur.es. En effet, la majorité des élèves viennent de Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE) et ont donc eu à formuler un voeu spécifique pour intégrer l’ENTPE en tant qu’ “étudiant.e fonctionnaire” ¹. Ainsi, pour celles et ceux-là, la question d’exercer dans la fonction publique, ou non, se pose en réalité en fin de dernière année de classe préparatoire. Nous devons faire ce choix avec un accès aux informations mises à disposition par l’ENTPE très limité et inégalitaire (site Internet de l’école, contact avec des élèves, …). Par la suite, chaque élève admis.e à l’ENTPE avec un statut de fonctionnaire est invité.e à contractualiser son engagement dès le premier jour de rentrée scolaire, sans bénéficier de plus d’éléments sur le propre de cet engagement particulier, sa signification, ses contraintes, ses tenants et ses aboutissants. Dans un laps de temps relativement court (de l’ordre de deux mois), nous devons donc faire le choix d’une école, d’un statut, contractualiser ce choix, et s’engager pour huit années au sein du Service public.

 

Le processus de primo-affectation

En outre, nous constatons que la primo-affectation reste un processus obscur pour la grande majorité d’entre nous, mais également pour certain.es responsables de service. L’affectation en premier poste semble globalement mal vécue, ceci non sans lien avec cette méconnaissance des mécanismes à l’oeuvre. Cette étape importante génère ainsi de l’anxiété chez un nombre non négligeable d’étudiant.es. Au cours des trois années de formation, sont fournies aux étudiant.es des informations pertinentes relativement à leur devenir dans la fonction publique à l’occasion de : la Journée de l’Emploi Scientifique (novembre)², la publication de la liste des postes à pourvoir (février), une présentation réservée aux étudiante.es de 3ème année, et, éventuellement, un stage dans la fonction publique. Nous trouvons particulièrement regrettable de n’être pas plus informé.es bien en amont du processus de primo-affectation, notamment au cours des deux premières années de formation. Le manque général d’informations dispensées - et donc de réflexions motivées - relatives aux enjeux propres à la définition des postes offerts, et, plus largement, à l’organisation de la fonction publique et des politiques gouvernementales qu’elle porte est dommageable. Nous souhaitons, entre autres, que le Ministère clarifie les démarches liées aux différents processus d’affectation des élèves fonctionnaires et que l’ENTPE s’en fasse le relai.  La présentation au forum Bâtira, dont la première édition s’est tenue cette année 2019, est une première étape. Elle a rassemblé un nombre conséquent d’élèves de chaque promotion, confortant notre constat d’une volonté partagée d’être mieux informé.es. Elle a fourni des renseignements opportuns concernant le corps des ITPE et l’organisation globale des deux Ministères et a permis aux étudiants d’échanger avec les intervenants.es.

Ces modes de fonctionnement (recrutement des étudiant.es fonctionnaires et processus de primo-affectation) et la rapidité à laquelle ils s’opèrent nous déroutent tant la notion de service public fait écho à des valeurs particulières et des vocations de métier. Nous partageons une volonté de mettre nos compétences au service de l’intérêt général, des valeurs qui nous animent, et trouvons ainsi essentiel que ce cheminement se fasse à travers des questionnements plus informés. Ainsi, il nous paraît opportun de mettre en place de nouveaux dispositifs ou de multiplier certains existants tels que :  la création d’un guide mis à la disposition de l’ensemble des étudiant.es de l’ENTPE ainsi que des élèves en classe préparatoire avec pour objet d’exposer les spécificités de la fonction publique et des statuts associés, la diversité de leurs missions, la notion d’intérêt général, etc. ; des évènements à destination des élèves fonctionnaires permettant l’entretien de contacts plus réguliers avec des agent.e.s du Ministère et des rencontres avec des ITPE (présentations, tables rondes, etc.).

 

Les perspectives professionnelles

Nous souhaitons par ailleurs ouvrir un dialogue sur la nature des missions proposées aux ITPE fonctionnaires et les conditions de travail de ces dernier.es, notamment dans le cadre de la primo-affectation. La plupart des élèves sont satisfaits de leur poste en sortie d'école. Cependant, force est de constater qu'une part non négligeable des ingénieur.es sont déçu.es par leur premier emploi et ont du mal à y trouver l’épanouissement. Outre les cas de burn-out et autres pathologies psychologiques avérées, certains ITPE éprouvent des difficultés dans l’exercice de leur fonction.

La formation initiale dispensée au sein de l’ENTPE se caractérise par son orientation vers le domaine de l’aménagement, mais également par sa transversalité établie à travers les différentes “voies d’approfondissement”. Nous comprenons a priori la difficulté à proposer des postes en accord avec les affinités de chacun.es, d’autant plus lorsque cette pluralité vient se confronter aux besoins du Ministère et de ses services, souvent en lien avec une vacance prolongée de certains postes. Toutefois, nous regrettons que cette diversité ne se traduise pas dans les choix des postes proposés en sortie d’école. 

Il se trouve que de nombreux.ses étudiant.es expriment le souhait d’exercer en tant qu’ “expert.es” au sein de la fonction publique. Cette volonté devrait être perçue comme une chance pour le Ministère qui pourrait jouir d’agent.e.s spécialistes dans une riche diversité de domaines, tandis que les enjeux de la construction d’une société durable, résolument en lien avec ses compétences, requièrent des spécificités d’analyse nouvelles et poussées. La multiplication et la valorisation des opportunités de poursuite d’étude, en thèse ou en quatrième année, semblent ainsi être plus qu’opportunes. A cet égard, nous regrettons les restrictions budgétaires soumises au domaine de la Recherche, celles-ci ayant notamment pour effet une limitation conséquente du nombre de places offertes aux prétendant.es au doctorat et à une 4ème année de spécialisation.

Par ailleurs, nous souhaitons bénéficier d’une meilleure communication sur le détachement, la mise en disponibilité et les concours internes. Ces processus permettent une diversification des carrières des ITPE en accord avec la diversité de leurs profils et de leurs aspirations. Très peu d’informations relatives à ces possibilités sont mises à disposition des étudiant.es. En particulier, le détachement nous semble pourtant  enrichissant pour les agents de l’Etat, puisqu’il leur permet de prolonger leur mission auprès d'entreprises, leur mission d’intérêt général auprès d’ONG, ou encore, dans la dynamique d’ouverture à l’internationale impulsée par la CTI ³, leur mission d’intérêt public à l'étranger, de coopération internationale, ou auprès d'une organisation internationale intergouvernementale (ONU, OTAN, UNESCO, ...).

Enfin, les difficultés éprouvées par les ingénieur.es en premier poste doivent entrer en considération de manière active. L’organisation de groupes de discussion et la mise en place éventuelle d’un suivi personnel nous semblent opportuns à cet égard. 

 

Conclusion

En définitive, nous aspirons à exercer des métiers en accord avec nos valeurs, cohérents avec notre formation et nos ambitions. Nous réaffirmons ici notre volonté de nous mettre au service de l’intérêt général et de nous engager dans la construction d’une société plus durable. Comment l'État, les collectivités territoriales, leurs agent.es et les citoyen.nes, pourraient y parvenir ?

Nous avons conscience de la richesse du statut qui est nôtre, notamment de par les nombreuses opportunités qu’il offre. Nous souhaitons faire part, par le biais de ce manifeste, de notre implication dans la construction de nos carrières et dans la valorisation de nos métiers.

L’épanouissement au travail est une problématique qui devrait être l’objet d’une attention particulière tant elle soulève des enjeux partagés par toutes et tous : les étudiant.es et l’énergie qu’il.elles investissent à se former ; les ingénieur.es et leur engagement dans les missions dont il.elles sont chargé.es ; les employeur.ses et la qualité du service public que leurs établissements proposent ; le ministère et l’intérêt évident de bénéficier d’agent.es correctement formé.es, impliqué.es et épanoui.es dans leur travail.

Ainsi, il nous semble avant tout essentiel de mettre en place un dispositif permettant de recueillir les sentiments et propositions des étudiant.es et des jeunes ingénieur.es fonctionnaires sur les thématiques ici abordées. Des évolutions adéquates pourront alors être organisées sur la base d’un diagnostic plus abouti. 

Nous espérons, par cette initiative, avoir exprimé les sentiments partagés par un nombre conséquent de fonctionnaires, étudiant.es ou en poste, et avoir retenu l’attention de l’ensemble de ses destinataires, notamment le Secrétariat Général et la Direction des Ressources Humaines de notre ministère. La continuité de la démarche engagée nécessite leur intérêt et leur soutien, ainsi que la mobilisation de toutes et tous.

 

¹ L’affectation des élèves en CPGE à une école d’ingénieur.e, en grande partie gérée par le Service de Concours des Écoles d'Ingénieurs (SCEI), suppose une hiérarchisation de voeux d’intégration par les élèves

² Destiné aux étudiants de 2ème et 3ème années, civils et fonctionnaires, le forum donne des éléments d’informations sur les différentes carrières scientifique et technique possibles, ses domaines d’application, leurs voies d’accès et les procédures associées.

³ Commission des Titres d’Ingénieurs, structure autonome au sein du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche chargée d'étudier toute question relative aux formations d'ingénieurs

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !