Autoriser la pêche de loisir pendant le confinement.

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


Incompréhensible : la pêche de loisir est interdite par note ministérielle

Par note ministérielle du 13 novembre 2020, Madame la Ministre de la Transition écologique et Madame la Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, ont indiqué aux Préfets que « Les déplacements hors du lieu de résidence étant interdits en application du décret 2020-1310 du 29 octobre, la pêche de loisir est interdite, dans le cas de déplacements brefs individuels de moins d'une heure dans un rayon d'1 kilomètre prévue par l'alinéa 6 de l'article 4 du décret. En particulier, la pêche à des fins d'agrément n'est pas autorisée dans les étangs et enclos à valorisation touristique. »

 

La pêche : activité solitaire en plein air, source de bien-être

Dans le même temps, des pays voisins autorisent la pratique de la pêche de loisir sous certaines conditions, dans le respect des mesures sanitaires. Les Français peuvent faire du vélo, de la marche ou du footing. Alors pourquoi interdire la pêche qui se pratique en solitaire et en plein air ? Pourquoi interdire une activité dont les bienfaits sur le moral de ses pratiquants est primordial vis-à-vis de l’anxiété générée par le confinement ?

 

La pêche de loisir et le confinement sont pleinement compatibles

Nous sommes pleinement solidaires de l’effort sanitaire national pour lutter contre la propagation du Covid-19, et nous comprenons la difficulté de prendre des mesures adaptées, mais nous ne sommes pas en accord avec les interdictions imposées aux pêcheurs de loisirs, et nous soulignons l’incohérence de cette décision.

Nous demandons à ce que la pratique de la pêche de loisir puisse s’exercer au même titre que les autres activités de plein air, dans le respect des mesures sanitaires, tout en rappelant qu’il pourrait également ne pas y avoir de restrictions particulières à condition qu’elle s’exerce seul, ce qui exclurait simplement tout rassemblement comme les concours de pêche.

 

Crédits photos : Laurent MADELON / FNPF