Pétition fermée

Contre l'ouverture des écoles privées d'odontologie en France !

Cette pétition avait 124 signataires


Protégeons nos chirurgiens-dentistes, les étudiants en odontologie, et leur formation afin de promouvoir la santé bucco-dentaire et des soins accessibles à tous.

Je vais vous parler du problème de l'ouverture croissante des écoles privées d'odontologie, puis dénoncer quelques autres problèmes graves, que les gens ont tendance à prendre pour des fatalités, car ils perdurent depuis déjà trop longtemps.

L'ouverture croissante d'écoles d'odontologie privées permet à de plus en plus d'étudiants QUI NE SOUHAITENT PAS PASSER LE CONCOURS PACES, de réaliser des études d'odontologie. Cette voie alternative au concours PACES qui est normalement nécessaire à l'entrée dans les études d'odontologie, aura des conséquences néfaste et il faut à tout prix arrêter ce carnage :

- Chaque année, des milliers d'étudiants passent le concours très sélectif de la PACES dans le but de décrocher leur place dans les études d'odontologie qui sera très méritée

- L'ouverture d'écoles privées d'odontologie, permet, à CEUX QUI EN ONT LES MOYENS, et non PAS CEUX QUI LE MÉRITENT, d'entrer dans des écoles d'odontologie.

- Le numérus clausus prévu à l'issu du concours de la PACES est censé protéger les futurs dentistes qui exerceront leur profession. Les écoles privées ne sont pas soumises à un numérus clausus, ce qui va provoquer un augmentation du nombre de chirurgiens dentistes

-  Les étudiants des écoles privées, contrairement aux étudiants des facultés, n'ont pas le droit de réaliser des soins dentaires sur des patients pour apprendre leur métier, et ainsi suivre une formation de qualité

- Cette baisse de qualité de la formation entrainera forcément une baisse des tarifs lors de leur exercice en plus d'une qualité des soins douteuse

A LONG ET A TRES LONG TERME :

- Le nombre croissant de chirurgiens-dentiste entrainera une augmentation de leur chômage alors qu'ils sont censés êtres protégés par un numérus clausus

- Les dentistes, diplômés des facultés et qui ont suivi une formation de qualité, se verront obligés, à long terme, d'aligner leurs tarifs sur ceux des dentistes issus des écoles privées pour ne pas faire faillite face à cette concurrence. Or, un soin dentaire de qualité à un coût non négligeable, cette baisse de tarif entrainera une détérioration générale de la qualité des soins.

- La baisse de la qualité des soins entrainera un désengagement massif de l'assurance maladie, qui refusera de faire des dépenses inutiles pour des soins inefficaces, et qui déjà refuse de rembourser bon nombre de soins dentaires pourtant indispensables.

- La santé publique bucco-dentaire se dégradera peu à peu, et seules les personnes qui en auront les moyens pourront se payer des soins dentaires de qualité.

 

POURQUOI L’ÉTAT FERME LES YEUX SUR L'OUVERTURE DE CES ÉCOLES PRIVÉES :

- L’État n'a plus à financer les formations des étudiants, qui est maintenant à leurs frais et qui est très onéreuse

- L’État pourra à long terme se désengager du remboursement des soins dentaires pour faire une fois de plus, des économies sur la santé des gens.

- L’État pourra économiser également beaucoup d'argent dans tous les processus de sélection des étudiants via le concours PACES, car la sélection se fera désormais par l'argent.

Tout cela : au détriment de la santé du contribuable et de la formation des étudiants, ce qui entraine, une fois de plus, des inégalités sociales.

Bien sûr, on ne dira pas que L’État a déjà largement les moyens de financer tout cela si il prenait des mesures drastiques contre l'évasion fiscale, et que "le trou de la sécu" est une vaste fumisterie si l'on taxe les bonnes personnes : http://www.economie.gouv.fr/facileco/evasion-fiscale-chiffres-france-europe

"En 2012, un rapport du Sénat s’est intéressé à mesurer l’incidence de l’évasion fiscale sur les finances publiques. Selon ses estimations, elle représenterait un manque à gagner annuel de 30 à 36 milliards d’euros pour l’administration fiscale française.

A titre de comparaison, le déficit de la Sécurité sociale s’élevait en 2012 à 13,3 milliards d’euros. A noter que l’évasion fiscale pourrait atteindre un montant de 50 milliards d’euros voire 60 à 80 milliards d’euros par an (selon le rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques), si l’ensemble des facteurs étaient pris en compte."

Mais ça, nos dirigeants se cachent bien de le médiatiser, puisque eux mêmes vont cacher l'argent public dans des paradis fiscaux, argent qui nous revient !

CONCLUSION : Les inégalités sociales se creusent et compromettent de plus en plus les acquis sociaux pour lesquels nous nous sommes battus il y a des années. L'ouverture des écoles privées d'odontologie est un problème parmi tant d'autre qui tend à accroitre les inégalités sociales, tant sur le plan de l'égalité des chances dans l'éducation, que sur le plan de la santé. Ces problèmes ne sont pas des fatalités : il suffit de se battre pour cela, et suffisamment fort pour que les médias deviennent obligés d'en parler et arrêtent de faire toujours plus de désinformation. N'ayez pas peur de vous battre et révoltez vous !



Bertrand compte sur vous aujourd'hui

Bertrand GENEVIER a besoin de votre aide pour sa pétition “Ministère de la santé: Contre l'ouverture des écoles privées d'odontologie en France !”. Rejoignez Bertrand et 123 signataires.