Chassés de chez soi par un éleveur d'ânes

Chassés de chez soi par un éleveur d'ânes

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
FREDERIQUE BISSONNIER a lancé cette pétition adressée à Mme Belloubet (Ministre de la Justice) et à

Depuis 2008 nous sommes installés avec l'autorisation du maire dans un lieu dit retiré du village de La Chapelle Bertrand, pour élever mes chiens de race Bergers Blancs Suisses. Il n'existe qu'une maison, la nôtre puisque tous les terrains environnants sont inconstructibles. Notre voisin le plus proche est à 500 mètres, un agriculteur de bovin.

Depuis 2017 les propriétaires des terrains nous encerclant ont eu l'autorisation par la maire de construire un bâtiment agricole de 500 m2 en mitoyenneté de notre élevage afin de loger leurs ânes. Depuis deux ans, nous avons une dizaine d'ânes à proximité de notre maison, au plus près 4 mètres, qui braient le jour et également la nuit. Les propriétaires des ânes n'habitent pas sur place puisque il ne leur est pas possible de construire une maison en zone N.

Notre santé est altérée par le manque de sommeil, nous enchaînons les nuits blanches, ce qui entraîne une perte de patience avec mes chiens et chiots, ce qui provoque également la transmission de mon stress à mes chiens et chiennes. Des études scientifiques prouvent qu'effectivement le stress chez le maître se transmet aux animaux. La dernière portée de juillet 2019 a été éprouvante pour moi, car cinq chiots sont mort-nés sur dix dû à ce stress permanent subi au quotidien.

Nous demandons que ces ânes soient placés à 400 mètres de notre habitation où ils étaient avant la construction de ce bâtiment qui à ce jour n'est toujours pas utilisé. Dans la mesure où les propriétaires possèdent 23 hectares, nous ne comprenons pas pourquoi les ânes sont si près de notre habitation. Depuis 2 ans, nous avons contacté la Maire, qui nous répond qu'il faut être tolérants dans la mesure où nous sommes sur des terres d'élevage et les propriétaires des ânes ne répondent pas au courrier, ni aux appels téléphoniques.

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !