Pour une meilleure répartition des moyens de secours héliportés entre les territoires

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


Le cas de la Lozère a montré récemment les limites de la stratégie de l’État dans le déploiement des moyens de la Sécurité civile. La santé et la Sécurité civile sont des compétences régaliennes, de l’État. C'est un droit pour chaque Français.

Or actuellement, avec une répartition inéquitable des moyens aériens sur le territoire, certains citoyens n'ont pas les mêmes chances de survie que d'autres. Malgré un bon maillage territorial des Services départementaux d’incendie et de secours (Sdis), dans de nombreux départements les interventions de secours ne respectent pas toujours le délai maximum de 30 minutes pour accéder aux soins urgents, faute de moyens héliportés. Ces temps pourraient être réduits grâce à une meilleure répartition des hélicoptères sur le territoire. D'autant que certains territoires avec un relief accidenté sont également soumis a des contraintes climatiques, qui limitent les interventions des appareils de départements voisins (brouillard, neige, etc.).

Nous demandons une réforme d'ampleur de la couverture nationale des secours héliportés et de l’accès aux soins. Force est de constater qu'actuellement la plupart des hélicoptères sont positionnés dans les grandes villes et en bordure de littoral, ce qui obère pour moitié leur capacité de couverture sur terre. Il serait plus efficient de les repositionner dans les terres, où ils couvriraient un territoire plus large et pourraient secourir plus de personnes avec le même nombre d'engins. Cette réforme doit donc comprendre une mutualisation et un repositionnement des appareils (Sécurité civile, Samu, Gendarmerie, maritime). La répartition doit être plus juste entre les territoires.

L’État doit être garant de la sécurité de tous les Français et prendre ses responsabilités. Aucun territoire n'est un territoire de seconde zone. Nous ne voulons pas de sous-territoire ni de de sous-citoyen. Non à la fracture territoriale et à l'abandon des territoires ruraux. Il y a urgence à réformer l'accès aux secours et à ne plus opposer les territoires entre eux !

La carte en illustration est issue d'une superposition de cartes existantes et peut comporter des erreurs.