Contre le projet visant à réduire le nombre de commissariats en Seine-Saint-Denis !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Non à la disparition de 12 commissariats de plein exercice Seine-Saint-Denis !

Quelques heures avant d’annoncer sa démission au poste de Ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux avait donné rendez-vous aux maires de Seine-Saint-Denis afin de les rassurer sur la présence des forces de l’ordre sur le territoire départemental. Mieux encore ! La conversation tendait vers une augmentation éventuelle des effectifs policiers !

Alors imaginez la surprise des maires de Seine-Saint-Denis lorsque, moins de 24 heures après cet échange, le 22 mars 2017, un article paru dans le journal Le Parisien titre « Et s’il ne restait plus que dix gros commissariats en Seine-Saint-Denis ? » !

Loin d’abonder dans le sens des propos tenus par le Ministre de l’Intérieur la veille, le journal révèle qu’une réorganisation des effectifs des forces de l’ordre est envisagée, sur l’ensemble du territoire séquano-dyonisien. Cette réforme surprise et menée « au pas de charge » pourrait être validée en juin (coïncidant étrangement avec le calendrier politique…).

Si rien n’est officiel pour le moment, je m’insurge contre ce projet irresponsable, dangereux pour la sécurité de nos concitoyens, et élaboré dans le secret des couloirs de la place Beauvau.

Suite l’annonce de cette réforme, un grand nombre d’habitants m’ont exprimé leur volonté forte de conserver un commissariat de plein exercice sur Rosny-sous-Bois, et ce afin d’assurer la protection des Rosnéens dans les meilleurs conditions.

Ce qui pourrait s’apparenter à une imposition unilatérale d’une réforme nuisant fortement à la sécurité ainsi qu’à la tranquillité de nos citoyens est absurde, et ce plus particulièrement à Rosny-sous-Bois.

L’étroite coopération entre la police nationale et la police locale sur le territoire communal a porté ses fruits de manière significative. La situation nous semble en effet plus avantageuse à Rosny-sous-Bois que dans un grand nombre d’autres villes de notre département.

Cette confiance des habitants, cette connaissance du terrain, et cette sécurité pour nos concitoyens seraient rudement mises à mal en cas de réorganisation visant à réduire les capacités d’intervention de la police nationale sur la commune.

Depuis 2012, en tant que maire, je constate quotidiennement que l’Etat se défausse d’une partie de ses compétences en les transférant à la police municipale. Pourtant, la protection des biens et des personnes fait partie de ses missions régaliennes, une mission fondamentale qu’il doit assurer 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Par ailleurs, le récent assassinat de Xavier Jugelé sur les Champs Elysées devrait rappeler à certains membres des personnels politiques que nos effectifs de police doivent être protégés, renforcés, et que leur organisation ne doit pas être détricotée.

Afin de ne pas manquer gravement à ses obligations envers les Français, loin de soutenir l’Etat dans sa démarche de réorganisation des effectifs policiers en Seine-Saint-Denis, je l’appelle au respect de ses engagements d’augmentation des effectifs de police dans notre département. Un département qui, on le sait bien, nécessite de porter une attention toute particulière à la répression de la délinquance et de la criminalité.

Raison pour laquelle l’Etat doit retirer immédiatement ce projet visant à réduire la présence policière dans nos villes.

Je compte sur votre soutien pour appuyer le vœu municipal voté à l’unanimité lors du Conseil municipal du 27 avril 2017.



Claude compte sur vous aujourd'hui

Claude CAPILLON a besoin de votre aide pour sa pétition “Ministère de l'Intérieur: Contre le projet visant à réduire le nombre de commissariats en Seine-Saint-Denis”. Rejoignez Claude et 504 signataires.