Supprimez la parité pour les élections municipales, départementales et régionales

Supprimez la parité pour les élections municipales, départementales et régionales

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Cyril PAYET a lancé cette pétition adressée à Ministère chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes

Jusqu'à la loi de 2013, les règles de la parité ont franchi des seuils successifs : 

  1.  
    la loi du 6 juin 2000 tendant à favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives : parité stricte sur les listes aux élections européennes et aux élections sénatoriales à la proportionnelle, obligation pour les listes de candidats dans les communes de 3 500 habitants et plus avec une parité appliquée par tranche de six candidats (trois hommes et trois femmes devaient figurer, en ordre libre, entre le 1er de liste et le 6e de liste, le 7e et le 12e de liste, etc.) ;
  2.  
    La loi du 31 janvier 2007 tendant à promouvoir l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives : renforcement du dispositif paritaire en étendant l’obligation de la stricte alternance femmes hommes dans la composition des listes pour l’élection de l’exécutif des régions et des communes de 3 500 habitants et plus sous peine de se voir déclarées irrecevables en préfecture.
  3. La loi du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires modifie de façon substantielle les scrutins locaux. Les conseillers départementaux qui se substituent aux conseillers généraux sont désormais élus au scrutin binominal à deux tours. Les binômes sont obligatoirement composés d'un homme et d'une femme. Pour le scrutin municipal, l'obligation de parité pour la composition des listes s'applique désormais dans les communes de plus de 1 000 habitants.

 


Je propose d’abréger ces lois. De fait, elles me semblent discriminantes et donc contraires au principe d’égalité : comment peut-on admettre que des personnes se voient refuser un poste ou ici une place sur une liste électorale au motif qu’elles ne soient pas du bon sexe ? La proportion de femmes et d’hommes sur une liste devrait la même que dans les partis politiques. Personne n’imaginerait mettre en place la parité pour les postes d’infirmières ou les concours de professeur des écoles.

Des maires des Hauts-de-Seine se sont plaints de devoir se séparer à regret de leurs adjoints, pourtant compétents selon eux, au moment de préparer leur nouvelle liste pour les élections, parce qu’ils n’étaient pas du bon sexe. Certains ont même dit à des personnes en politique depuis longtemps, diplômées et avec une solide expérience professionnelle, « je vous aurais bien pris, mais il me faut des personnes de l’autre sexe, et on en manque ».

 


En pratique, pour les élections municipales dans les communes, il peut être difficile d’établir une liste paritaire avec alternance hommes femmes. Cela constitue une barrière à l’entrée pour les nouveaux candidats et donc une prime au sortant.

 


Plus généralement, je suis contre toute discrimination basée sur la race, la couleur de peau, l’origine et le lieu de vie. Il ne doit y avoir de discrimination ni à l’embauche, ni lors des progressions de carrière. Seules les compétences humaines et techniques doivent primer. Si une femme est plus compétente qu’un homme, elle doit pouvoir avoir le poste ; c’est pourquoi je propose d’en finir avec la règle du 50-50.

 


Notons que selon l’INSEE et le Bureau International du Travail, le taux de chômage des hommes en France est légèrement supérieur à celui des femmes.

 


Par ailleurs, les règles de discrimination peuvent entacher le crédit dont jouit une personne ; elle risque d’être regardée de travers. Certaines peuvent se dire ; tiens, elle a été prise parce qu’il fallait une femme ou bien, il a été pris parce que c’était un homme. Supprimer la parité permettrait d’éviter ce type de remarques sexistes et condamnables si elles ne sont pas fondées.

 

 

 

Enfin, doit-on considérer que les villes, les départements, les régions sont mieux gérés depuis que les règles de parité ont été mises en place ? A-t-on moins de délinquance, moins de dettes, plus de ponctualité dans les transports en commun, moins d’embouteillages, moins de problèmes de stationnement ? Plus généralement, le niveau de vie a-t-il augmenté ? Les gens sont-ils plus heureux ? La pollution et les inégalités ont-elles diminué ?

 


Toutes ces raisons me poussent à demander la suppression de la parité aux élections municipales, départementales et régionales.

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !