Pour une vraie salle de concerts à Besançon !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Mesdames, Messieurs les candidats aux élections municipales,

Quel avenir pour les musiques non amplifiées à Besançon et en Franche-Comté ?

A l’heure où les exigences de qualité sonore et d’accueil des artistes et du public sont au premier plan, où de nombreuses villes se sont dotées d’auditorium, nous ne pouvons envisager l’évolution de la pratique musicale professionnelle et amateur à Besançon sans un lieu digne de ce nom.

Le rayonnement de l’Orchestre Victor Hugo, la place importante du festival de musique sur la scène nationale et internationale, les nombreux ensembles professionnels et le nombre croissant de musiciens amateurs au sein des associations justifient la création d’une structure permettant la diffusion des musiques acoustiques.

L’exemple de la Rodia dédiée aux musiques actuelles et amplifiées est probant, avec une fréquentation en hausse qui a motivé un agrandissement de la salle.

L’orchestre a besoin d’une salle avec une vraie qualité sonore, et une jauge suffisante (1200 places) pour une saison qui affiche complet depuis plusieurs années.

Le festival de musique ne peut éternellement vivre de sa légende et faire venir des artistes internationaux dans des salles exiguës et qui sonnent mal.

Les musiciens professionnels et amateurs ont un réel besoin d’une salle et d’une structure pouvant accueillir leurs concerts et leurs répétitions.

La réhabilitation du site de l’hôpital St Jacques permettrait d’y inclure une salle modulable, permettant des concerts dans de bonnes conditions, ainsi que des congrès.

Mesdames et Messieurs les candidats, nous vous sollicitons afin que la voix de tous les citoyens Bisontins et Franc-Comtois pour qui la musique est importante soit entendue, et que des propositions concrètes soient inscrites dans vos projets.

Il y va de l’attractivité de notre métropole, de notre région et de l’avenir du patrimoine musical comtois !

Merci par avance de votre réponse à cette demande récurrente et pressante.

 

Le collectif « des murs pour nos oreilles »