Pas de cours en présentiel, pas de partiel en présentiel

Pas de cours en présentiel, pas de partiel en présentiel

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
M. D a lancé cette pétition adressée à Membres de la direction de l’UFR d’Etudes Psychanalytiques et du département IHSS

Chers membres de la direction de l’UFR d’Etudes Psychanalytiques et du département IHSS,

Nous sommes confrontés à une situation exceptionnelle depuis le début de cette crise sanitaire. En effet, depuis janvier, nous n’avons eu aucun cours en présentiel, car les professeur.e.s se sont mis en grève contre la réforme des retraites et la loi LPPR. De ce fait, les enseignements n’étaient pas communiqués. Certain.e.s professeur.e.s s’y refusaient catégoriquement. Certain.e.s ont fourni des bibliographies à la place.

Ces mêmes professeur.e.s ont décidé de subitement mettre fin au mouvement de grève le 11 mars. La direction a décidé un maintien des examens, alors même que l’épidémie battait son plein, et que les cas de coronavirus ne faisaient qu’augmenter. Le lendemain, le gouvernement décide de fermer toutes les universités.

Depuis ce jour, nous recevons des cours de 100 pages par mail, de matières que nous n’avons jamais eu en présentiel, sans aucune indication ni consigne. Il n’y a donc eu aucune continuité pédagogique, contrairement à ce qui avait été annoncé par le président lors de son discours.

Ce matin, certains d’entre nous ont reçus un mail de la direction de l’UFR indiquant que les partiels auraient bien lieu en présentiel au mois de juin. Ceci n’est pas possible et témoigne d’un manque de considération flagrant pour les étudiant.e.s qui baignent dans l’angoisse, depuis novembre où les conditions d’examens étaient là aussi menacées, mais cette fois-ci par un mouvement social. Ces conditions ont été modifiées, au profit de devoirs maison.

Aujourd’hui, il ne s’agit plus d’un mouvement social mais bien d’une crise sanitaire, où les risques de contaminations sont élevés. Les conditions de travail sont anxiogènes et inégalitaires, tant au niveau des promotions des autres universités, mais aussi entre étudiant.e.s puisque certains n’auront pas les mêmes conditions de travail que d’autres (familles nombreuses, accès limité au ressources pédagogiques, enfants en bas-âge, travail, maladie…). De plus, certain.e.s ont reçus des cours et d’autres non, certains professeur.e.s ne répondent pas, certains cours ont été communiqués à une seule élève de la promotion qui devait le communiquer à tous. Ce qu’elle a fait sur un groupe facebook, auquel tout le monde n’a pas accès.

Considérez vous qu’il y a eu une continuité pédagogique ?  

Nous n’avons pas à subir votre manque d’organisation et de considération, alors même que nous sommes dans un climat très anxiogène. Nous ne pouvons pas ingurgiter un semestre de 12 matières, seul.e.s devant nos ordinateurs, et les apprendre, en si peu de temps.

Certains UFR tel que l’UFR LAC a annulé ses partiels et élabore des modalités alternatives de validation des enseignements dispensés en cours au cours du semestre. Compte tenu de la grève des professeur.e.s, puis du confinement, nous n’avons pas eu de cours. Les modalités de validation doivent être donc être revues pour le bien moral et scolaire des étudiants.

SANS COURS EN PRÉSENTIEL, PAS DE PARTIEL.

Qui dit situation exceptionnelle, dit mesures exceptionnelles. C’est pourquoi nous réclamons une annulation des partiels en présentiel pour l’instauration d’une note plancher avec revalorisation possible.

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !