Que la MDPH 35 laisse Amiel poursuivre sa scolarité en ULIS école. L'inclusion c'est pas de la com.

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Pendant que Jean-Michel Blanquer (Ministre de l'éducation nationale) et Sophie Cluzel (Secrétaire d'état au handicap) se félicitent réciproquement de tous les progrès pour l'inclusion des personnes porteuses de handicap à l'école... leurs administrations partent en chasse pour exclure certains enfants du système scolaire. Le tout avec votre argent.

Amiel, un petit gars de 8 ans porteur de la Trisomie 21 a fait sa rentrée en ULIS École à BRUZ et ça se passe très bien. C'est un dispositif qui lui permet d'être inscrit en CE1 dans une école ordinaire. Pour certaines matières comme le français et les maths, il va dans une classe spéciale de cette école primaire où avec une enseignante dédiée et une AVS, 12 élèves apprennent de manière adaptée et individualisée. Pour le sport, la musique, l'anglais, les sorties, les récrés, c'est avec tout le monde. Idéal non ?

C'est déjà une victoire en fait. Pour en arriver là, il a fallu qu'Amiel travaille son autonomie et se battre contre les décisions incompréhensibles de la MDPH 35. Cet organisme départemental détient les clefs qui ouvrent ou ferment les orientations pour les enfants handicapés. La loi est claire : le choix des parents est déterminant. Depuis 2015-16 pourtant, et au mépris du souhait des parents, des enseignants ou des professionnels (orthophonistes, éduc...), la MDPH 35 attribue systématiquement une orientation vers un IME à Amiel. Nous n'avons rien contre ces Instituts Médicaux Éducatifs mais Amiel a encore toute sa place à l'école. 

Finissant par épuiser les recours possibles, nous avons porté notre cas devant le tribunal du contentieux de l'incapacité qui a tranché sans fléchir en notre faveur. Amiel est donc inscrit dans cette nouvelle école à cette rentrée 2018. 

Quelle surprise de recevoir durant l'été un courrier notifiant que la MDPH fait appel du jugement devant la cour nationale de l'incapacité... C'est de l'acharnement. La MDPH ne sait pas mieux que les parents ce qui convient à nos enfants. Un tribunal le lui a rappelé, elle boude, elle fait appel de la décision... 

Signez cette pétition pour que la MDPH retire son appel et qu'Amiel puisse poursuivre sa scolarité, les premières semaines d'ULIS sont prometteuses. L'inclusion n'est pas de la communication, c'est du concret.

 



Samuel compte sur vous aujourd'hui

Samuel ROLLAND a besoin de votre aide pour sa pétition “MDPH 35 : Amiel a le droit de poursuivre sa scolarité en ULIS. Stop à l'acharnement.”. Rejoignez Samuel et 2 552 signataires.