Réunir un papa et ses trois petites filles, faire avancer le divorce.

Réunir un papa et ses trois petites filles, faire avancer le divorce.

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Maryse MAZERES a lancé cette pétition adressée à Mazeres Maryse

Comment nous aider ? Partagez toute personne pouvant permettre à mon fils de sortir légalement, de cette séparation et de ce piège financier que sa femme s'obstine à lui tendre.
Signez,  Contactez nous, et ou donnez, ce que vous souhaiterez

Un divorce conflictuel est en cours mais à l'arrèt, sans plus d'avocat, en région parisienne , initié par mon fils avant son départ en février 2017.
Trois petites filles : 9 7 et 3ans, sont avec leur mère dans le 93, elles ont dit à l'enquètrice sociale combien leur papa leur manque. Leur papa est retourné vivre à sa chère province, auprès des siens.

La petite maison où vit leur père les attend, depuis décembre 2017, la maman refuse de nous confier les fillettes, la moitié des vacances, de faire la moitié du trajet comme lui propose mon fils, comme il est prévu au minimum, pour tout divorce où les deux parents ont l'autorité parentale. La décision de non conciliation comporte des manques dont la mère profite pour refuser le partage de la garde.

Provincial » monté « à Paris, pour travailler, il y a treize ans, jeune adulte , s'y est marié à une jeune Camerounaise, lui a permis de rester en France, de devenir Française, y a eu trois petites filles dont il s'est beaucoup occupé tout en travaillant à plein temps.

Il est revenu en cette fin d'hiver 2017, en sud ouest, proche de sa famille, (après 6 mois de soucis de maladie aux bronches, dont deux mois d’arrêt maladie, la pollution n'arrangeait rien). La province : où sa femme lui a fait longtemps croire qu'elle le suivrait.
Je lui ai offert l'hospitalité quelques semaines, et il a trouvé à travailler et un logement .

Trois petites filles sont éloignées de leur père de 700km, la maman qui retrouverait sans soucis du travail dans sa branche en province s'obstine à vouloir rester à Paris , enfin, elle ne communique pas, se contentant de nous attaquer, ne parlant que d'argent.


Le cas est hélas, bien courant. Une femme gagnant autant que son conjoint , des salaires de bases, à même de s'assumer seule, se considère abandonnée et veut se venger . Pourquoi ? le conjoint était très présent au foyer, auprès des enfants etc laissant bien du temps à la mère pour ses loisirs, (malgré un travail fatiguant, en partie de nuit).

Bien maltraité et littéralement vampirisé le conjoint décide de quitter sa femme et ses filles, momentanément, la mort dans l’âme, mais décide de « sauver sa peau ».

Au départ du conjoint, qui, après lancement de la procédure de divorce, a quitté  le foyer, elle met sa menace à exécution : « Ce sont ses enfants à elle,  il n'en aura pas la garde» alors qu'elle ne s'en occupait que peu, elle sortait, lui gardait les enfants, les emmenait à la bibliothèque etc..
Elle veut lui « pourrir la vie », le punir financièrement parlant.
Le divorce, dans sa culture est une honte, elle ne l'accepte pas.

Un divorce conflictuel coûte cher ? Peu importe cette personne ne semble plus avoir sa raison, elle respire la vengeance, la haine, peu importe les enfants à qui elle interdit de parler à leur père, au téléphone à la maison.
Le papa réussit dès le début à parler aux filles au téléphone, à l'école, à leur faire parvenir des cartes postales, donc avec la collaboration des enseignants, mais deux mois après, début mai, après les pressions de sa femme, les enseignants refusent de continuer, mon fils la mort dans l'âme ne va plus leur parler du tout. Il a repris ce printemps 2018, après les avoir vues 3 heures en présence de leur mère pour l’audience de conciliation, en septembre, et parlé quelques courts instant sous l'écoute de leur mère, à l'automne : les petites étaient paralysées, à l'école, elles sont joyeuses, spontanées.

En septembre, en revoyant ses filles qui lui ont fait la fête, mon fils a tenté de prendre quelques objets parmi les affaires personnelles qu'il a été contraint de laisser à son départ, ne partant qu'avec sa voiture pleine, elle s'y est formellement opposé. Il est reparti dans le calme, par respect pour ses filles présentes dans l'appartement.

Il compte donc sur une contrainte officielle pour, un jour, récupérer tout ce qui lui appartient en privé, papiers, photos, livres, vêtements etc ;
Il s'est occupé de bien des choses avant son départ, pour faciliter la transition de son épouse, , mais sans prévenir précisément, elle aurait empêché son départ .

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Cette pétition pour recueillir le maximum d'appuis, juridiques, amicaux, financiers, pour aider mon fils à se sentir moins seul, à payer tous les frais supplémentaires, dus au refus de la mère de divorcer, donc d'accepter la procédure courte : frais de huissier etc sans compter les dettes et autres « embrouilles » qu'elle s’ingénie à trouver au fur et à mesure. De plus, vu le comportement de l'épouse, il nous faut un avocat aguerri, il y en a chez nous, mais il faut les payer, aucun n'acceptera ce lourd travail pour la rémunération de l'aide juridictionnelle, et cela se comprend.

Une plainte pour escroquerie était en cours, contre l'ex épouse, sans nouvelles depuis un an, nous apprenons le classement sans suite, au motif, « infraction insuffisament caractèrisée » alors que l'usurpation d'identité etc sont flagrantes avec preuve écrites à l'appui., un huissier est lancé contre mon fils qui commence à rembourser lui même, ce prêt dont sa femme a profité pour ses vacances à l'étranger. Il souhaite relancer le dossier.


Mon fils n'a aucune dette, ni avant sa séparation, ni maintenant, il gère raisonnablement son maigre salaire, sans apl, les revenus pris en compte sont ceux d'il y a deux ans. Enfin, je l'ai un peu aidé à son arrivée, il est arrivé totalement dépouillé par sa femme .
Pendant qu'il travaille et qu'il paie cette escroquerie, qu'il n'a pas vu ses filles depuis un an, la mère fait du shopping en Angleterre (et s'en vante sur facebook, photo à l'appui.

 

La première partie du divorce est passée en septembre 2017 : non conciliation.

En ce début d'été, alors que mon fils attendait des nouvelles suite à l'enquête sociale de cet hiver, on lui annonce (en réponse à son courrier où il demandait l'audition de ses deux grandes, afin qu'elles fassent connaître leur choix de lieu de vie) que son dossier attend dans un placard, au tribunal de Bobigny, plus d'avocat, plus de juge compétent.
Deux avocates payées grâce à l'aide juridictionnelle, ont « jeté l'éponge « suite à la mauvaise volonté de l'épouse.
La distance complique tout, mais elle a toujours su que son époux voulait élever ses enfants en province et qu'il cherchait à s'y faire muter, travaillant toujours pour des entreprises qui y avaient des antennes.

Vous pouvez nous aider à financer un bon avocat en sud ouest, ou à Bobigny, qui lancera l'assignation en divorce, et plaidera, sans doute avec le soutien d'un confrère à Paris.
Nous souhaitons ,au plus vite, aux petites filles de revoir leur père, en espérant que leur mère acceptera enfin de quitter Paris, de retrouver un travail plus proche de son ex compagnon afin que les filles soient proches des deux.

Mon fils est prêt à prendre ses filles en garde principale. J'attends depuis si longtemps de pouvoir offrir à mes petites filles la présence et l'attention de leur grand mère, ici au soleil, au calme.

Ce combat est celui de nombreux pères , surtout des pères ?, mais peu importe, c'est le combat pour dénoncer l'aliénation parentale en général, qui est le fait de personnes déséquilibrées qui détruisent leurs enfants impunément.

En remerciements ? Nous vous ferons partager, selon vos envies, le beau pays qui est le nôtre, entre Bordeaux et Toulouse : (je suis passionnée de culture, patrimoine, ex guide touristique). Mon fils aussi passionné de géographie,et de cultures fait connaissance avec les anciens de son village, randonne et cours par les chemins, lui le jeune nouvellement arrivé, tellement heureux de revivre enfin,au soleil et au calme, malgré l'absence de ses filles.
Ce beau pays où les petites attendent de venir depuis plus d'un an, et nous l'espérons, y rester, proches de leurs deux parents, si la maman se décidait à venir s'y installer aussi.

Nous vous serons éternellement reconnaissant de nous avoir soutenu dans cette épreuve que nous souhaitons la plus courte possible désormais.

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !