Carola Rackete, capitaine du Sea-watch ne doit pas aller en prison

0 a signé. Allez jusqu'à 10 000 !


Carola Rackete, la capitaine du Sea-Watch a été interpellée le 27/06/2019 à l'arrivée du navire à Lampedusa. Elle a secouru 42 migrants dans les eaux internationales.

L'humanité est-elle un délit sur le continent européen ?

Carola déclare lors de son arrestation : "Je suis prête à aller en prison pour cela et à me défendre devant les tribunaux s'il le faut parce que ce que nous faisons est juste". 

Depuis 2016, la commandante de 31 ans parcourt les mers avec l’ONG. À l’époque, ses différentes missions étaient appréciées par les navires militaires italiens et européens considérant le navire comme un soutien. Désormais, les politiques migratoires se sont durcies, notamment en Italie où Matteo Salvini en a fait son premier argument de campagne.

Elle déclare : "Peu importe comment tu arrives dans une situation de détresse. Les pompiers s'en moquent, les hôpitaux s'en moquent, le droit maritime s'en moque. Si tu as besoin d'être secouru, tout le monde a le devoir de te secourir". Et en mer, "le secours se termine quand les gens se trouvent en lieu sûr" .
"Nous les Européens avons permis à nos gouvernements de construire un mur en mer. Il y a une société civile qui se bat contre cela et j'en fais partie", explique-t-elle. Assurant respecter scrupuleusement le droit maritime, elle affirme: "Je suis prête à aller en prison pour cela et à me défendre devant les tribunaux s'il le faut parce que ce que nous faisons est juste". 

Après un recours infructueux auprès de la Cour européenne des droits de l'homme et alors que le blocage du navire humanitaire est au centre de l'attention médiatique européenne, Carola Rackete décide le 26 juin de forcer le blocus italien : le Sea-Watch 3, avec à son bord une dizaine de membres d'équipage et 42 migrants, pénètre dans les eaux italiennes en dépit des injonctions de la police douanière et financière et se dirige vers le port de Lampedusa.

Elle déclare : « Peu importe comment tu arrives dans une situation de détresse. Les pompiers s’en moquent, les hôpitaux s’en moquent, le droit maritime s’en moque. Si tu as besoin d’être secouru, tout le monde a le devoir de te secourir. »

 


Voulez-vous partager la pétition ?