Matinale de France Inter : STOP au monopole du néo-libéralisme dans l'édito éco !

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Le "7/9" de France Inter est la matinale radio la plus écoutée de France, avec 3 887 000 auditeurs quotidiens (source : Mediamétrie, avril 2018). Parmi ses rendez-vous de référence, on trouve "l'édito éco", pensé comme un décryptage de l'actualité économique censé aider à la meilleure compréhension des événements par les auditeurs.

Le problème, c'est que ce rendez-vous est incarné tous les jours de la semaine par la même personne, à savoir l'économiste Dominique Seux. Directeur délégué de la rédaction des Echos, M. Seux s'affiche comme un libéral convaincu, comme le montrent ce billet de blog datant de 2014 intitulé "L'austérité en France ? La bonne blague !" (http://blogs.lesechos.fr/dominique-seux/austerite-en-france-la-bonne-blague-a14959.html ou l'édito écrit dans les Echos le 20 avril 2018 titré "Bilan Macron : le président qui ose" (https://www.lesechos.fr/politique-societe/emmanuel-macron-president/0301563244042-macron-un-president-qui-ose-2170702.php

M. Seux a tout a fait le droit d'avoir ses opinions. Là où le bât blesse, c'est quand France Inter, radio publique, propose un angle unique d'analyse de l'économie, qui prend la forme d'opinions tranchées sans aucune contradiction. Cet unanimisme est une atteinte à la démocratie en ce qu'il empêche les citoyens d'être informés en toute pluralité éditoriale. édito est l'expression d'une position économique qui exprime une idéologie politique. Qu'on soit d'accord ou non, la présence unique et répétée de ce point de venue apparaît comme un problème démocratique à cause d'un manque criant de pluralité.

Car l'économie est une science sociale, et non exacte. Elle est donc traversée de multiples courants, dont aucun n'a plus de légitimité qu'un autre. Or, jusqu'en 2017, l'édito prenait le vendredi la forme d'un débat avec un économiste aux vues divergentes (Bernard Maris, puis Benjamin Coriat des Économistes atterrés). La disparition de cette confrontation s'est faite sans aucune explication, alors qu'elle nuit à l'esprit critique nécessaire en matière d'économie.

L'objectif de cette pétition n'est pas de s'attaquer à une personne, mais de proposer un rééquilibrage politique de l'édito économique, qui peut prendre plusieurs formes. Celle d'un débat, mais aussi celle d'un roulement en proposant un angle différent chaque jour, car ce ne sont pas les candidats sérieux qui manquent. La présence à l'antenne d'économistes d'obédiences variées serait l'honneur d'une station de la richesse de France Inter.

En ces temps de "mercato" média, ce changement est à portée de main, et il ferait honneur à la première matinale de France, à qui la taille de son audience donne une lourde responsabilité dans le fonctionnement de la démocratie.



Matias compte sur vous aujourd'hui

Matias ABEL a besoin de votre aide pour sa pétition “Matinale de France Inter : STOP au monopole du néo-libéralisme dans l'édito éco !”. Rejoignez Matias et 14 signataires.