Je soutiens les responsables de services de garde en milieu familial

0 have signed. Let’s get to 500!


---English version below---

Je soutiens la demande d'augmentation de salaire pour les responsables de services de garde en milieu familial.

Voici pourquoi : 

Existant depuis plus de 20 ans, le programme québécois qui a donné naissance à un modèle de garderie abordable est un succès et exemple à suivre pour le reste de la planète. Ainsi, de nombreux modèles internationaux de garderies subventionnées se sont inspirés du modèle québécois.

Le modèle québécois repose sur un postulat qui s’est avéré vrai et payant : lorsque le gouvernement contribue à rendre les services de garde accessibles et abordables, ceci permet à un plus grand nombre de femmes de rejoindre le marché du travail et, en fin de compte, on observe une augmentation des revenus de l'État grâce à une hausse des taxes sur l'emploi. 


L'un des résultats les plus impressionnants du programme a été la hausse spectaculaire du taux d'emploi des mères de jeunes enfants. Depuis le lancement du programme, le taux de femmes sur le marché du travail québécois a augmenté considérablement atteignant 86 % en 2017, contre 80 % en moyenne à l'échelle nationale. Une étude de Statistique Canada a montré une augmentation du nombre d’emploi de près de 20 % pour les mères d'un enfant de moins de trois ans au Québec comparativement à l’Ontario sur une période similaire. Elle a également révélé que le taux de fertilité global a augmenté au Québec, alors même que davantage de femmes travaillent.


En plus de s'attaquer à l'équité salariale entre homme et femmes, ainsi qu’au taux de fécondité, le programme génère suffisamment d'impôts sur le revenu pour couvrir plus de 100% du programme. En d'autres termes, les garderies subventionnées s’autofinancent et vont même bien au delà. 


C'est pourquoi il est impensable qu'un modèle à la fois féministe et générateur de revenus ne rémunère pas correctement les femmes qui contribuent à faire de ce programme un franc succès de par leur travail. Ce programme qui profite à tant de femmes à travers le Québec ne devrait pas exploiter les femmes qui dirigent des garderies en milieu familial. 


Soutenons les travailleuses des garderies qui font un travail si précieux !


Ces travailleuses méritent plus de 12,42$ /h, ce qui est inférieur au salaire minimum alors qu’elles s’occupent de nos enfants jusqu’à 45 heures par semaine, et parfois même plus. 

Il est indispensable que leur travail soit reconnu à sa juste valeur. Elles méritent amplement le salaire de 16,75$ /h qu'elles exigent.

--------

I support the demand for a pay increase for workers in home daycares. 


Here’s why: 


With more than two decades behind it, the Quebec affordable child care model is an example to follow for the rest of the world. Many international models of subsidized daycare owe their inspiration to the Quebec model. 


The model in Quebec is based on premises that proved to be true: that if the government helped make child care accessible and affordable, it would allow more women to join the workforce and ultimately raise revenue for the government through increased employment taxes. 


One of the most impressive outcomes of the program has been the employment rate of mothers of young kids, which has spiked dramatically.  Since the launch of the program, Quebec has seen an increase of the rate of women in the workplace to 86% in 2017 versus 80% on average nationwide. A study by Statistics Canada found an increase in employment by almost 20% for mothers with a child younger than three compared to Ontario over a similar time period. It also found that the overall fertility rate increased, even as more women were working.


Along with tackling gender pay equity and fertility rates, the program generates enough income taxes to cover more than 100% of the program.  In other words, the subsidized daycare program more than pays for itself. 


This is why it is a shame that a revenue-generating feminist model of gender equality does not fairly pay the women who work in the program. This program that benefits so many women across Quebec should not be exploitative to the women who run the home daycares. 


Let's support the daycare workers who do such valuable work!


They deserve more than $12.42 per hour, which is less than minimum wage. They deserve the livable wage of $16.75 per hour that they demand.