reconnaissance et valorisation du métier d'aide soignant

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Chère madame la ministre, 

Un ras le bol s'est installé, un ras le bol qui n'est pas prêt de disparaître si vous continuez de ne rien faire!

Notre profession se meurt, "à petit feu", et l'essence que vous jetez sur les flammes n'arrange en rien la situation. Cela ne peut plus continuer!

Le constat est préoccupant... avec des conditions de travail qui ne sont pas dignes de la France, comme par exemple un "étranglement" budgétaire, un manque de personnel, mais aussi une augmentation des cadences, un travail «à la chaîne», et donc une qualité des soins qui se dégradent. L’hôpital est malade de sa logique financière!

Ce désinvestissement massif de l’Etat dans les politiques de santé a ses conséquences : des aides soignants (et infirmiers) à bout de souffle qui peinent à répondre aux besoins de la population nécessitant des soins. Sans oublier la vague de suicides directement liée aux conditions de travail qui a ébranlé la profession!

De plus, ce qui pose également soucis c'est la reconnaissance de notre métier. Par les soins que nous prodiguons (toilettes, soins de confort, repas, nursing, accompagnement physique et psychologique…) nous devenons des confidents, des mains réconfortantes et bienveillantes pour les patients. Ces derniers se confient naturellement et plus facilement à nous qu'au reste de l'équipe. Nous contribuons au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne et en aidant au maintien de leur autonomie.Nous sommes le premier maillon de la chaîne, les yeux et les oreilles de l'infirmier. 

Nous souhaitons un statut d’aide-soignant à part entière, une formation ainsi qu’un diplôme protégés et non bradés par la validation des acquis de l'expérience (VAE), des postes d’aide-soignant(e)s réservés et non remplacés par des agents des services hospitaliers (ASH), un salaire de base en début de carrière décent pour un poste à responsabilités et un début de carrière en classe B avec un indice majoré à 338. 

Le secteur de la santé va mal, impossible de dire le contraire, et beaucoup de jeunes diplômés sont dégoutés du métier quelques mois après leur premier poste seulement...

Au nom de tous les aide-soignant(e)s diplômé(e)s, nous espérons que notre action sera bénéfique, que vous, Marisol Touraine, allez prendre en compte notre combat et que nous obtiendrons une réponse positive.



damien compte sur vous aujourd'hui

damien bonnaud a besoin de votre aide pour sa pétition “Marisol Touraine: reconnaissance et valorisation du métier d'aide soignant”. Rejoignez damien et 223 signataires.