JUSTICE pour CAROLINE ABATTUE le 21/08/2018

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Le 21 août 2018, ma fille Caroline Peinado Y Ortega, locataire à la ferme du Bournoulet à Amblainville 60110, avait rendez-vous à la gendarmerie de Méru afin de déposer une plainte contre son propriétaire Jean Luc Dupont alias Yann Lehenans pour violation de domicile, vol, harcèlement et séquestration; elle n'ira jamais, l'homme l'a abattue d'un tir à bout portant dans le thorax.

le 23 août l'homme est mis en examen des chefs d'assassinat, détention sans déclaration d'armes de catégorie C et détention de munition ou élément de munition de la catégorie C-8 sans permis de chasser ou licence de tir en cours de validité. Il est placé en détention provisoire au centre pénitentiaire de Beauvais.

Dans la nuit du 25 au 26 août, il se suicide en se pendant avec un drap aux barreaux de sa cellule.

Depuis 9 mois la famille cherche à comprendre et attend des réponses de la justice. Nous n’avons toujours pas été auditionnés par le magistrat instructeur et n’avons donc pas eu accès au dossier de la procédure avant l’avis de fin d’information, nous empêchant ainsi de présenter des demandes en temps utile.

Parce que les zones d'ombre dans ce dossier sont nombreuses nous AVONS BESOIN DE VOUS pour que la lumière soit faite.

Parce qu'hélas le silence de la justice c'est l'affaire de tous, nous vous invitons à SIGNER CETTE PÉTITION.

L'auteur des faits avait fait l'objet de nombreuses plaintes dont au moins 2 d'anciennes locataires. Une seule plainte pour lettre anonyme au maire et usurpation d'identité a bénéficié d'une condamnation -6 mois de prison avec sursis- toutes les autres ont été classées sans suite. L'homme a pu continuer à agir et à bafouer les lois en toute impunité. Ce drame aurait-il pu être évité ?

Le suicide du mis en examen  éteint l'action publique. Ce suicide nous prive d'un procès et de la chance de connaitre la vérité. L'homme présentait un état suicidaire au moment de son interpellation et durant sa garde à vue; étonnamment le centre pénitentiaire n'a pas détecté de comportement suicidaire et n'a pris aucune mesure inhérente à ce type d'état. Toutes les procédures à suivre dans de telles circonstances ont-elles été respectées pour éviter ce suicide ?

Toutes les investigations ont-elles été menées pour établir la vérité ?

Pour quelles raisons le magistrat instructeur a-t-il refusé :

  • de communiquer le dossier d'instruction à notre avocate ?
  • d'auditionner les victimes par ricochet, parties civiles ?

Force est de constater que des missions régaliennes n'ont pas été remplies

  •  Assurer la sécurité des citoyens - 2 personnes sont mortes -
  • Appliquer les lois article 6 de la CESDH " Toute personne a le droit à ce que sa cause soit entendu équitablement (…) dans un délai raisonnable " 2ème paragraphe de l’article préliminaire du CPP "L’autorité judiciaire veille à l’information et à la garantie des droits des victimes" - refus d'audition et d'accès au dossier depuis 9 mois -

      CETTE OMERTA DOIT CESSER et LA VÉRITÉ DOIT ETRE DITE

       POUR QUE CES MANQUEMENTS NE SE REPRODUISENT PLUS

            POUR QUE LES DROITS DES VICTIMES SOIENT APPLIQUES

                         Nous demandons justice pour Caroline

                                             PARCE QUE DEMAIN

              VOUS POURRIEZ AUSSI ETRE UN OUBLIE DE LA JUSTICE

                       Merci de nous avoir lu - Merci pour votre soutien 

                                       Merci pour votre signature