Non à l'interdiction du lait maternel dans les creches de Seyssinet-Pariset !

0 a signé. Allez jusqu'à 15 000 !


Lors de son dernier conseil municipal, la commune de Seyssinet-Pariset a voté une décision rétrograde, sous couvert d'arguments qui méprisent le bon sens, les recherches scientifiques, les recommandations de l'HAS et de l'OMS ainsi que les parents à qui ils dénient tous sens des responsabilités. En effet, la décision a été prise d'interdire les biberons de lait maternel dans les crèches de la commune, pour des raisons d'hygiène. 

Voici les arguments des partisans de cette règlementation tirés de l’article du Dauphiné Libéré du 10 juillet 2019 (https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/07/09/isere-seyssinet-pariset-la-majorite-vote-l-interdiction-d-apporter-du-lait-maternel-dans-les-creches)

« La fourniture de lait maternel dans les crèches n’est pas acceptée pour des raisons de sécurité alimentaire »

L’allaitement maternel constitue la référence pour l’alimentation du nourrisson pendant les premiers mois de la vie. L’assemblée générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a ainsi recommandé en mai 2001 un allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois de la vie et la poursuite de l’allaitement jusqu’à l’âge de 2 ans, voire au-delà en fonction du souhait des mères.   

Cependant, si l’allaitement n’est pas possible, le nouveau-né est alimenté avec des préparations pour nourrissons à base de protéines de lait de vache ou de soja, dont la composition répond aux normes définies dans la directive 91/321/CEE (1991), les directives 96/4/EC (1996) et 1999/50/EC (1999) amendant la directive 91/321/CEE, et dans la directive 1999/21/EC sur les aliments diététiques destinés à des fins médicales spéciales (ADDFMS) (1999). Ces produits sont stériles quand ils sont sous une forme liquide prête à l’emploi, mais ne le sont pas quand ils sont sous forme de poudre. Les conditions de préparation, de manipulation et de conservation sont essentielles pour éviter les contaminations microbiennes et leur multiplication, qui peuvent être à l’origine d’infections graves, voire de décès, de nouveau-nés et de jeunes nourrissons. https://www.anses.fr/fr/system/files/MIC-Ra-BIB.pdf p.13

Faut-il donc interdire toute forme d’alimentation infantile dans les crèches pour des raisons de sécurité alimentaire ? Les personnels s’interrogent sur la responsabilité portée en cas de problème avec un biberon de lait maternel, mais ne semblent pas s’inquiéter des risques concernant les préparations lactées pour nourrissons ?

« Les structures de la ville ne sont pas en mesure d’accueillir les biberons de lait maternel, avec un personnel dédié, une salle dédiée, de prendre correctement la température »

Ces structures sont également tenues d’appliquer le règlement 852/2004/CE relatif à l’hygiène des denrées alimentaires, qui définit dans son annexe II les dispositions générales applicables, en particulier :
 - des locaux adaptés à leur utilisation,
- une ventilation et un éclairage adéquats et suffisants,
- des surfaces bien entretenues, faciles à nettoyer et/ou à désinfecter, constituées de matériaux étanches, non absorbants, lavables et non toxiques,
- des installations sanitaires en nombre suffisant, équipées d’eau chaude et froide, si possible à commande non manuelle, du matériel pour le nettoyage et pour le séchage des mains dans le respect des règles d’hygiène ; les toilettes ne doivent pas directement communiquer avec les locaux de manipulation et de préparation. Les locaux utilisés doivent être entretenus, nettoyés et/ou désinfectés selon un plan de nettoyage adapté à leur agencement et à leur conception. Ils doivent prévenir ou réduire la contamination aéroportée. 

Si une certaine souplesse par rapport à la disposition des locaux ou de l’équipement peut être accordée aux petites structures, celles-ci doivent cependant remplir les obligations liées au règlement 852/2004/CE.

 Les enceintes réfrigérées doivent (au sens de l’article 4 du règlement 852/2004/CE), assurer le maintien de la chaîne du froid. La température intérieure doit y être inférieure ou égale à 4°C, être enregistrée et contrôlée quotidiennement. Un étalonnage régulier de l’outil de mesure de la température est nécessaire. https://www.anses.fr/fr/system/files/MIC-Ra-BIB.pdf p.21,22

La réglementation de ces locaux accueillant toutes les denrées alimentaires nécessaires à la crèche, dont les préparations lactées pour nourrissons, semble parfaitement adaptée à la réception et au stockage du lait maternel. Nous ne voyons pas en quoi il faudrait prévoir des locaux différents, ni un personnel spécifique. 

Le choix a été faite suite à « Une circulaire du préfet reçue en mai qui précise que le lait cru représente un danger pour les enfants de 0 à 5 ans »

Le lait cru et les fromages à base de lait cru ne doivent pas être consommés par les jeunes enfants, surtout les moins de 5 ans ; préférer les fromages à pâte pressée cuite (type Emmental, Comté, etc.), les fromages fondus à tartiner et les fromages au lait pasteurisé. https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/quelles-mesures-precaution-apres-dernieres-contaminations-au-lait-cru-isere-1669453.html  

Comparer le lait tiré au domicile par la maman, dans l’environnement familial, à du lait animal dont la traçabilité est beaucoup plus compliquée et dont les risques de contamination se multiplient au différentes étapes de production, vente, stockage etc… nous parait exagéré, hygiéniste, et fait fi de toutes les études scientifiques prouvant l’effet protecteur du lait maternel sur la santé des nourrissons.   

 « Pour les femmes qui veulent allaiter leur enfant une place est réservée pendant 6 mois maximum »

La municipalité propose comme alternative la prise d'un congé parental pour la mère, est-elle prête non seulement à lui garder la place en crèche, mais également à lui payer son complément de salaire ainsi une somme équivalente au préjudice subi suite à ce congé (points retraite, discrimination pour l’évolution dans l’entreprise, etc...) ? Et que dire des femmes travaillant en libéral ? Et que dire également des femmes qui souhaitent reprendre le travail le plus tôt possible tout en continuant à allaiter leur enfant ? 

« Il n’y a aucune loi, c’est le vide intersidéral à ce sujet »

Pas de loi à proprement parler, mais des recommandations :

De l’AFSSA : Recommandations d’hygiène pour la préparation et la conservation des biberons  https://www.anses.fr/fr/system/files/MIC-Ra-BIB.pdf

Du gouvernement : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Depliant_lait_maternel_2013.pdf

A priori, le sujet ne fait pas « peur » aux autres crèches :

http://www.allaitement-informations.org/assets/files/actuel/dossiers/Allaitement-Creche.pdf

https://www.montigny78.fr/fileadmin/montigny/MEDIA/Famille_Solidarite/Petite_enfance/Etablissements_municipaux/Guide_Allaitement_2008.PDF

D'autre part Grenoble, faisant partie de la Métro également, n'a aucun problème avec le lait maternel dans les crèches, puisqu'ils fournissent au parents un document très détaillé, avec un engagement et une responsabilisation des parents : https://drive.google.com/file/d/0BxIpycMEgQsgUEttR2VyQzdCenBRdHZ0OFptcXZPLWZwOUgw/view?usp=sharing

« Un incident aurait alerté, UN papa transportant un biberon de lait maternel dans sa poche »

La meilleure manière de protéger les enfants des mauvaises habitudes des parents est justement de les accepter en crèche pour pouvoir expliquer jour après jour aux parents comment se comporter (quitte à faire signer une décharge). D’autre part il parait ici encore exagéré de pénaliser l’ensemble des familles souhaitant allaiter pour la négligence d’une seule personne (qui par ailleurs n’a entrainé aucun accident…)

« Le sujet ne concerne qu’un ou deux enfants par structure, et pour quelques semaines seulement »  

Si seuls quelques bébés sont concernés quelques semaines seulement, autant mettre à profit ces quelques semaines pour transmettre les bons messages aux parents. En rappelant que les parents sont les plus "responsables » de la santé de leur enfant. Et encore une fois, il nous semble que la lutte contre les discriminations doit concerner toutes les structures publiques.  

Pour conclure, nous pouvons méditer sur ce passage des recommandations "Pour une Politique nationale nutrition santé en France", publiée par le Haut Conseil de la Santé Publique en septembre 2017 :

Par ailleurs, la reprise du travail est citée dans de nombreuses études comme un obstacle à la poursuite de l’allaitement [39, 281]. Elle est parfois considérée comme pouvant même constituer un frein à toute initiation [240] ; toutefois, les conclusions à ce sujet varient selon les études [217]. Enfin, les attitudes et conseils prodigués par les professionnels de santé semblent également jouer un rôle important [281]. Tout en respectant le choix des femmes à n’allaiter que partiellement, voire à ne pas allaiter du tout, leur rôle est de leur apporter le soutien technique et psychologique nécessaire auprès de celles qui souhaitent initier un allaitement maternel, sans toutefois se limiter aux tous premiers jours de vie. Par ailleurs, les effets de diffusion des pratiques d’allaitement maternel grâce à leur banalisation restent encore à développer en France, pays où le rejet culturel de l’allaitement reste particulièrement sensible, comme en témoignent les prises de position publiques lorsque de nouveaux éléments scientifiques sur l’allaitement maternel sont publiés. Dans ce domaine, il conviendrait de réfléchir à l’échelle de la population entière : hommes et femmes ; adolescents, jeunes adultes, grands-parents ; milieux de travail et de loisirs. Sans chercher une normalisation imposée, qu’une femme puisse allaiter (et trouver les conditions pour le faire, y compris pour tirer son lait) dans quel qu’endroit que ce soit devrait être recherché. 
https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20170912_PNNS20172021.pdf

Egalement cette recommandation issue du COMMUNIQUÉ DE PRESSE du 12 mai 2011 de l'Académie nationale de médecine et de l'Association des maires de France "UNE NOUVELLE COOPÉRATION AU SERVICE DE LA SANTÉ PUBLIQUE" : Il convient chez les nourrissons de faciliter la poursuite de l’allaitement maternel des enfants accueillis dans les structures d’accueil de la petite enfance, en diffusant les bonnes pratiques et en formant les personnels de ces structures. https://drive.google.com/file/d/0BxIpycMEgQsgalppLVhHR19NTEhtSTNWSUtkVUx2T2h4cTVF/view?usp=sharing 

En conséquent, nous souhaitons que cette réglementation soit modifiée, et que dans un souci de bon sens et d’équité, le lait maternel soit accepté dans les crèches de la commune de Seyssinet-Pariset, et nous interpellons le gouvernement afin qu’une réglementation nationale soit étudiée pour que toutes les crèches soutiennent l'allaitement maternel en acceptant le lait maternel en leur sein. 



Elise compte sur vous aujourd'hui

Elise BAILLY a besoin de votre aide pour sa pétition “Marcel REPELLIN: Non à l'interdiction du lait maternel dans les creches de Seyssinet-Pariset !”. Rejoignez Elise et 10 871 signataires.