MANUEL VALLS DOIT DÉMISSIONNER DE SON POSTE DE DÉPUTÉ

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


L’ancien Premier ministre de François Hollande compte devenir le prochain maire de Barcelone. Bien que non déclarée l'éventuelle campagne de Manuel Valls soulève de nombreuses questions. Ses longues absences à répétition à Evry et au sein de l'hémicycle pointent les faiblesses de la moralisation et de l'éthique en politique. 

LA SITUATION DE MANUEL VALLS POSE LA QUESTION DE LA PROBITÉ ET DE LA MORALISATION DE LA VIE POLITIQUE FRANÇAISE.

QUAND L'ASSEMBLÉE COMPTAIT METTRE FIN À l' IMPOSTURE DÉMOCRATIQUE DE L'ABSENTÉISME DES DÉPUTÉS 

Le 24 janvier, le bureau de l'Assemblée nationale avait donc décidé de changer certaines règles. L'objectif : la lutte contre les absences abusives de certains députés. Il avait donc été décidé que les scrutins indiquent qui est vraiment présent à l'Assemblée nationale. Seulement force est de constater que cette mesure ne se montre pas assez efficace. 

François de Rugy, quand il était encore au perchoir, s'était attiré les foudres des élus y compris au sein de sa majorité parce qu'il voulait faire appliquer strictement le règlement interne de l’Assemblée. Une liste de quelques députés été dressée. Les absentéistes risquaient une amende qui pouvait aller jusqu’à 4.320 euros.

LE CAS MANUEL VALLS

Dans l'Essonne, le nom de Manuel Valls résonne seulement les habitants commencent à s'interroger. Le député apparenté LREM se fait rare laissant entendre une éventuelle candidature à la mairie de Barcelone pour les municipales de 2019. Cette situation indigne ses opposants mais pas que. Farida Amrani, conseillère municipale d'opposition à Evry n'a pas manqué de l'épingler : "Il a séché la rentrée des classes. Je suis déçue pour les habitants de cette circonscription qui, en fait, se retrouvent bernés".

L'ex-Premier ministre est effectivement très présent à Barcelone. Des journalistes du Parisien avaient rapporté que le député de l’Essonne, dont la nouvelle compagne Susana Gallardo est espagnole, « donnera cette année une dizaine de cours à l’ESADE, une prestigieuse école de commerce de Barcelone ». Par ailleurs, il a récemment participé à une séance "dédicaces" pour la sortie d’un livre publié dans la langue espagnole.

Ses contacts avec le président de la formation espagnole Albert Rivera,  sont très fréquents. Manuel Valls passe un temps considérable outre Pyrénées participant même à de nombreuses conférences. 

LA QUESTION MORALE CONCERNANT LA SITUATION DE MANUEL VALLS

La situation de l'éventuel candidat à la mairie de Barcelone pose la question de la probité et de la moralisation de la vie politique française. 

Le député bénéficie de l'ensemble des avantages liés à sa fonction bien que ce dernier semble échapper aux obligations morales de ses fonctions. Plus de 5 000 euros mensuels de frais de mandat, une enveloppe de 18 950 euros par an pour les taxis, le téléphone et le courrier, les 12 voyages aériens hors de leur circonscription etc...

Le manque de transparence de la vie publique ne permet pas de savoir si Manuel Valls utilise les avantages de sa fonction dans le cadre de son éventuelle candidature. Du point de vue de la moralité publique ce comportement est indécent et échappe aux règles morales et éthiques. 

UNE AUBAINE DÉMOCRATIQUE CONCERNANT SA CANDIDATURE EN ESPAGNE

Manuel Valls n'a plus la nationalité espagnole et pourtant il a bien le droit de se présenter aux élections municipales espagnoles en 2019.  Il est citoyen européen et comme tout citoyen de l'UE IL peut par conséquent voter et soumettre une candidature à des élections municipales d'un autre État membre que son pays d'origine. Pourtant  la loi de 2014 lui interdit de cumuler le mandat avec une fonction de maire. Dans ce cas précis, il serait donc contraint à la démission. 

Cette étrange situation met en lumière les failles juridiques existantes. Une concertation avec les États membres s'impose afin que des règles identiques de moralisation publiques s'imposent à tous dans d'égales circonstances. La moralisation de la vie politique doit également se définir à l'échelle européenne. 

UNE DÉMISSION DE L'ANCIEN PREMIER MINISTRE S'IMPOSE DONC

Au de la morale et de la probité, Manuel Valls doit, sans délai, présenter immédiatement sa démission. L'actuel député se trouve dans une situation de conflit moral et jette de facto l'opprobre sur la moralisation de la vie publique. Bien des étapes restent à franchir pour une véritable transparence publique et une éthique politique déterminée. Cette zone de "flou" et de "non-droit moral" ne sert pas les institutions et laissent les habitant de l'Éssonne dans une impasse intolérable de la part d'un élu de la République.

Thierry Paul Valette 

Président de France Éthic (anciennement Égalité Nationale)



Thierry Paul compte sur vous aujourd'hui

Thierry Paul VALETTE a besoin de votre aide pour sa pétition “MANUEL VALLS DOIT DÉMISSIONNER DE SON POSTE DE DÉPUTÉ”. Rejoignez Thierry Paul et 2 630 signataires.