Manifeste pour une cantine saine et respectueuse de la santé des enfants.

Manifeste pour une cantine saine et respectueuse de la santé des enfants.

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Collectif Cantine Responsable Le Chesnay Rocquencourt a lancé cette pétition adressée à Mairie du Chesnay Rocquencourt

Le Chesnay-Rocquencourt, le 3 décembre 2019


Manifeste pour une cantine saine, responsable
et respectueuse de la santé des enfants et de l’environnement

Monsieur Le Maire,

Peu avant la fusion entre les communes de Rocquencourt et du Chesnay, lors du conseil municipal de la commune de Rocquencourt qui s’est tenu le 9 juillet 2018, un projet de « convention de mutualisation » avec la ville du Chesnay a été adopté.

Cette convention portait notamment sur «la restauration municipale de Rocquencourt, y compris les travaux et les matériels nécessaires pour transformer la cuisine de Rocquencourt en cuisine commune de Rocquencourt et du Chesnay».

A la lecture du compte rendu de ce conseil municipal, nombre de Rocquencourtois et Chesnaysiens se sont sans doute réjouis de cette conséquence positive du projet de fusion : tous les enfants de la future commune nouvelle bénéficieraient de repas préparés dans la cuisine de Rocquencourt !

Le réalité est malheureusement bien différente, puisque depuis la rentrée du mois septembre 2019, c’est exactement l’inverse qui se produit : les enfants qui fréquentent la cantine de la commune historique de Rocquencourt subissent désormais le même traitement que les enfants du Chesnay, à savoir des repas en « liaison froide », préparés de façon industrielle.

Au delà du fait que les engagements pris par nos élus n’ont pas été tenus, nous souhaitons ici vous alerter sur les questions de santé publique et de respect de l’environnement posées par les méthodes de production industrielle de la restauration scolaire au sein de la commune nouvelle du Chesnay-Rocquencourt.

1/ Du plastique pour réchauffer les repas : une aberration sanitaire
Les repas des enfants accueillis en école maternelle et primaire de la commune nouvelle du Chesnay- Rocquencourt sont donc désormais préparés de façon industrielle, conditionnés dans des barquettes plastique, stockés 3 à 5 jours puis réchauffés dans ces mêmes barquettes, avant d’être servis.

Nous connaissons aujourd’hui les risques liés aux perturbateurs endocriniens et substances éventuelles qui migrent de l’emballage plastique vers les aliments, et on ne compte plus le nombre d’études qui incriminent le plastique dans des problèmes de santé publique.

Il semble aberrant que de telles méthodes subsistent au sein de notre commune, alors que les installations à Rocquencourt permettaient une « liaison chaude » ?

Nous vous invitons à vous informer sur cette problématique. L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES), le Réseau Environnement Santé, l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) : tous alertent sur les dangers liés à l’utilisation du plastique en contact avec les aliments.

Même s’il est encore difficile de prouver la toxicité de certains composés, puisque leurs effets se mesurent à long terme,

il incombe aux pouvoirs publics d’appliquer un principe de précaution qui protège les enfants de telles expositions.

Aussi, et dans le prolongement de plusieurs initiatives législatives du Sénat et de l’Assemblée Nationale visant à interdire le plastique dans les cantines, nous vous demandons d’agir en ce sens.


2/ Les conséquences des préparations industrielles sur la qualité nutritionnelle des repas

Le compte rendu de la visite de la cantine de Rocquencourt le 3 octobre 2019 effectué par des représentants de parents d’élèves et en présence de Mr Huguet, Maire adjoint délégué à la restauration, a permis de mettre en évidence que :

> la composition nutritionnelle des repas est mal calibrée (hyper-glucidique ce jour là)
> les plats sont trop salés (par exemple la sauce accompagnant la viande le jour de la visite)
> certains éléments du menu, en plus d’être totalement « industriels », n’ont aucun intérêt nutritionnel (par exemple; le dessert servi ce jour là (semoule au lait) avait une composition présentant des épaississants E440 et E415, de l’amidon modifié et du colorant E160a

3/ Les déchets dans les cantines

Les cantines produisent beaucoup de déchets, qu’ils soient plastiques (du fait des barquettes jetables utilisées) ou alimentaires avec les repas non consommés. En remplaçant le plastique par l’inox ou d’autres composants, on peut répondre en partie à ce problème.

En valorisant le compostage ou le recyclage, Le Chesnay Rocquencourt irait plus loin dans sa politique publique de gestion des déchets, tout en participant à l’éducation environnementale de nos enfants et en limitant les coûts liés aux déchets produits.

Des villes ont déjà pris les devants et ouvert la voie vers des cantines sans plastique : Bordeaux, Strasbourg, Montpellier, les Sables d’Olonne. D’autres ont également démontré qu’il est possible de proposer essentiellement des produits locaux et bio,

4/ Les menus

Le 16 octobre, sur la page facebook de la Mairie du Chesnay-Rocquenocurt, des parents ont pu lire :

« Aujourd’hui c’est la journée mondiale de l’alimentation. Le saviez-vous ? Les repas servis aux enfants dans les cantines de la commune nouvelle sont composés à 25 % de produits à mention valorisante : bio, Label Rouge, pêche éco- responsable, circuits courts... Objectif 2022 : 50 % des produits à mention valorisante dont 20 % de bio ».

Mais vous, Mr le Maire, savez vous que dans ce domaine, la Mairie du Chesnay prend un retard considérable par rapport à de nombreuses villes de France ? Savez vous par exemple que :

> à Lyon , c’est déjà 40% de produits bio et 55% de produits locaux ;
> à Saint Etienne, c’est 80% de produits bio et 70% de produits locaux
> à Grenoble, c’est 50% de produits bio, avec un objectif de 100% en 2020)

Plus près de chez nous, voici ce qu'à fait la commune de VILLEPREUX

REPORTAGE BFM TV A VILLEPREUX

Ne pensez vous pas que notre ville pourrait avoir d’autres ambitions qu’un objectif à 20 % de bio pour 2022 ?

En privilégiant des aliments issus de productions locales et d’agriculture biologique, la Ville du Chesnay Rocquencourt poursuivrait une politique cohérente sur la transition écologique et le soutien à de nouveaux modèles agricoles.

La simple lecture de l’édition n° 29 du magazine « Yvelines » * du conseil départemental, dont vous être le représentant pour notre canton suffit pour s’en convaincre, puisque ce magazine montre très bien que toutes les ressources nécessaires sont à portées de main !

Nous nous prenons à croire que Le Chesnay Rocquencourt ne restera pas en retard sur ces questions essentielles. Nous veillerons à suivre les débats qui seront menés sur ces sujets, et à informer les signataires de ce manifeste des solutions qui seront proposées.

Avec nos considérations les meilleures,


Le collectif Cantine Responsable Le Chesnay-Rocquencourt


Parents d’élèves d’écoles maternelles et élémentaires de la Ville du Chesnay Rocquencourt

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !