Non à l'expulsion du H, espace d'entraide et de solidarité pour le quartier Sainte-Marthe!

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


Fin septembre 2020 dans le quartier Sainte Marthe du 10ème arrondissement de Paris, un local vide situé en RDC de la rue Jean et Marie Moinon a été réinvesti par un collectif pour en faire un point local de distribution et échanges, de rencontre, de solidarité et d'organisation politique afin de se soutenir les habitant·e·s du quartier et notamment les plus démuni·e·s. Depuis son ouverture, celui-ci a œuvré dans la lutte contre la précarité alimentaire et contribué à briser l'isolement de nombreuses personnes. Le lieu, nommé « LE H », est ouvert en journée pour y tenir une épicerie solidaire, des permanences de distribution de repas ou des réunions, et sert la nuit d'hébergement pour des personnes sans domicile. Toutes ces activités ont été organisées jour après jour avec de nombreuses participations volontaires, et sans autre ressource que les caisses de prix libre, dons du voisinage et récupérations d'invendus auprès de magasins d'alimentation.

Cette occupation s'inscrit dans la longue histoire du quartier, en lutte depuis plusieurs années contre des opérations immobilières aux effets délétères. En l'occurrence, depuis 2018, la Société Immobilière de Normandie (SIN) qui possède historiquement de nombreux locaux dans le quartier, a été rachetée par deux groupes immobiliers dont les chiffres d'affaire se comptent en milliards (Edmond Coignet et Nexity). Les transformations imposées par ces promoteurs nuisent gravement au tissu social du quartier : non-renouvellement des baux des artisans, cessations d’activités, expulsions de familles dans l'incapacité d'assumer la hausse des loyers. C’est en ayant connaissance de cela que notre collectif a choisi d’occuper l’un des nombreux locaux vides de cette société : LE.H est l'un des moyens de refuser les effets nocifs de cette spéculation.

Aujourd’hui, LE.H est menacé d’expulsion. Les deux sociétés immobilières, se cachant derrière la SIN, réclament plus de 15 000 € au collectif et demandent de quitter les lieux immédiatement. Cela, alors qu’en face leur opération financière se compte en millions. A cause de cette menace d'expulsion imminente, les fonctions uniques que remplit ce lieu pour le quartier (entraide, distributions alimentaires, hébergement, espace d'organisation) risquent tout simplement de s'interrompre car elles ne disposent pas d'autre espace dans le quartier à ce jour.

Cette affaire ressemble à un David contre Goliath. Pourtant, si les sociétés immobilières ont beaucoup de pouvoir, elles sont loin d'être toutes puissantes : nous avons également des moyens de nous défendre, et cette pétition peut nous aider. Nous demandons à toutes les personnes qui le souhaitent de témoigner leur soutien au collectif LE.H et à ses activités. C’est ainsi que nous pourrons conduire la SIN à abandonner les poursuites et obtenir un droit d'usage du lieu sur le long terme, car ces activités sont essentielles pour le quotidien de nombreuses personnes et d’autant plus face aux conséquences de l’état d’urgence sanitaire.

"En signant, je témoigne de mon soutien au collectif du H, et aux activités déployées auprès des personnes du quartier. Je plaide pour l'abandon des poursuites et affirme que ces activités de solidarité et d'entraide, essentielles à de nombreuses personnes et d'autant plus dans le contexte actuel, ont besoin d’un lieu pour se maintenir."