Sauvegarde de la MJC Héritan - Mâcon

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


Depuis 1955, la MJC de l'Héritan a été soutenue et subventionnée par la municipalité de Mâcon, et ce quelle que soit la couleur politique de l’équipe municipale.

Elle est confrontée à une situation qui la met en péril : à la suite de la liquidation de la Fédération Française des MJC, intervenue le 7 janvier dernier, la Ville de Mâcon a décidé de mettre fin au financement du poste de direction qu’elle assurait jusqu’alors, et de ne pas renouveler le financement du poste de responsable de la programmation culturelle. Au total, ce sont 160 000 euros que la mairie souhaite amputer du budget de la MJC. De plus, Monsieur Jean-Patrick Courtois, maire de Mâcon, propose de municipaliser la MJC de l'Héritan.

Pour mémoire : La Maison des Jeunes et de la Culture de l'Héritan est depuis plus de 50 ans un acteur majeur de la vie culturelle, sportive, associative et citoyenne de Mâcon et de son agglomération. A travers les multiples activités qu’elle propose à tous les publics, les cycles de conférences, les spectacles, et avec la contribution de nombreux bénévoles et associations partenaires, elle porte haut les valeurs de l’éducation populaire et offre un lieu précieux de sociabilité, de débat et de création collective.

Les signataires de cette pétition affirment leur attachement à l’indépendance de la MJC de l'Héritan, association loi 1901, indépendance incompatible avec cette municipalisation : Indépendance dans le choix de ses activités, indépendance et démocratie dans le choix des conférences retenues après propositions et consultation des associations partenaires, indépendance dans la gestion de ses moyens.

 Ils refusent la chute importante des subventions programmée par la municipalité, qui entraînerait inévitablement l’affaiblissement de ses moyens d’action.

En conséquence, les signataires demandent instamment à la municipalité de Mâcon :

·         De renoncer à son projet de municipalisation de la MJC de l'Héritan

·         De maintenir le niveau de ses aides et subventions, dans le respect de son indépendance, de son autonomie et du projet d’éducation populaire qu’elle porte depuis plus de 50 ans

·         De rétablir le financement des deux postes nécessaires à son bon fonctionnement et à son rayonnement.