La Mairie de Caen doit aider l'Aqueerium !

La Mairie de Caen doit aider l'Aqueerium !

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !


L'association l'Aqueerium a été fondée en septembre 2018. En février 2019, nous ouvrions notre local, au 41 rue du 11 novembre. Très vite un engouement s'est créé autour du projet. Après seulement 10 mois d'ouverture du local, l'association avait rassemblé près de 1000 adhérent.e.s. Nous avons aménagé le local et mis en route toutes nos actions en autofinancement complet et abouti à la création d'un lieu convivial ouvert cinq jours par semaine.

Grâce à l'aide d'une centaine de bénévoles impliqué.e.s dans la vie du lieu nous avons pu développer  de nombreuses actions : organisation d’événements culturels, de moments festifs et d'ateliers, gestion d'un café associatif, mise à disposition de ressources culturelles en prêt, …

Fort.e.s de cet engagement et de l'ampleur qu'avait prise l'association, nous avons sollicité en novembre 2019 une subvention de 5000€ auprès de la ville de Caen, notre ville. Mais cette subvention a été refusée, et aucune proposition ne nous a été faite par ailleurs. 

Un millier d'adhérent.e.s, plus d'une soixantaine d’événements organisés, près de quarante semaines d'ouverture, … Ces chiffres, qui ne concernent que 2019, montrent que l'Aqueerium est désormais une association majeure dans le paysage associatif caennais.

Aujourd'hui le lieu – et l'association – sont menacés par la crise liée au COVID-19. Depuis bientôt deux mois, nous n'accueillons plus nos adhérent.e.s. Nous n'avons plus aucune rentrée financière, exceptés les dons faits par des personnes qui nous soutiennent, qui nous permettent de compenser un peu les pertes liées à l'arrêt de notre activité.

Quelques centaines d'euros face à la lourdeur des charges que nous continuons à payer chaque mois : loyer, facture d'électricité, internet, SACEM, charges, impôts fonciers, … Sans compter les pertes de revenus liés à l'exploitation du café associatif. Nous ne pouvons cependant prétendre à aucune des mesures gouvernementales annoncées depuis le début de la crise.

Nous devions démarrer en avril 2020, deux contrats salariés à 10h/semaine (avec le concours de l'association S3A). Étant donnée la baisse sèche de notre trésorerie décrite ci-dessus, nous sommes contraint.e.s de mettre en pause ces projets, pour une durée indéterminée, précarisant un peu plus les personnes recrutées pour ces postes.

Par cette lettre nous demandons la réévaluation de notre demande de subvention de fonctionnement, ou à défaut une aide d'urgence, pour que la ville et les adhérent.e.s de l'association ne soient pas privé.e.s d'un lieu associatif dynamique, profondément social et qui est aussi l'une des rares associations qui militent contre les discriminations liées au genre, au sexe et à l'orientation sexuelle. 

Nous demandons également qu'un « droit de terrasse » temporaire nous soit accordé à la réouverture du lieu. Ce droit nous a été refusé il y a un an car le local n'est pas classifié « Établissement recevant du public »  (ERP). Outre le fait que de nombreux lieux  non estampillés « ERP » ont obtenu l'autorisation d'installer une terrasse nous mettons en lumière le fait que nous n'avons pas les moyens financiers de réaliser les travaux qui nous permettraient d'obtenir cette classification. Nous soulignons néanmoins que nous avons fait preuve de bon sens lors de la réalisation des travaux d'aménagements : création de toilettes aux normes, installation d'une rampe d'accès amovible et d'une sonnette pour les personnes en fauteuil roulant, aménagement d'un emplacement PMR au sein du local, installation d'extincteurs, pose d'une peinture anti-feu aux normes sur les revêtements, … Ce droit de terrasse nous permettrait de mettre en œuvre les mesures sanitaires de distanciation sociale que chacun.e va devoir respecter durant les prochains mois.

Nous sommes persuadé.e.s que l'Aqueerium est un lieu utile pour beaucoup, voire indispensable pour certaines personnes. 

Nous pensons que la lutte contre toutes les formes de discriminations doit être soutenue, accompagnée, financée.

Nous affirmons que l'accueil des artistes (musicien.ne.s, performeurs, performeuses, comédien.ne.s, cinéastes, peintres, graphistes, écrivain.e.s, …) les intervenant.e.s (sociologues, géographes, conférencier.e.s) doit pouvoir continuer à l'Aqueerium et dans les autres lieux de la ville. Pour cela les aides financières et matérielles doivent être réparties entre toutes les personnes et structures qui en ont besoin.Nous espérons que notre appel sera entendu, et restons à votre disposition pour vous fournir toutes les informations dont vous pourriez avoir besoin.

La co-présidence de l'Aqueerium

Simon Martin Darlix, Clarisse Parra Prieto, Raphaëlle Bonneterre, Alice Pécout, Bérengère Tessé