Non à la suppression des Coronapistes cyclables à Boulogne-Billancourt

Non à la suppression des Coronapistes cyclables à Boulogne-Billancourt

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !

Mobi BoulBi a lancé cette pétition adressée à Mairie de Boulogne-Billancourt et à

La mairie de Boulogne-Billancourt a annoncé en réunion publique qu'elle avait demandé au département des Hauts-de-Seine de supprimer complètement la piste cyclable qui avait été aménagée sur la RD1 Quai du 4 septembre à Boulogne. Elle sera supprimée au mois d'Aout et aucun itinéraire alternatif ne sera mis en place.  Cela va constituer une rupture de continuité cyclable pour tous ceux qui circulent à vélo ou trottinette entre le bois de Boulogne, la passerelle de l'Avre et le pont de Saint Cloud. 

Cette décision fait suite aux plaintes des automobilistes prétextant que les pistes étaient la cause de bouchons. Mais les bouchons existaient déjà sur cet axe avant la piste et ne disparaitront pas avec la suppression de la piste, au contraire le traffic va augmenter et les nuisances également. C'est le feu rouge du croisement avec le Bd Anatole France qui crée un bouchon. Les associations Mieux se Déplacer à Bicyclette et Paris-En-Selle avait proposé dès Novembre 2020, une solution de compromis, permettant de satisfaire tout le monde, à savoir la suppression de la piste côté Bâti et la conservation de la piste côté Seine pour la transformer en Bi Directionnelle. Pourquoi supprimer la piste côté Seine alors que le traffic est fluide de ce côté ? Une autre option, aurait pu consister à mettre en place un itinéraire alternatif pour accéder au bois de Boulogne, avenue du Général De Gaulle, mais rien n'a été étudié. 

D'après les comptages réalisés par le département des Hauts-de-Seine, il y a 500 cyclistes par jour qui utilisent cet axe. Des vélotafeurs en semaine pour aller travailler à La Défense ou à Boulogne. Des familles et des sportifs le soir et le Week-end pour rejoindre le bois de Boulogne ou l'anneau de Longchamps. Ce chiffre augmenterait largement si la piste continuait sur la RD1 jusqu'à la Défense. Sans aménagement cyclable, toutes ces personnes seront mises en danger. Il suffit de regarder les données de mortalité routière des 10 dernières années sur cet axe, pour s'en rendre compte. 

Nous demandons par conséquent à ce qu'une partie de la piste soit conservée ou qu'une alternative soit mise en place avant la suppression de la piste. Les pistes temporaires sont des aménagements légers qui peuvent être modifiés pour être améliorés. Les supprimer, c'est revenir en arrière, et ne plus permettre aux conducteurs de vélos et de trottinettes de circuler en sécurité. Alors que tant d'autres villes de France ou d'Europe ont annoncé la pérennisation des pistes temporaires pour développer les mobilités douces, ce retour en arrière sans solution alternative est incompréhensible. 

Nous incitons par conséquent les utilisateurs de vélos ou de trottinettes et même les piétons qui veulent accéder aux bords de Seine à signer cette pétition en masse et à écrire à la Mairie de Boulogne-Billancourt,  26 Avenue Morizet 92100 BOULOGNE-BILLANCOURT pour manifester leur mécontentement et se faire entendre autant que les automobilistes. Battons-nous pour être visibles et avoir le choix de se déplacer autrement. Retransformer les bords de Seine en autoroute urbaine à 2x2 voies n'est pas une solution de mobilité d'avenir et ce n'est pas bon pour les habitants de Boulogne ou des communes voisines.

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !