Dénommer l'avenue Thiers à Bordeaux

Dénommer l'avenue Thiers à Bordeaux

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Association Pourquoi pas 33 a lancé cette pétition adressée à Mairie de Bordeaux (Monsieur le Maire Pierre Hurmic)

À Bordeaux il est temps !

Il y a plus d'un an, à l’occasion du 150ème anniversaire de la Commune de Paris, nous avons lancé une pétition adressée à la municipalité pour changer de nom l’avenue Thiers mais aussi de l'arrêt du tram, du gymnase et de l'école qui portent ce nom..

Adolphe Thiers est le nom de la plus grande avenue de Bordeaux (ex-avenue de Paris), mais aussi celui d’une station de tramway, d’un gymnase et même d’une école.

Mais de qui et de quoi Thiers est-il le nom ?

Journaliste, avocat, député, ministre et Président de la République. Rien pourtant ne l’attache à Bordeaux. Et son parcours politique le rend détestable.

- 1834 à Lyon : alors que les Canuts (ouvriers tisserands) se révoltent contre les bas salaires, THIERS, Ministre de l’Intérieur à l’époque, fait intervenir la troupe contre des ouvriers désarmés : 600 morts, plus les blessés et emprisonnés.

- En 1841, partisan de la conquête de l’Algérie, THIERS pousse son « ami » Bugeaud à être gouverneur, à y mener une guerre coloniale dite de « pacification » et à soumettre par la terreur et le sang les populations qui résistent.

1870 -1871 : l’Empire et Napoléon III perdent contre la Prusse. Bordeaux (siège provisoire de l’Assemblée Nationale) adoube THIERS, tour à tour royaliste, partisan de l’empereur, puis de la République, bref un opportuniste politique, artisan d’une paix honteuse avec la Prusse. Il se retourne alors comme chef du « Parti de l’Ordre » contre la population parisienne qui voulait fonder une société juste et solidaire. THIERS organise leur massacre en mai 1871 et deviendra aux yeux de l’Histoire le "boucher" de la Commune : 20 à 30 000 morts, des milliers de déportés, qui finiront dans les colonies, Algérie et Calédonie, à l’image de Louise Michel.

Un an après sa mort en 1878, le Conseil municipal de Bordeaux dénomme l’avenue de Paris pour la renommer Adolphe THIERS. Ainsi le quartier populaire de La Bastide voit la municipalité de l'époque lui infliger pour son artère principale le nom d'un bourreau de la classe ouvrière. Dur, dur.

Depuis mars 2021, des habitants se sont constitués en Collectif pour changer de nom l'avenue Thiers. Ayant entrepris de sensibiliser les riverains, ils engrangent les encouragements. La Maire du quartier Bastide les soutient, mais sans s'engager.

Quant à Pierre HURMIC, Maire de BORDEAUX, il ne le souhaite pas, argumentant que changer de nom perturberait les services postaux (!) les habitudes des riverains et autres raisons administratives. Cependant, la municipalité reste ouverte, après consultation, à changer le nom des bâtiments municipaux qu’elle gère.

OUI, 151 après la Commune de Paris, il est temps de renommer l’avenue, le gymnase et les 2 écoles Thiers (maternelle + élémentaire) !

Pour l’école, en dehors de tout moralisme, précisons aussi que pour avoir avoir épousé une adolescente de 15 ans tout en flirtant avec la sœur cadette, THIERS serait accusé aujourd’hui de crimes pédophiles. Curieux de donner son nom à une école, non ?

Alors, Monsieur le Maire de Bordeaux, un peu de courage car la frilosité en politique est source de confusions, présentes et à venir !

C’est le sens de notre pétition (qui vient d'atteindre 800 signataires). Merci de la partager.

L'historienne Ludivine BANTIGNY a également apporté son soutien public. Compte twitter → @stop_thiers

Plus d'infos auprès de l'assopourquoipas33@gmail.com et sur le site Actu.fr Bordeaux  ici

https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/bordeaux_33063/a-bordeaux-ils-militent-pour-que-leur-rue-ne-porte-plus-le-nom-d-un-criminel_52208073.html

Vous retrouverez tous les mercredis sur La Clé des Ondes, dans l'émission Histoire de voir ... histoires au pluriel de 12h10 à 13h, suivie jusqu'à 14h du Guide du Bordeaux colonial (90.10 MHz).

Le Guide du Bordeaux colonial c'est aussi un livre en vente 10 € dans toutes les librairies. Histoire de voir ... histoires au pluriel c'est aussi un livre sur les Révoltes Populaires en Aquitaine (20 € auprès de l'assopourquoipas33@gmail.com).

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !