Sauvons « Drôles de Noëls »

0 a signé. Prochain objectif : 500 !


Nous comprenons que la situation sanitaire actuelle puisse nous priver de nombreux plaisirs, dont « Drôles de Noëls » 2020 que nous souhaitons retrouver dès décembre 2021. La pandémie ne doit pas servir de prétexte à la suppression pure et simple du festival arlésien.

Le festival « Drôles de Noëls » est né en décembre 2004, un an après les terribles inondations qui nous ont touchés. Imaginé comme un moment festif, lumineux, rassembleur et original, de réparation des peines et des souffrances vécues, il s’est imposé comme un événement culturel incontournable, gratuit et unique de notre ville.

Depuis seize ans, cette programmation culturelle, alliant cirque, musique, théâtre, acrobatie, magie, contes, marionnettes, manèges insolites, a permis aux arlésiennes et arlésiens de tout âge d’admirer dans les rues, places et lieux patrimoniaux des spectacles différents et magiques. Certains, créés à Arles spécialement pour l’occasion, ont depuis fait le tour du monde. Nos rues et nos places vivent en décembre au rythme de ces spectacles. Nous avons été jusqu’à 6 000 spectateurs pour la soirée de clôture à l’Amphithéâtre en 2019.

Nous venons de tous les quartiers, de tous les villages ou hameaux et même de bien plus loin encore pour vivre des rencontres artistiques joyeuses, féériques et tout simplement extraordinaires.

Depuis 2004, nous avons été 480 000 spectateurs à venir applaudir 341 compagnies !

 

SUPPRIMER DÉFINITIVEMENT « DRÔLES DE NOËLS »

Ø  UN COUP DUR POUR LA CULTURE

-        En pleine crise sanitaire, les compagnies ont plus que jamais besoin de soutien, de contrats, de projets, de survivre.

-        C’est enterrer les compagnies déjà à l’agonie.

Ø  UN COUP DUR POUR LES COMPAGNIES ARLESIENNES

-        Ce n’est pas uniquement des compagnies étrangères, mais c’est aussi et surtout de nombreuses compagnies locales.

-        C’est la disparition du soutien à la création et à la diffusion artistique.

-        C’est la suppression de la visibilité d’un savoir-faire arlésien.

Ø  UN COUP DUR POUR L’ECONOMIE LOCALE

-        C’est la disparition d’une partie des retombées économiques liées à la culture (10€ engendrés pour 1€ injecté)

-        C’est la suppression de la moitié du budget alloué au festival (soit près de 100 000€) destiné directement à l’économie locale (techniciens, location de matériel, agences de sécurité, commerces de proximité, hôtels et restaurants pour les artistes, etc.)

-        Sans parler de l’aide directe à l’emploi artistique local.

-        C’est se priver de milliers de visiteurs qui arrivent dans la journée, avant les temps forts des soirées pour profiter d’un moment en famille de shopping, d’une boisson chaude, ou d’un repas au restaurant.

-        C’est supprimer la Trêve des confiseurs : gratuité des parkings, permettant aux visiteurs et arlésiens des villages ou hameaux de venir profiter de l’animation du centre ville.

 

Nous sommes solidaires avec les artistes, les techniciennes, techniciens et entreprises du spectacle qui ont œuvré pour nous faire rêver, mais aussi avec le secteur de la restauration, de l’hôtellerie et les commerces, déjà terriblement touchés par la crise actuelle, qui seront concernés par la disparition de ce festival « hors saison » qui faisait vivre la ville l’hiver.

Les médias locaux, nationaux et internationaux ont largement contribué à sa notoriété, confirmant l’identité de ville d’art, d’histoire, de culture populaire et de proximité d’Arles.

Arlésiennes, arlésiens, amoureux de culture et de la ville d’Arles, nous souhaitons faire entendre nos voix pour défendre tout un pan de l’identité culturelle de notre ville. Nous sommes attachés à rendre la culture accessible à toutes et à tous.

Nous nous interrogeons sur l’orientation de la politique culturelle menée par la majorité actuelle, et sa place dans le projet commun de société local.

Nous ne renonçons pas à sauver nos « Drôles de Noëls » !

Cette offre culturelle gratuite qui rassemble, émerveille et crée du lien sans distinction ne doit pas être mise en opposition avec d’autres actions qui pourraient être imaginées pour nos fêtes de fin d’année.

Cette pétition est une première étape dans la mobilisation citoyenne arlésienne que nous appelons de nos vœux.

 

Les élus du groupe Le Parti des Arlésiens